Le Conseil du Commerce de France fulmine contre la loi de finances

|

L'augmentation de la taxe d'aide au commerce et à l'artisanat (Taca) et la stagnation du Fond d'Intervention et de Soutien au Commerce et à l'Artisanat provoque l'ire des professionnels.

" Taca, Fisac, trop c'est trop ". Le discret Conseil du commerce de France s'en est rendu au ton de la contestation pour dire sa colère vis à vis des dispositions prévues dans la loi de Finance, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale. Le projet de budget prévoit en effet d'augmenter la taxe d'aide au commerce et à l'artisanat (Taca) de 374 millions d'euros, de geler les aides en faveur du commerce à 71 millions d'euros et de réduire les dotations aux retraites des commerçants de 5 millions d'euros.

La Taca, visiblement, ne sert pas ou ne répond plus aux "principes fondateurs" de cette taxe : elle servirait seulement à alimenter le budget de la France. "L'argent du commerce doit aller au commerce, l'augmentation prévue est injuste et injustifiée, le commerce ne doit pas être la vache à lait de l'Etat", a fustigé Guy Laporte, président du Conseil du commerce de France.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter