Le drôle de Noël d’Amazon et de Jeff Bezos

|

Entre l’immense succès de son programme Prime durant les fêtes, la percée des achats via mobile, et une fiscalité qui se durcit aux Etats-Unis, Amazon a connu une fin d’année des plus agitées. Sans compter l’hospitalisation en urgence de son fondateur Jeff Bezos qui a fait tressaillir ses actionnaires.

Amazon avait largement communiqué autour des fêtes de fin d'année, notamment afin d'accroître le nombre d'abonnés à son service
Amazon avait largement communiqué autour des fêtes de fin d'année, notamment afin d'accroître le nombre d'abonnés à son service © Amazon

Le bilan des fêtes de fin d’année s’esquissait plutôt de manière positive pour Amazon. A peine terminées, elles laissaient entrevoir le succès grandissant du programme "Prime" que le e-commerçant a largement poussé durant le dernier trimestre de 2013 avec un pic d’un million de nouveaux abonnés enregistrés durant la seule troisième semaine de décembre, pour un total de 20 millions à travers le monde. Amazon aurait même dû stopper l’enregistrement de nouveaux adhérents afin d’assurer le service affilié. Avec un coût de 79 dollars par an aux Etats-Unis (49 euros en France), cette période aura donc permis à Amazon d’engranger 79 millions de dollars de trésorerie… De quoi envisager sereinement le déploiement de ses divers programmes d’abonnement, que ce soit Amazon Fresh qui vient de se lancer à San Francisco, ou Pantry, un modèle de vente sous la forme de club.

1 commande sur 2 via mobile

Autre information délivrée par Amazon, le nombre de commandes passées par mobile durant les fêtes. Elles dépasseraient désormais les 50% du total des ventes réalisées en fin d’année. Un résultat qui ne doit rien au hasard puisque le commerçant a réalisé une refonte complète de ses applications mobiles en 2013, permettant entre autre à ses clients de voir apparaître les produits sélectionnés dans leur shopping card quel que soit l’outil utilisé. Ce qui permet notamment de faciliter l’acte d’achat, encore considéré comme plus sécurisé par les consommateurs via un ordinateur de bureau.

Tour de vis fiscal

La fiscalité tend, quant à elle, à se resserrer autour d’Amazon. L’administration américaine a opéré un nouveau tour de vis en poussant l’e-commerçant à accepter de faire payer une taxe à ses clients dans trois nouveaux états, le Nevada, l’Indiana et le Tennessee. Une addition qui porte à 19 le nombre d’états où les clients d’Amazon sont taxés, réduisant ainsi l’écart de compétitivité avec les enseignes physiques. Jusqu’à présent, Jeff Bezos combattait ces injonctions, mais il cède désormais face à la nécessité d’accroître le nombre d’entrepôts à travers le territoire, pour lesquels il doit obtenir l’aval de chaque état. Et devant l'idée d'une taxe à l'échelle nationale pour tous les e-commerçants actuellement à l'étude au Congrès.

Jeff Bezos évacué en urgence

Une année 2013 qui se termine décidemment moins bien pour Jeff Bezos qui a été évacué d’urgence des îles Galapagos où il séjournait. La cause? Des calculs rénaux. Une crise que le fondateur d’Amazon a sobrement commenté via son porte-parole: "Galapagos: 5 étoiles. Calculs rénaux: 0".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message