Marchés

Le coût des défaillances bondit en GMS et agroalimentaire

|

Selon le baromètre des défaillances d'entreprises établi par la Coface, le coût des dépôts de bilan s'envole dans la distribution et l'industrie alimentaire au cours des 12 derniers mois finissant à avril.

Spanghero

Le coût financier global pour la distribution a grimpe de 56,4% en un an pour un coût social (réduction d'effectifs) en hausse de 37%. En agroalimentaire, la situation est encore plus tendue, avec un coût financier en hausse de 130% et des suppressions d'emplois en hausse de 49%.

Évidemment, les gros dossiers comme Virgin, The Phone House, Doux, Gad ou Spanghero alimentent ces statistiques. Au global, "le nombre de défaillances est stable à 59.000 unités, ce qui correspond au pic atteint en 2009, et désormais les deux tiers des secteurs d'activité sont à risque", indique Jennifer Forrest,  économiste à la Coface.

Les chiffres à venir ne devraient pas être plus brillants. "Avec une prévision de croissance de -0,4% de PIB et une consommation intérieure en baisse, certaines PME n'ont pas les capacités financières de résister au retournement de conjoncture", analyse Yves Zlotowski, chef économiste de l'assureur crédit.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message