Marchés

Le drive franchit le cap du million de clients

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le drive et les magasins de proximité apparaissent comme les grands gagnants des six premiers mois de 2011, selon une étude de Kantar Worldpanel. Et ce pour une bonne raison: près de 60% des Français affirment vouloir passer moins de temps à faire leurs courses, de plus en plus vues comme une corvée. Une volonté d'aller vite et bien qui se retrouver jusque dans les produits achetés: le snacking est roi, avec une croissance deux fois plus rapide que le reste des PGC.

La rédaction vous conseille

L’analyse que Kantar Worldpanel fait de l’évolution de la consommation des Français au premier semestre 2011, laisse apparaître un grand gagnant : le drive. Selon le cabinet de veille, le drive a séduit plus de un million de clients cette année, et atteint désormais 1,2 % de part de marché au mois de mai, malgré un parc se limitant à 150 points de vente. Surtout, le panier moyen s’avère élevé – 63 €, pour 31 articles achetés – contre 17 articles seulement en hypermarché, et un panier tournant aux alentours d’une quarantaine d’euros. Plus des deux tiers (71%) des clients se disent satisfaits de ce service, et l’utilisent de nouveau après leur premier achat. Pourtant, c’est un modèle de consommation digne des temps de la voiture reine : un modèle aujourd’hui en péril, si l’on en croit Kantar Worldpanel, ce qui n’est pas le moindre de paradoxes. Selon Kantar, en effet, « les français tentent de réduire leur budget carburant en limitant leurs déplacements, avec 50 km de moins effectués sur un an, et 48% des foyers qui n’utilisent plus leur voiture tous les jours, soit 4 points de plus qu’en 2005. »
Comment expliquer alors le succès des drives ? Simple. « Les ménages français sont près de 60 % à déclarer minimiser la durée passée dans les magasins alimentaires et sont de plus en plus nombreux à envisager les courses comme une corvée », explique l’étude de Kantar Worldpanel. Une attitude qui vient également bénéficier aux enseignes de la proximité. Ces magasins atteignent désormais 6,2% de part de marché, en progression de 0,2 point. Reste qu’ils ont du mal à aller au-delà du simple « dépannage », avec leur panier culminant à 6,5 articles en moyenne.
Cette idée de rapidité, relevée par Kantar, se retrouve aussi dans l’évolution de la consommation des produits. Le dynamisme est bien, en effet, du côté des références snacking : cette catégorie de marché connaît une croissance deux fois plus rapide que l’ensemble des PGC-FLS (produits de grande consommation, frais libre-service), la palme revenant aux bâtonnets de surimi (+19%), salades traiteur (+15%), compotes en gourdes (+12%), fromages apéritif (+12%) ou mini saucissons (+15%).
Et puisque l’on évoque la progression du marché global, justement : Kantar l’annonce à un petit 12 euros de plus dépensés en un an, par foyer, pour les cinq premières périodes de l’année (en gros, de janvier à mai), soit une hausse des dépenses de 2,1% en alimentaire (PGC-FLS), et une progression des volumes limitée à 1%, contre +2% en 2010.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA