Le groupe Douglas (Nocibé) est en vente

|

Les actionnaires de Douglas veulent sortir du capital du groupe. Le leader de la parfumerie sélective est mis en vente sur la base d’une valorisation de plus de 3 milliards d’euros.

«Pour l’instant, tout est ouvert», insiste Isabelle Parize, présidente du directoire de Nocibé
«Pour l’instant, tout est ouvert», insiste Isabelle Parize, présidente du directoire de Nocibé

A l’occasion d’une conférence de presse tenue jeudi 2 avril 2015, Isabelle Parize, présidente du directoire de Nocibé et directrice générale de Douglas pour l’Europe du Sud, a confirmé la mise en vente de Douglas, révélée dans la presse allemande début mars. Le leader de la parfumerie sélective appartient pour 80% au fonds d’investissement Advent International et pour 20% à la famille Kreke. « Advent international est entré dans le capital en 2012, il est logique qu’ils veuillent sortir du capital. La famille Kreke veut sortir dans un premier temps mais à la volonté de réinvestir ensuite dans le groupe », a déclaré Isabelle Parize.

Plusieurs options

Les actionnaires «demandent dix fois l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) qui s’établit à plus de 300 millions d’euros, valorisant ainsi Douglas à largement plus de trois milliards », a-t-elle confié. Plusieurs options sont envisagées.  La presse allemande a notamment évoqué une réintroduction en bourse de Douglas. Le groupe qui était côté au Dax était sorti en 2012. Depuis, il s’est concentré sur la parfumerie et s’est séparé de ses autres activités comme des bijoux Christ et des bonbons Hussel. «C’est un groupe uniquement de parfumerie qui pourrait donc être réintroduit», commente Isabelle Parize.

Un repreneur d'ici fin juillet 2015

Nouveau fonds d’investissement ? rachat par un conccurent ? par un groupe comme L’Oréal ? « Pour l’instant, tout est ouvert », insiste Isabelle Parize. Sur ces différentes hypothèses qui lui ont été exposées, la présidente convient que « cela aurait du sens pour L’Oréal. En ce qui concerne Sephora, ce n’est pas possible : il y a trop de concurrence frontale en Europe avec Douglas. » Ce qui est sûr est la volonté des actionnaires de trouver un acquéreur « idéalement avant fin juillet 2015 », conclut Isabelle Parize.

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message