Le DVD : des innovations mineures sur un marché majeur

Sur un marché caractérisé avant tout par des ventes exponentielles et une chute continue des prix, les évolutions techniques existent néanmoins.

La troisième génération des lecteurs de DVD, apparue l'an dernier, avait été marquée par la généralisation de la compatibilité avec la norme sonore DTS, concurrente des systèmes Dolby (Pro Logic et Digital). La quatrième génération devrait mettre l'accent sur l'image, avec le Progressive Scan. Un procédé déjà connu sur certains téléviseurs qui, explique David Pineda du magasin DVD Empire (Paris), « atténue l'effet de la décompression vidéo ».

Les prochains lecteurs du coréen LG en seront équipés. Et proposeront aussi une fonction inédite : la lecture de CD musicaux au format MP3. Dans le même ordre d'idée, tous les nouveaux modèles ou presque lisent désormais les CD-R et RW, c'est-à-dire gravés par les particuliers. Et certains commencent à annoncer la compatibilité avec les DVD audio, standard encore plutôt confidentiel. Dernières innovations notables : l'économiseur d'écran introduit par Hitachi et le premier lecteur portable à écran 16/9 chez Panasonic. Quant aux enregistreurs, dont Pioneer a promis un modèle pour cette année, pas de nouvelles.

Jugement sévère !

Les innovations sont donc au rendez-vous du millésime 2000. Quant à dire qu'elles rencontrent l'adhésion des professionnels Arnaud Groschtern, PDG du grossiste spécialisé Genedis, porte un jugement sévère sur les nouveautés : « Le Progressive Scan double le nombre de lignes, mais il faut une télé compatible. Il va être sous-exploité par les consommateurs pendant deux ou trois ans, comme le DTS. Aujourd'hui, il existe un seul film DTS vendu en version zone 2 (européenne), c'est " l'Appartement " ! Tout ça, ce sont surtout des coups marketing. » En écho, David Pineda assure que les disques DTS zone 2 vont arriver. Mais rebondit en attaquant la compatibilité avec les CD-R. « C'est une absurdité totale, juge-t-il. Un lecteur DVD n'est pas fait pour lire des CD ! Ça usera le moteur et la lentille deux fois plus vite. »

Dernière interrogation : selon les statistiques, il se vend encore chaque année 10 à 15 % de disques zone 1(importés des États-Unis). Mais, pour les lire, un lecteur acheté en France doit avoir été débridé - les spécialistes disent « dézoné » -, ce qui est théoriquement illégal. Arnaud Groschtern sourit : « Nous avons un atelier de dézonage. Il en coûte entre 500 et 1 000 F (76,22 à 152,45 EUR). Les fabricants tiennent un discours officiel très ferme sur la question, pour plaire au DVD Forum, mais tous (sauf peut-être Sony) nous envoient des techniciens pour nous montrer comment dézoner leurs lecteurs ! Ils savent que c'est cela qui a fait décoller les ventes de DVD en France. D'ailleurs, la Fnac et Virgin proposent des disques zone 1. » Le dézonage officialisé ? Voilà au moins une innovation vraiment utile.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1676

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message