Le futur de la mode s'amarrera aux Docks de Marseille

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Immeuble emblématique de Marseille (13), construit en 1856, les Docks abriteront fin 2013, sur 17 000 m2 et deux niveaux 80 boutiques, services et restaurants. Le tout ouvert sept jours sur sept.

Ils vont enfin devenir commerciaux ! En attendant, sur leurs 365 mètres de long et 7 niveaux, les Docks de Marseille (13) restent avant tout des bâtiments de bureaux (avec 3 500 salariés). Malgré plusieurs tentatives d'implantation, en rez-de-chaussée, de commerces, services ou salles d'exposition, depuis leur réhabilitation dans les années 90, les chalands marseillais ne les fréquentent pas. Mais fin 2013, le projet de JP Morgan Asset Management Europe, propriétaire, et du groupe Constructa, devrait changer la donne. Et même en faire un phare de l'opération d'intérêt national Euroméditerranée, à côté d'autres programmes à vocation commerciale comme les Terrasses du Port, la rue de la République ou les Voûtes de la Major.

 

« D'abord un lieu populaire ! »

« C'est parce que de nombreux projets se déploient entre la Joliette et le Vieux-Port que nous sommes convaincus de sa réussite future, explique Peter Reilly, directeur général de JP Morgan Asset Management Europe. Toutes les métropoles s'articulent autour de centres d'attractivité forts. C'est le tour de Marseille. »

À ceux qui redoutent que les commerces se cannibalisent les uns les autres, ou que le pouvoir d'achat des habitants ne suffise pas à les faire prospérer, Marc Pietri, PDG de Constructa, réplique : « Nous ne serons pas en concurrence. Nous voulons implanter les concepts qui feront la mode de 2014-2015. Notre ambition est d'en faire un lieu populaire comme Marseille. Pas d'élite ! » La création d'un pôle édition-photo-arts (1 000 m²) servira de vecteur d'attraction. « Hier, des cinémas, des Virgin Megastore, motivaient les déplacements de clientèle. Aujourd'hui, elle préfère des formes de " souk culturel " », confie Emmanuel Duchange, directeur général de Constructa Urban Systems.

Dessinée par l'architecte Alfonso Femia (agence 5+1 AA), cette « révolution douce et sentimentale à dimension héroïque » débouchera sur trois secteurs thématiques. « Le Port » abritera 4 250 m² de boutiques de mode, de musique, de design, et restaurants de saveurs du monde. « le Village », sur 8 500 m², proposera des services (pharmacie, téléphonie, optique...), un centre de fitness, du prêt-à-porter... Sur 4 250 m², « le Marché » se déclinera en une halle de produits biologiques de 1 000 m², une librairie, un restaurant bio...

 

Enrayer la fuite des clients

Le tout, ouvert sept jours sur sept jusqu'à minuit, bénéficiera d'animations festives et culturelles, et sera connecté aux technologies et réseaux nouvelle génération, grâce à un partenariat avec Orange. « En 2001, les Marseillais dépensaient 1,2 milliard d'euros hors de leur ville. En dix ans, nous en avons récupéré la moitié, mais il manquait encore 200 000 m² de surfaces commerciales sur notre territoire. Cette carence se comble pour rapatrier ces clients et en attirer de nouveaux », se réjouit Solange Biaggi, adjointe au maire de Marseille, en charge du commerce et du centre-ville.

LE PROJET EN CHIFFRES

  • 50 millions d'euros d'investissement
  • 24 650 m² de Shon, dont 17 000 m² de surfaces commerciales
  • 80 commerces sur deux niveaux
  • 45% d'alimentation ; 35% de prêt-à-porter, déco, design ; 20% de culture-loisirs
  • 45% d'enseignes locales, 40% nationales, 15% d'enseignes internationales
  • 1,47 million de clients potentiels à moins de trente-cinq minutes

Source : JP Morgan

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2218

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA