Marchés

Le groupe Sud Céréales se développe dans les céréales prêtes à cuire

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe coopératif lance les essais sur son nouvel atelier d'étuvage de riz. Il prépare aussi, via la structure partenariale Epigrain, la commercialisation de blé micro-ondable, Grinn's.

Le 3 janvier, le groupe coo-pératif Sud Céréales, qui affiche un chiffre d'affaires consolidé de 98,28 millions d'euros, a démarré les premiers essais de son nouvel atelier d'étuvage de riz implanté à Arles (Bouches-du-Rhône). La production débutera d'ici à quelques semaines. L'atelier (une trentaine de personnes) produira du riz à cuisson rapide : quinze minutes d'abord, puis dix minutes dès juillet, et huit pour la fin de l'année. « Nous visons prioritairement la grande distribution et la restauration hors foyer », explique Emmanuel Boy, directeur général de Sud Céréales. L'outil sera complété en juillet par Rizerie SCS, une usine de transformation et de blanchiment. « Nos installations seront pleinement opéra- tionnelles pour la récolte 2005. Nous pourrons absorber la quasi-totalité de la production rizicole camarguaise », assure François Jourdan, président du conseil de surveillance. Un point positif pour la filière, après la fermeture de l'usine Lustucru d'Arles au printemps 2004, suite aux inondations. Initié avant cet événement, le projet de Sud Céréales est développé en partenariat avec Soufflet Alimentaire, partenaire associé au financement du projet et qui s'occupera de la commercialisation.

« Anticiper de nouveaux besoins »

C'est aussi grâce à un partenariat que le groupe coopératif investit le créneau du blé prêt à cuire pour se positionner en alternative à Ébly. Avec Audecoop et Groupe coopératif occitan (GCO), les coopératives de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, il a créé une structure commune, Épigrain, chargée de lancer en grande distribution une nouvelle marque, Grinn's, proposant du blé dur immature (récolté à 50 % d'humidité) en sachets conçus pour une cuisson au micro-ondes. La première année, Épigrain espère vendre au moins 3 000 tonnes de ce produit élaboré avec l'Inra de Montpellier et Arvalis-Institut technique des céréales et fourrages. « Nous souhaitons coller au marché, mais aussi anticiper de nouveaux besoins », commente Thierry Blanchard, président du directoire. Le groupe travaille sur d'autres produits, comme les arachides ou le carthame.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA