Le groupe In Vivo (Gamm Vert) améliore ses résultats

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe coopératif In Vivo, spécialisé dans la distribution (Gamm Vert, Frais d'ici), les céréales, le vin et la nutrition animale, a sensiblement amélioré ses résultats lors de son dernier exercice. Il veut renforcer sa centrale de référencement, et procéder à de nouvelles acquisitions. La baisse des cours des céréales pèsent toutefois sur son chiffre d'affaires. 

Thierry Blandinières, directeur général d'In Vivo, redéploie le groupe à l'international et dans les vins
Thierry Blandinières, directeur général d'In Vivo, redéploie le groupe à l'international et dans les vins© © laetitia duarte

Le groupe In Vivo respire un peu mieux. Son résultat net, qui avait pratiquement disparu l'an dernier à 16 millions d'euros, a été multiplié par 4 à 62 millions d'euros et les ristournes aux coopératives adhérentes ont atteint 97 millions d'euros au lieu de 91. Son chiffre d'affaires s'est établi à 5,7 milliards d'euros, stable par rapport à l'an dernier. C'est son métier historique, la commercialisation des céréales, dont les cours mondiaux stagnent ou baissent qui flanche le plus. A 2,1 milliards de chiffre d'affaires, le recul atteint 6,1 %, "malgré une hausse des ventes en volume", selon Thierry Blandinières, directeur général d'In Vivo Holding. Idem pour les semences et l'agrofourniture, à 1,6 milliards, en baisse de 2,9 %. 

Ces deux secteurs doivent être renforcés, notamment l'agrofourniture. "Nous sommes dans une démarche de massification des achats, ils atteignent un volume de 1 milliard d'euros, et nous demandons à nos adhérents d'acheter ensemble, comme le fait la grande distribution, intelligemment, afin d'obtenir des ristournes, expose Thierry Blandinières, directeur général d'In Vivo. Dans les phytosanitaires, avec les concentrations des Syngeta et autres, nous n'avons plus à faire à des géants, mais à des titans". C'est aussi dans cette branche que le groupe doit développer des services, notamment le big data et l'agriculture intelligente, via la numérisation ou la recherche.

Gamm Vert apporte 40 % des ristournes

La seule branche qui connaît une très forte croissance est la nutrition animale et le pet food, où le groupe multiplie les acquisitions internationales, en Amérique du Sud, en Asie, et en Afrique. A 1,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, la croissance atteint 12,4 %, à la fois en organique et en acquisitions. "Partout où le niveau de vie s'élève dans le monde, la nutrition animale se développe", indique Hubert de Roquefeuil, patron de la filiale NSA. Soit pour nourrir les animaux destinés à l'alimentation, soit pour les chiens et chats. En France, les usines ont été cédées. Le marché est calamiteux et les défauts de paiement s'y multiplient.  

En revanche, In Vivo vient de créer une nouvelle branche vin en rachetant Cordier à Bordeaux et en prenant 21 % du capital de Vivadeis (ex Val d'Orbieu) principalement pour attaquer l'export. Ces achats sont trop récents pour figurer dans le chiffre d'affaires du dernier exercice, mais ils devraient permettre à In Vivo de repasser la barre des 6 milliards d'euros l'an prochain, qui était déjà l'objectif l'an dernier. Enfin, In Vivo continue à déployer ses enseignes de distribution grand public, Gamm Vert ou Frais d'ici, malgré la consommation atone. "Depuis 18 mois, le marché est à l'arrêt, mais le réseau Gamm Vert marque des points, souligne Jean-Pierre Dassieu. En zone rurale, nous devenons un petit Décathlon, pour les retraités randonneurs, nous avons développé une gamme de surgelés 100 % agriculture française". 

Le rachat de Delbard a conforté le réseau et va devenir une enseigne pour les franchisés. Un troisième magasin Frais d'ici a été ouvert, appelant à "manger frais, acheter local". Pour accroître rapidement le réseau, Thierry Blandinières compte sur l'adossement de Frais d'ici à des magasins Gamm Vert, soit en reprenant une partie de la surface lorsqu'ils sont trop grands, soit via l'agrandissement des magasins. In VIvo Grand Public affiche un chiffre d'affaires de 513 millions d'euros, en hausse modeste de 2,5 %. Mais en pesant moins de 10 % du groupe, l'enseigne contribue à... 40 % du montant des ristournes revenant aux coopératives adhérentes à In Vivo. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA