Le groupe PriceMinister passe sous pavillon japonais

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Rakuten, numéro un de l'e-commerce au Japon, a acquis 100 % du capital de PriceMinister pour 200 millions d'euros. Il veut en faire son navire amiral pour attaquer le marché européen.

La nouvelle est tombée jeudi 17 juin. Le groupe PriceMinister, fondé il y a dix ans et dirigé par le sémillant Pierre Kosciusko-Morizet, frère de la secrétaire d'État à l'Économie numérique Nathalie Kosciusko-Morizet, est passé dans le giron du groupe japonais Rakuten, dirigé par Hiroshi Mikitani, numéro un de l'e-commerce au Japon.

« Le premier contact a eu lieu en janvier par un simple mail adressé à notre service client. Ils avaient entendu parler de nous au cours d'un dîner à Paris et souhaitaient nous rencontrer », raconte Pierre Kosciusko-Morizet. À l'époque, la Bourse était basse, la croissance de l'entreprise forte (+ 25 % pour le site PriceMinister et + 22 % pour le groupe). Et l'opportunité de vendre pas évidente. « Nous avons revu les dirigeants de Rakuten à Tokyo courant avril, poursuit le PDG. Le courant est très bien passé. Le projet de développer l'Europe pour eux, avec les moyens pour le mettre en oeuvre était plus excitant, de mon point de vue, qu'une éventuelle entrée en Bourse, qui nous aurait éloignés du coeur de notre business. Et l'offre était intéressante. »

C'est un euphémisme. Le rachat s'élève à 200 millions d'euros payés intégralement en cash aux quatre fondateurs, Pierre Kosciusko-Morizet, Pierre Krings, Justin Ziegler et Olivier Mathiot (47 % du capital), aux salariés (10 % environ) et aux fonds et investisseurs privés (43 % environ) pour un ensemble comprenant, outre le site d'achat-vente de produits neufs et d'occasion PriceMinister, le comparateur de prix de voyage sur internet voyagermoinscher.com, et le site avendrealouer.fr, numéro deux de l'immobilier professionnel en France.

 

Des modèles proches

Un excellent deal pour les propriétaires de PriceMinister, le site ayant été racheté cinq fois son chiffre d'affaires. « Il faut faire attention avec les chiffres. Les 40 millions de chiffre d'affaires correspondent à la commission que nous prenons, et non au volume d'affaires. Ce qu'il faut retenir, c'est que nous sommes rentables depuis cinq ans, avec 25 millions d'euros de trésorerie à la banque », précise Pierre Kosciusko-Morizet.

Au-delà de la valorisation du groupe, PriceMinister est surtout l'une des rares sociétés indépendantes d'e-commerce en Europe. Outre une audience de 11 millions de visiteurs uniques qui le place en tête des sites marchands français, son modèle est proche de celui du groupe japonais. PriceMinister propose plus de 160 millions de produits vendus par 40 % de vendeurs professionnels, quand Rakuten offre, à travers sa place de marché, Rakuten Ichiba, 58 millions de produits proposés par plus de 33 000 marchands partenaires, dont certains réalisent un chiffre d'affaires de plus de 1 million de dollars par mois. « Nous n'avons pas de synergies de coûts, mais des synergies de développement. Nous allons notamment pouvoir développer des fonctionnalités pour proposer de meilleurs services à nos vendeurs professionnels et les aider à vendre davantage », indique Pierre Kosciusko-Morizet qui s'est engagé, lui et l'ensemble du comité de direction de PriceMinister, avec Rakuten pour cinq ans. Sa marge de manoeuvre ? « Elle est importante sur le papier, puisque je continue à décider de la stratégie en cohérence avec celle du groupe », assure-t-il.

Parti de rien, il a su faire de PriceMinister (dont le modèle est l'américain Half.com) une success-story dont il a retracé la saga dans un ouvrage sorti en mai : « PriceMinister - Toutes les entreprises ont été petites un jour ».

 

Rakuten vise la première place mondiale

Ce rachat signe donc la fin d'une époque, celle d'une entreprise qui avait su rester indépendante, et le début d'une ère nouvelle. Coté à la Bourse de Tokyo depuis 2000, Rakuten, présent au Japon dans le commerce en ligne (54 % de son chiffre d'affaires), les voyages et les services financiers, ambitionne, en effet, de devenir le premier e-commerçant au monde. Pour ce faire il entend bien poursuivre sa stratégie d'acquisition déjà entamée à l'international, en Asie- avec le rachat de Marketplace en Thaïlande, en Indonésie, et le joint-venture signé avec la société chinoise Baidu. Et aux États-Unis via le rachat, il y a un mois, du site américain Buy.com pour 250 millions de dollars.

PriceMinister servira de plate-forme européenne avec la latitude et les moyens financiers pour se développer. « Nous sommes déjà en Espagne. Nous avons ouvert la Grande-Bretagne il y a un an. Nous visons aussi l'Allemagne ainsi que, pourquoi pas, la Pologne et L'Europe du Nord. Nous nous développerons par croissance organique, en ouvrant de nouvelles filiales et via des acquisitions. Tout cela se fera au cas pas cas et en fonction des opportunités », affirme Pierre Kosciusko-Morizet avec enthousiasme. La petite entreprise n'a pas fini de grandir...

PriceMinister en dates

2000 : Création de la société.

2001 : Lancement du site.

2005 : Ouverture du site de petites annonces automobiles PriceMinister Auto.

2007 : Acquisition de Mixad/321Auto, AVendreALouer, Planetanoo et VoyagerMoinsCher.

2008 : Introduction en Bourse annulée, lancement de priceminister.co au Royaume-Uni.

Le groupe PriceMinister en chiffres

39,9 M € de chiffre d'affaires en 2009 (un peu moins de 50 M € prévus en 2010)

6,62 M € de résultat brut d'exploitation (Ebit) en 2009 (12 à 15 M € prévus pour 2010)

12 millions de membres, et plus de 11 millions de visiteurs uniques pour le site PriceMinister

Rakuten en chiffres

64 millions de membres.

2,7 Mrds € de chiffre d'affaires en 2009.

477 M € de résultat net.

Plus de 6 000 employés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2143

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA