Le Groupe Casino déploie la plateforme Lyf Pay à l’ensemble de ses enseignes

|

Le distributeur annonce le renforcement du partenariat tissé avec Lyf Pay, dont il prend une participation minoritaire aux côtés d'investisseurs historiques comme Auchan.

Application mobile casino max

L’application Lyf Pay, qui permet notamment à ses utilisateurs de régler leurs achats en magasin via le service Scan Express, va être déployée dans l’ensemble des enseignes du Groupe Casino, annonce le distributeur ce 19 novembre. Hormis les enseignes Le Petit Casino, Géant Casino et Casino Supermarchés, la plateforme sera disponible courant 2019 chez Leader Price, Naturalia, Monoprix et Franprix, soit 9 000 points de vente. Pour le distributeur, c’est entre autres le moyen d’unifier ses services autour du paiement au travers d’un seul et même outil. "Le paiement doit être enrichi au-delà de l’acte d’achat en offrant à la fois une multiplication des points d’accès et une complémentarité des services", résume Cyril Bourgois, directeur de la transformation digitale et de l'innovation du Groupe Casino. D’où la volonté du groupe multi-enseignes de construire par ce partenariat un écosystème de services autour d’une application d'encaissement mobile tout-en-un. "Les acteurs du paiement mobile qui vont l’emporter sont ceux qui ont intégré le paiement à un acte plus complet", ajoute Julien Lagubeau, directeur général adjoint, en charge des opérations du Groupe. Pour les clients des enseignes Casino, la plateforme permet ainsi de créer une liste de course, cumuler des coupons promotionnels, recevoir des offres personnalisées ou encore d’accéder au paiement en quatre fois ou simplement au catalogue.

Ancrer une app multi-services dans les usages des consommateurs

Actuellement intégrée à l’application Casino Max (mais aussi à d’autres apps de distributeurs comme MyAuchan, tandis que Lyf Pay est intégré au système de caisse de Marionnaud et de Carrefour), la solution Lyf Pay a choisi un positionnement différent des acteurs du paiement mobile, qui constituent aujourd'hui une offre pléthorique, avec d’une part les solutions de paiement peer-to-peer (comme Lydia, PayPal ou Pumkin) et d’autre part les grands acteurs de la fintech (banques et Gafa via les Apple Pay et autres Google Pay). Le marché doit également composer avec les prestataires de services de paiement (PSP), à l’instar de Stripe, Adyen ou HiPay. Né de la fusion entre Wa! et Fivory, Lyf Pay propose une solution universelle qui propose de dématérialiser l’achat, du scan des produits au paiement en passant par le ticket de caisse et le programme de fidélité. Pour Julien Lagubeau, "se différencier par le paiement mobile, c’est également garder et entretenir le contact avec ses clients. Le mobile est désormais le couteau suisse qui permet de proposer une vraie valeur ajoutée", indique-t-il.

Comment va cohabiter cette solution à côté des autres dispositifs de paiement dont regorgent les applications ? "Les clients pourront continuer à utiliser d’autres moyens de paiement mobile, précise Julien Lagubeau. Notre volonté est de proposer à nos clients l’ensemble des solutions de paiement existantes sur le marché". Ainsi, l’enseigne de proximité Franprix conserve son app dotée de la solution Lydia. "Nous tablons sur une montée vertigineuse des applis de paiement en France", poursuit-on chez Casino. Pour séduire les utilisateurs, outre des communications autour des applis Lyf Pay et Casino Max implantées près des caisses, l’enseigne propose 1% de réduction aux clients utilisant ce mode de paiement. Car les utilisateurs sont encore minoritaires : pour le moment, seules 1% des transactions en magasin se réalisent via mobile dans les enseignes du distributeur. Mais chez Casino, on y croit, et on n'hésite pas à citer en exemple la Chine, au travers d’Alipay et de WeChat Pay, pour démontrer la pertinence des applications de paiement multi-services, désormais ancrées dans les usages quotidiens des consommateurs asiatiques. D'où la nouvelle ampleur de ce partenariat, qui s’accompagne en effet d’une prise de participation minoritaire du distributeur de 5% aux côtés des investisseurs historiques que sont Auchan, BNP Paribas, Crédit Mutuel, Mastercard et Total. "Une participation qui pourrait augmenter", ajoute l’enseigne. 

Construire un écosystème ouvert autour de l'expérience d'achat

Pour Lyf Pay, ce déploiement s’accompagne également d’une intégration de certaines fonctionnalités à d'autres applications B2C, à savoir celles de BNP Paribas et Crédit Mutuel. La société, active depuis 2017, revendique 1,3 million de téléchargements, 400 000 comptes actifs et un millier de points de vente en France. Elle vise 3,5 millions de comptes à l’horizon 2021 et, d’ici 2019, 7 000 points de vente supplémentaires aux 10 000 magasins actuels proposant sa solution. Elle va également s'élargir à d’autres secteurs que le commerce et la banque, dans lesquels le paiement dématérialisé est pertinent, comme l’événementiel, l’associatif ou la vente en mobilité. Une fonctionnalité de paiement entre particuliers va être ajoutée l’année prochaine. Idée de ces développements et partenariats : bâtir un écosystème ouvert entre commerçants, banques et services autour de l'expérience d'achat. Reste à savoir si cet usage finira par se généraliser en France et en Europe. Les investisseurs se disent confiants : selon eMarketer, 17,4% des Français possédant un smartphone l’ont utilisé pour effectuer un achat dans un point de vente physique au moins deux fois par an en 2018. Un chiffre qui pourrait atteindre 22,9%, soit 9,9 millions de personnes en 2021.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message