Le coup de pouce français aux éleveurs laitiers

|

Dans un contexte de crise de la filière, les éleveurs laitiers vont bénéficier d’un plan d’aide financier européen doublé d’un soutien français. Objectif : réguler la production pour faire remonter les prix.

lait
lait © volff - Fotolia

La filière laitière sous les feux de l’actualité. Déjà, Lactalis et les éleveurs ont réussi le 30 août, et après plusieurs jours de manifestations, à trouver un accord pour le prix du lait. Sous la pression, le leader des produits laitiers a consenti une hausse importante pour atteindre les 290 € les 1 000 litres, contre 257 € jusqu’à présent. Le même jour, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, annonçait un plan de régulation européen pour réduire les volumes laitiers afin de faire repartir les prix à la hausse. « Début 2016, l’Europe a compris que la crise laitière était grave. Ainsi, mi-juillet, la Commission a annoncé une enveloppe de 500 millions d’euros pour réguler la production », a-t-il déclaré.

Mesure acceptée par tous

Cette aide financière européenne se divise en deux : 150 millions d’euros pour financer la baisse des volumes, soit 0,14 € par kilo de lait non produit, et une autre de 350 millions pour les exploitations. Sur cette dernière, la France va d’ores et déjà toucher 49,9 millions d’euros. « Parallèlement, la France a décidé de débloquer une enveloppe supplémentaire de 50 millions d’euros, qui ajoutera en plus 0,10 € au kilo de lait non produit. Les éleveurs français toucheront donc 0,24 € par kilo », ajoute Stéphane Le Foll.

Avec cette mesure, le ministre entend inciter les producteurs à réduire de 5% les volumes de lait français sur les trois derniers mois de 2016 versus ceux des trois derniers mois de 2015. Présentée aux professionnels de la filière, le 30 août, (FNIL, FNPL, FNCL, CNIEL…), elle a été acceptée par tous. « Ce choix des 5% n’est pas anodin. On peut baisser les volumes en rationalisant l’alimentation du bétail sans avoir recours à l’abattage pour ne pas créer un surplus de viande bovine, qui pourrait conduire à un effondrement des prix sur cette filière. De manière globale, il faudrait une baisse de 3% de la production laitière européenne pour passer sous le seuil d’intervention de l’Europe », note Stéphane Le Foll. En revanche, le ministre a été clair. Si les producteurs français réduisent leur production au-delà des 5%, ils ne toucheront que les 0,14 € de l’Europe et non les 0,10 € de la France, « car je ne veux pas utiliser cet argent pour restructurer la filière », indique-t-il.

Prise de consciencedes gros pays producteurs

Une nouvelle réunion avec les professionnels laitiers doit se tenir le 15 septembre, avant l’ouverture du dispositif européen le 21 septembre. « Il s’agit de la première mesure de régulation depuis l’annonce de la fin des quotas, en 2008. Mais déjà, on sent une prise de conscience de certains pays. L’Irlande et l’Allemagne, des gros producteurs, commencent à baisser les volumes », ajoute Stéphane Le Foll. En revanche, à la fin du dispositif en décembre prochain, il faudra veiller à ce que les activités ne repartent pas à la hausse.

« L’Europe a compris qu’il y avait urgence à maîtriser la production laitière européenne. C’est la première mesure de régulation depuis la fin des quotas laitiers. Elle vise à réduire les volumes et à relancer les prix. »

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture

Le contexte

  • 500 M€ seront débloqués par l’UE pour la régulation laitière et l’aide aux exploitations
  • Une enveloppe de 50 millions d’euros est rajoutée par l’État français
  • Stéphane Le Foll souhaite une baisse de 5% dela production française pour les trois derniers mois de 2016

En chiffres

  • 304 € : le prix moyen payé aux producteurs en France pour 1 000 litres de lait,
  • versus 253 € pour la Belgique

Source : Eurostat, pour le 1er semestre de 2016

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2425

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message