Le goût du plaisirPAR YVES PEÏSMEMBRE DU DIRECTOIRE DU GROUPE ANDRÉ, DIRECTEUR DU PÔLE CENTRE-VILLE

La métamorphose qu'a connue la distribution française depuis 1958, année de la création de LSA, est spectaculaire. Dans le secteur d'activité du Groupe André, c'est-à-dire la distribution de chaussures et d'habillement, la manière de consommer n'a rien à voir avec ce qui se pratiquait à la fin des années 50. La part du budget des ménages consacrée à l'habillement n'a cessé de chuter, en raison de l'élévation du pouvoir d'achat et parce que les loisirs et la santé ont pris de plus en plus d'importance dans nos dépenses. En 1998, cela fait longtemps que la rentrée des classes n'est plus l'unique période de l'année où l'on s'achète des chaussures et des vêtements, et que l'arbitrage se fait entre l'achat du dernier accessoire à la mode et une soirée au restaurant.

Même si la notion d'achat utile reste ancrée dans les mentalités, la part de rêve liée à l'acte d'achat s'est démocratisée. Tous les clients, qu'ils soient jeunes ou vieux, hommes ou femmes, veulent plus de service, plus de liberté et plus de qualité, à un prix aussi bas que possible.

Depuis sa création à la fin du siècle dernier, toutes les évolutions que le Groupe André a mises en oeuvre n'ont été dictées que par un seul objectif : satisfaire notre clientèle populaire en allant au-devant de ses attentes en matière de mode et de prix.

André, Caroll, Chaussland, Creeks, Kookaï, la Halle aux Chaussures, la Halle aux Vêtements, Liberto, Minelli, Orcade, Spot Toutes nos enseignes et marques, qu'elles soient installées en centre-ville ou en périphérie, ont l'obsession de la satisfaction de tous ceux qui pénètrent dans nos magasins, que ce soit pour acheter ou pour flâner.

Nous voulons être les leaders de l'achat malin et de l'achat plaisir en proposant des produits à la mode, pour tous.Il est évidemment aussi difficile de préjuger de ce que sera le commerce en 2038 qu'il était impossible de prévoir, il y a quarante ans, l'essor que prendraient les grandes surfaces. Commerce électronique, Internet, les technologies nouvelles interpellent l'imaginaire des visionnaires. Mais, pour le moment, nul ne peut prédire l'ampleur que prendront réellement ces nouvelles techniques.

Paradoxalement, c'est dans ce contexte futuriste que les notions de plaisir et de confort d'achat reprennent tout leur sens. On ne s'achète pas un vêtement, un accessoire ou une paire de chaussures de la même manière qu'un produit d'entretien. C'est à nous, distributeurs, d'être suffisamment créatifs et imaginatifs pour que les consommateurs conservent ce goût du plaisir lorsqu'ils viennent nous voir. Un groupe comme André, de par sa dimension, et aussi parce que la pratique du succursalisme le met en contact direct avec le client, est aux premières loges pour observer les éventuels changements de comportement du consommateur. Ces changements, il continuera à les anticiper, pour que l'achat mode soit toujours synonyme d'achat plaisir.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1609

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous