Marchés

Le groupe Nestlé peine à maintenir son chiffre d’affaires 2014

|

Le groupe Nestlé a surtout été pénalisé par un taux de change défavorable, mais aussi des cessions, qui font reculer son chiffre d’affaires à 55,1 milliards d’euros (-3,1 %) pour les 9 premiers mois de l’année 2014.

Paul Bulke, président du groupe Nestlé dont le chiffre d'affaires 2014 impacté par les taux de change
Paul Bulke, président du groupe Nestlé dont le chiffre d'affaires 2014 impacté par les taux de change© DR

D’après le groupe Nestlé, le taux de change défavorable a eu un impact de 7,5 % sur les ventes réalisées au cours des neuf premiers mois 2014, auquel s’ajoute -0,1 % dans la balance cessions-acquisitions. Mais le recul est en très grande partie compensé par une croissance organique de 4,5 % en moyenne, les ventes se contractant au final de 3,1 % à 55,1 milliards d'euros

L’Europe offre la croissance la plus faible

La croissance des ventes en Europe reste la plus faible, à 1,4 %, contre 5,1 % sur le continent américain, et 6,5 % en Asie, Océanie et Afrique. "En dépit des vents contraires, la croissance de la Zone a été positive, conduite par l’innovation et le haut de gamme. La confiance des consommateurs demeure fragile en Europe et le contexte a rendu difficile l’adaptation des prix", précise le groupe.

Les pizzas surgelées en bonne forme

La croissance a été principalement portée par l’Espagne, le Portugal, la France, l’Autriche et les Pays-Bas tandis que la région Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie ont été plus faibles.  Parmi les marques performantes, Nescafé Dolce Gusto qui "a continué à bien croître",  le café soluble avec Nescafé Gold, et les pizzas surgelées alors que les glaces ont eu une saison estivale difficile dans la plupart de l’Europe. Les produits pour animaux de compagnie ont aussi connu une bonne croissance, spécialement Felix, Purina One, Gourmet, ainsi que les snacks.

Recherche de partenariat pour Davigel

La branche boissons, via Nestlé Waters (Perrier, Vittel, San Pellegrino, Nestlé Pure Life), affiche aussi une belle croissance, de 5,8 % au niveau mondial, les ventes atteignant 4,7 milliards d’euros. Rappelons que le groupe Nestlé recherche un partenariat pour sa filiale surgelés Davigel, ce qui devrait contribuer à contracter un peu plus le chiffre d’affaires européen, sauf acquisitions. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message