Le gros électroménager se met en mode techno

|

Connexion à internet, envoi de photos du contenu du réfrigérateur sur le smartphone de son propriétaire, commandes à distance ou mutualisation des énergies, le blanc surfe sur la vague technologique. Mais ces progrès ne sont pas toujours simples à valoriser en rayon.

Biiiiiiiiiiiiiiiiiip-triiiiiiiiiii-tchiiiiiiiiiiiiik ! Un son proche du grésillement strident d'un vieux modem cherchant sa connexion internet sort du lave-linge. Retour aux joies des premiers pas du web ? Non, en fait, la machine à laver est simplement en train de « discuter » avec le service après-vente de LG : description de son dernier cycle, explications du fonctionnement des différents systèmes et branchements... Un seul bip suffit pour que la hotline du fabricant coréen puisse diagnostiquer, en vingt secondes seulement, quelque soixante pannes différentes. « Et nous monterons prochainement à cent », assure Hadrien Brossard, chef de produit lavage de LG. Plus la peine, du coup, d'attendre des heures au téléphone ou faire venir un technicien pour un simple problème de branchement d'arrivée d'eau. On n'arrête pas le progrès !

 

« Priorité au sens »

Technologie toujours chez Samsung, qui a mis au point un lave-linge et un climatiseur capables de se connecter au réseau wi-fi pour être pilotés à distance.

« Le blanc est à la veille d'un grand basculement technologique, comme on a pu le voir dans le brun ou la téléphonie mobile, pronostique Hervé Ollien, directeur de la division électroménager et climatisation chez Samsung. Mais pas question d'ajouter de la technologie pour la technologie : le progrès doit avoir du sens. Nous pouvons ainsi sans problème brancher un réfrigérateur sur internet. Mais si c'est juste pour afficher la météo du jour, est-ce vraiment pertinent ? »

Parmi les axes sur lesquels planchent les fabricants, toutes les technologies issues de l'internet sont observées de très près. LG a déjà imaginé un réfrigérateur permettant de répertorier et d'envoyer son contenu sur le smartphone de son propriétaire en cas de doute au supermarché.

Un concept sur lequel s'est également penché le groupe BSH : « Nous travaillons sur le projet d'un système qui prendrait une photo de l'intérieur du réfrigérateur à chaque fois que quelqu'un l'ouvre. Le consommateur saurait ainsi ce qu'il a besoin de racheter lors de ses courses », détaille Gerhard Nüssler, directeur du design de Siemens. La marque s'intéresse aussi au déclenchement à distance des appareils. « Mais cela n'est pertinent que pour certains produits : allumer un four ou une plaque de cuisson à distance n'a aucun intérêt », poursuit Gerhard Nüssler.

Plus prosaïque, Whirlpool cogite à résoudre par la connectivité un autre épineux problème : « Nous savons que la plupart des clients ne lisent pas les notices. Nous travaillons donc à des applications sur smartphone pour pallier ce manque », explique Jeanne Nicolaÿ, directrice des marques et de l'innovation chez Whirlpool.

 

Problème de coût

Toujours très préoccupées des progrès en matière d'économie d'électricité et d'eau - étiquette énergétique oblige -, les marques poursuivent également leurs avancées en la matière.

L'une des pistes, mise en oeuvre notamment par Whirlpool, consiste à mutualiser les énergies. « Nous lançons cette année les premiers appareils issus de notre concept Green Kitchen, dont un lave-vaisselle connecté au réfrigérateur pour utiliser l'énergie de ce dernier lors de la phase de chauffage de l'eau, la plus consommatrice d'électricité », confirme Jeanne Nicolaÿ.

Dans la même veine, les fabricants observent de près le réseau d'électricité intelligent « smart grid ». Plusieurs, dont Electrolux, testent in vivo chez des clients les possibilités de ce système permettant, entre autres, de mieux gérer les pics de consommation.

Cependant, il n'est pas si facile de jouer la carte technologique dans le Gem. D'abord pour une question de coût. « Le vainqueur de la dernière édition de notre concours Design Lab a ainsi mis au point une machine à laver portable. Il est techniquement possible de la produire à grande échelle, mais la question est de savoir s'il existe une vraie demande et comment valoriser cette innovation sur le marché », estime Fabien Seingier, directeur général d'Electrolux France.

Autre frein, le manque de visibilité des innovations : « En réalité, nos appareils embarquent déjà beaucoup de technologie, mais elles ne sont pas visibles. Ce n'est pas comme sur le marché des téléviseurs où l'innovation est immédiatement perceptible. En blanc, il faut trouver des moyens de rendre concrets les progrès techniques », explique Hervé Ollien, directeur de la division électroménager et climatisation chez Samsung.

LES CHIFFRES

  • 5,16 Mrds € Le chiffre d'affaires du gros électroménager en 2011, -1,4% versus 2010
  • 14,6 M Le nombre d'appareils vendus en 2011, +1% versus 2010

Source : Gifam

Irremplaçables vendeurs

Une véritable gageure dans laquelle les vendeurs en magasin ont un fort rôle à jouer, de même que le design des produits. « En fait, les gens n'ont pas envie de savoir comment ça marche, ils veulent juste expérimenter le progrès technologique, mais avec des interfaces simples à utiliser », souligne Gerhard Nüssler, qui a ainsi remarqué une nouvelle habitude chez les consommateurs : « Avec l'essor des tablettes et des smartphones, on s'est rendu compte que, dès que l'on présente un appareil avec un display, le premier réflexe des utilisateurs est de toucher l'écran, même s'il n'est pas tactile, au lieu d'actionner les boutons. »

Un changement bien perçu par les marques qui proposent de plus en plus de commandes tactiles. Terminé de se battre avec la molette des programmes du lave-linge, c'est bientôt la fin de la guerre des boutons !

Whirlpool fait la chasse au gaspi

  • Entamé en 2007, le concept de Green Kitchen visant à économiser des ressources en les mutualisant entre les différents appareils voit, cette année, le lancement de certains de ses produits. Au programme notamment, un lave-vaisselle pouvant se connecter au réfrigérateur afin de récupérer l’énergie de ce dernier lors du chauffage de l’eau. La marque a également mis au point le concept de FreshConnect, un réfrigérateur « éclaté » en plusieurs parties, mais avec une gestion du froid centralisée.

LG répare ses appareils à distance

  • Encore plus simple qu’un coup de fil ! Avec sa technologie Smart Diagnosis, qui équipe déjà toute sa gamme de lavage, LG simplifie le dépannage. En cas de panne, il suffit de téléphoner à la hotline du fabricant et d’appuyer sur un bouton : un son, semblable à celui des anciens modems, est alors émis par l’appareil et décrypté par la hotline. « Vingt secondes suffisent pour détecter plus de soixante pannes », affirme Hadrien Brossard, chef de produit lavage. Principal avantage : en cas d’intervention au domicile du client, le réparateur sait déjà de quelles pièces et matériel il aura besoin. Smart Manager (en haut) permet de répertorier le contenu de son réfrigérateur et de l’envoyer sur le smartphone de l’utilisateur pendant qu’il fait ses courses.

Samsung connecte ses lave-linge au wi-fi

  • La marque coréenne lance cette année une nouvelle machine à laver capable de se connecter au réseau wi-fi. Présenté lors du dernier CES de Las Vegas, cet appareil peut donc être mis en marche ou en pause à distance et d’un seul clic. Fini de laisser le linge essoré toute la journée dans la machine ! Cette fonctionnalité a également été introduite sur les climatiseurs. Idéal pour rentrer chez soi au frais, sans laisser tourner l’appareil toute la journée.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2224

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message