Marchés

Le différend entre l’Ania et le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire s’aplanit

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les ministres de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire ont rencontré dimanche le président de l'Ania, Jean-René Buisson, dans le cadre du SIAL, pour s'expliquer sur les sujets polémiques, les déclarations liant l’alimentation à l’obésité et la taxation sur la bière.

Jean rené Buisson

Stéphane Le Foll, Guillaume Garot et le président de l'Ania ont « pris un café » juste avant l'inauguration du Salon international de l'alimentation (Sial), que l’Ania avait décidé de boycotter en raison du projet de taxation de la bière de 480 millions d’euros supplémentaires, portant à plus de 800 millions au total les taxes sur la bière. Le texte sera examiné la semaine prochaine par le Parlement à l’occasion de la lecture du projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS).

L'arme de la BPI

« Il s'est dit que des bonnes choses" et "c'est avec les entreprises que nous voulons trouver des solutions concrètes", a fait valoir Guillaume Garot. « J'ai réexpliqué nos arguments, sur les "taxes punitives » que le gouvernement veut mettre en place et sur le fait qu'"on attend de notre ministre qu'il nous défende", a précisé de son côté Jean-René Buisson, en allusion aux propos jugées "critiques" tenus par le ministre délégué à l’agroalimentaire sur le rôle des industriels dans l'obésité. Pour faire valoir leur soutien à l’industrie de l’alimentation, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et le ministre délégué à l’agroalimentaire ont par ailleurs habilement fait valoir les propos de Jean-Pierre Jouyet, président de la nouvelle banque publique d’investissement (BPI) qui précise dans une interview que l’agro-alimentaire est rang des priorités de son action, et les ministres ont insisté sur leur propre action auprès de cette banque publique...

Au Parlement de "conduire les débats"

Mais les ministres n’ont rien promis pour autant concernant les taxes, renvoyant au rôle des députés qui « doivent conduire les débats », a par ailleurs exposé Guillaume Garot sur LSATV.fr , « après quoi le gouvernement fera connaître sa position ». Aux dernières nouvelles, les députés voulaient écarter les très petites brasseries de l’évolution des taxes prévues, mais cette inégalité de traitement fiscal a peu de chances d’être retenu, faute de conformité avec les textes européens en la matière.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA