Marchés

Le consortium du Parmigiano-Reggiano renforce son cahier des charges de production

|

Grâce à une nouvelle réglementation, mise en place par le consortium Parmigiano-Reggiano, avec l'implication de la Commission du Parlement Européen et du Ministère italien de l'Agriculture et de l'Alimentation, le Parmesan bénéficent désormais de meilleures garanties de protection pour les consommateur. Pour les pays de la zone euro, les opérations de transformations des meules de Parmesan ne pourront être rélaisées que dans l'aire de production de l'AOP Parmigiano-Reggiano soit dans les provinces de Parme, Reggio Emilia, Modène, Bologne et Mantoue. Une point important car les produits sont vendus en portions déjà emballées dans les magasins de la grande distribution. Par ailleurs, les quotas de fourrages autochtones destinés à l'alimentation du bétail passent de 35 à 50 %. "Le lien entre le terroir, le lait et le produit fini est primordial. Cette nouvelle mesure accroit le niveau moyen de qualité du lait, dans la poursuite de la quête de l'excellence", confie Guiseppe Alai, président du consortium. Enfin pour les vaches provenant d'une autre filière de production, une "quarantaine" de quatre mois est désormais obligatoire avant que ces dernières puissent donner leur lait à la production de Parmesan. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter