Marchés

Le DECT redynamise le téléphone domestique

Offrant une très bonne qualité d'écoute, les téléphones sans fil numériques se singularisent par leurs options et leur design. Pour la fin d'année, Philips et Siemens conservent les gammes les plus larges.

Simple, performant et relativement peu cher, le DECT s'est rapidement taillé une grande part dans les ventes de téléphones sans fil, au point que l'on prédit maintenant la généralisation de cette norme lancée en Europe et déjà adoptée dans 26 pays. Contrairement à son prédécesseur analogique, le DECT - numérique - offre bien des avantages aisément démontrables sur le point de vente : qualité de son irréprochable, même à plusieurs dizaines de mètres de la base, écran alphanumérique, garantie de la pérennité du standard. En fait, le seul problème reste de choisir un modèle plutôt qu'un autre : la qualité sonore est rigoureusement identique entre une entrée de gamme à 790 F et un modèle très élaboré à 2 000 F.

Pour la fin d'année, l'offre est à peu près en place, même si quelques nouveautés sont attendues lors du SIRCOM, à la fin novembre. Certaines marques se contentent de gammes étroites, voire d'un produit unique. À l'instar de Bosch avec son DECT-COM 358, plutôt bon marché mais qui offre un écran alphanumérique de trois lignes permettant d'afficher des informations. Ou la Sagem, avec ses modèles Mistral 10-200 et 20-200, qui joue sur la miniaturisation du combiné : seulement 120 g et 18 mm d'épaisseur avec ou sans répondeur.

Plus ancien, Matra propose une gamme plus large et met en avant son Smart Mobile Concept. Cette technologie permet de cacher la base du DECT, le combiné assurant toutes les fonctions habituellement installées sur la base. Notons quand même que l'on n'échappe pas au petit chargeur pour le combiné, ce qui s'appelle déplacer le problème Matra propose aussi le filtrage des appels sur les modèles avec répondeur, ainsi qu'une touche « First » à programmer pour les urgences.

Côté grosse cavalerie, Philips (44 % des ventes de DECT en 1997) et Siemens disposent de gammes très larges. Le premier segmente son offre en deux familles, Xanio et Onis, autorisant la mémorisation de 40 numéros. Le second propose des fonctionnalités de « standard personnel » et un kit mains libres.

L'avenir, des terminaux dual mode DECT plus GSM

Peu présent en France, Ericsson s'intéresse de très près au numérique, en développant des terminaux « dual mode » DECT plus GSM. Cette tendance présage du futur proche de la téléphonie, que l'on résume par les expressions « one number » ou « one phone ». Dans le premier cas, les appels sont « reroutés » par l'opérateur vers des numéros fixés par l'abonné, qui peut ainsi être joint où qu'il soit. Dans le second - qui nous ramène aux projets d'Ericsson -, un même terminal est utilisé chez soi, au bureau et dans la rue, seul le mode de facturation variant. Pour Noël 1999, peut-être

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter