Alcools blancs et liqueurs : Le gin en grande forme, le rhum toujours leader

|

Dossier L’arrivée de nouvelles références plus premium et plus pointues aident à renouveler le marché, quelque peu en difficulté pour certains alcools tels que la vodka.

Ce qu’il faut retenir

  • Vodkas et gins segmentent plus finement leur offre, avec l’arrivée de références premium en GMS
  • La tendance de la mixologie renouvelle la consommation de ces alcools
  • Le rhum reste l’alcool blanc le plus consommé en France

Les chiffres

  • 3,77 Mrds € : le chiffre d’affaires des alcools blancs et des liqueurs, à - 0,5 %
  • - 3,7 % : l’évolution en volume 
  • + 3,2 % : l’évolution des prix 

Source : Iri, CAM au 30.06.2019, tous circuits

Une année mouvementée pour les gins ! Si cet alcool fort connaît de belles progressions, la loi Egalim, qui encadre les promotions des produits alimentaires, a engendré l’augmentation de son prix : + 8,8 % sur le prix moyen de la catégorie sur les trois premiers mois de l’année, ce qui en fait le produit à la plus forte hausse en grande distribution !

Mais il en fallait bien plus à la catégorie pour stopper son dynamisme. « Le marché des gins est à + 6 % en volume en grande distribution (CAM à P6 2019) et représente 4 millions de litres. Nous apportons de la nouveauté avec la marque Gibson’s, grand leader avec 39 % de part de marché », assure Séverin Bayle, chef de groupe alcools blancs de La Martiniquaise. La marque commercialise un nouveau breuvage à base de fraises et de pétales de rose depuis le printemps. Sur ce marché, de nouveaux acteurs arrivent en GMS. L’alcool est réputé pour son goût de plantes, et certains jouent cette carte à fond, comme le gin auvergnat Salers. Créé en 2008 et depuis peu dans les linéaires des grandes surfaces, le gin G’Vine est enrichi, lui, d’une dizaine de plantes et épices, quand la plupart des gins sont à base de grains. Nouveau en GMS, le gin de Provence Cantarelle ajoute à son breuvage du pamplemousse, de l’orange amère et de la coriandre.

Les cocktails à la rescousse

Ces liquides sont soutenus par la tendance toujours forte de la mixologie. Un atout précieux pour l’image et pour cibler un public différent, plus jeune. La vodka joue pleinement cet argument, le boom du Moscow mule (cocktail à base de vodka agrémenté de ginger beer) aide à maintenir les volumes, surtout dans les circuits CHR. Enfin, la tequila peine à se stabiliser, les volumes en grande distribution affichant une baisse de 6 % en juin 2019. L’ensemble de la catégorie est loin d’égaler des pays comme les États-Unis, où le gin est bien plus installé. Dans l’Hexagone, les whiskys et les rhums ont les faveurs des Français au moment de déguster un alcool.

Le rhum reste leur alcool blanc favori, pesant 565 millions d’euros à lui seul, plus que la catégorie gin tequila vodka ! Sa croissance est aussi la plus forte parmi les alcools et liqueurs (+ 7 % de chiffre d’affaires sur la même période !) Ici, les rhums des Dom-Tom pèsent 80 % des volumes. Mais certaines origines sont plus porteuses que d’autres. « Les internationaux bénéficient d’une plus forte croissance que les agricoles, les ambrés sont ceux qui progressent le plus, et les blancs reculent », précise Claire Meyer, directrice du marketing de Diageo (MHD), connu pour Zacapa et Captain Morgan.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2575

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message