Le développement durable, une "démarche de progrès" pour L’Oréal France

|

A l’occasion de la semaine européenne du développement durable, L’Oréal France a rappelé la stratégie du groupe en la matière et fait un point sur les résultats déjà obtenus.

L'an passé, L'Oréal France s'est installé dans un nouvel immeuble à Levallois-Perret répondant aux critères des meilleures normes environnementales et énergétiques.
L'an passé, L'Oréal France s'est installé dans un nouvel immeuble à Levallois-Perret répondant aux critères des meilleures normes environnementales et énergétiques.© L'Oréal

Du 30 mai 2017 au lundi 5 juin, se tient la semaine européenne du développement durable (SEDD). L’Oréal France profite de cette occasion pour mettre en avant ses avancées dans le domaine. Via le programme Sharing beauty with all, le groupe s’est fixé des objectifs pour 2020 et les équipes France contribuent évidemment à leur réalisation. « Le développement durable est une préoccupation de plus en plus importante pour nos consommateurs. C’est aussi un vrai sujet chez nous », déclare Hervé Navellou, directeur général de L’Oréal France. L’étude Greenflex réalisée par Kantar Médias en septembre 2016 montre que pour 72% des Français le développement durable est une nécessité et consommer responsable est une façon de s’impliquer pour 76% d’entre eux.

La France, parmi les bons élèves du groupe

Si le groupe prend régulièrement la parole sur ce thème depuis quelques années, c’est la première fois que la filiale France s’exprime. Et elle n’a pas à rougir de ses résultats. 82% des produits lancés en 2016 présentent un profil environnemental ou sociétal amélioré (l’objectif est de 100% en 2020). Sur son territoire national, L’Oréal dispose de dix usines et huit centrales de distribution qui, depuis 2011, ont réduit, en valeur absolue, de 52% leurs émissions de CO2, de 55% leur consommation d’eau et de 34% leur génération de déchets. L’usine de Rambouillet, spécialisée dans la fabrication de shampooings et gels douche a même été un des premiers sites de production du groupe à devenir carbone neutre. La France est donc en bonne voie pour réaliser l’objectif de réduction de 60% de l’empreinte environnementale de ses sites d’ici 2020. « Depuis 2011, nous avons réduit de 35% les émissions de CO2 de nos modes de distribution grâce à des camions moins polluants, un meilleure remplissage des camions et le regroupement des envois », souligne Hervé Navellou. La France a donc largement dépassé l’objectif de 20% fixé par le groupe pour 2020.Autre chiffre marquant pour le DG France : « 80% de nos 350 000 PLV éphémères sont éco-conçues. »

Chimie verte

Du côté des formulations et des packagings, le leader de la beauté améliore aussi l’empreinte environnementale de ses produits. Ici, la filiale française bénéficie des avancées des équipes monde de recherche et développement (R&D). « Cette année, 17% de nos formules seront issues de la chimie verte. Cela peut sembler peu mais le taux n’était que de 10% l’an passé. Ce sont de vraies avancées, explique Laurent Gilbert, directeur de l’innovation durable. Par exemple, les formules de nos shampooings sont en moyenne biodégradables à 91% contre 88% en 2013. » Et ce sont les derniers pourcentages qui sont très compliqués à obtenir. Peu à peu, le groupe s’en approche : « la nouvelle gamme Skin Active de Garnier présente des formules qui sont, selon les produits, entre 92% et 100% biodégradables », annonce Laurent Gilbert. Pour cette gamme lancée en début d’année en France, L’Oréal joue la transparence sur les packagings en décryptant la liste des ingrédients aux noms barbares. Par exemple, le "dicaprylyl ether" provient de la noix de coco et le "sodium phytate" du son de riz. Une clarification pour répondre à la demande des consommateurs. Selon Kantar Médias, 65% des Français souhaitent en effet des informations sur l’impact environnemental des produits. Au niveau des ingrédients naturels, 

Un sourcing inspiré du commerce équitable

L’Oréal développe un sourcing éthique. « 54% des ingrédients utilisés dans nos formules sont d’origine naturelle. Ce sont quelque 1540 ingrédients cosmétiques issus de plus de 350 espèces végétales sourcées dans une centaine de pays », énonce Rachel Barré, responsable du sourcing durable. Pour ces approvisionnements, L’Oréal a repris les principes du commerce équitable. « Nous avons transformé nos pratiques d’achats en conséquence que ce soit pour la façon de négocier un prix, la longueur des contrats (de 3 à 5 ans plutôt que six mois) ou la limitation du nombre d’intermédiaires. » Une politique mise en place aussi bien pour le karité originaire du Burkina Faso que pour des huiles essentielles bio produites dans la Drôme par la coopérative Bio-plantes. Du côté des emballages, « nous avons créé, l’été dernier, l’outil Spot (Sustainable Product Optimiation Tool) afin d’évaluer et d’améliorer l’empreinte environnementale de nos packagings. Par exemple, nous essayons d’utiliser de plus en plus de matières recyclées. En 2016, nous avons ainsi économisé 7 050 tonnes de matières vierges », explique Philippe Bonningue, directeur international du packaging durable.

Des preuves chiffrées

Des chiffres précis car « la plupart des entreprises disent que le développement durable est une priorité mais il faut donner des preuves, explique Alexandra Palt, chief sustainability officer du groupe. C’est pourquoi nos progrès sont évalués et audités par des organismes indépendants. Notre commissaire des comptes évaluent nos résultats dans ce domaine tout comme nos résultats financiers. » Le management du groupe est aussi engagé. « Le bonus de notre pdg mais aussi ceux des patrons de pays sont indexés à nos résultats en matière de développement durable », souligne Alexandra Palt. Et de conclure : « Le développement durable est une démarche de progrès. Nous ne sommes pas parfaits. Nous n’avons pas la prétention de l’être mais nous continuons à nous améliorer. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message