Le groupe Vestra a cédé Scandale

|

Denis Bidault, pdg depuis 1992, reprend la marque de corseterie avec un fond d'investissement.

Scandale a changé de mains. Racheté par Vestra fin 2000 au groupe Devanlay, le fabricant de lingerie féminine vient d'être repris par Denis Bidault son PDG depuis 1992 (à hauteur de 51%), le fond d'investissement Développement et Partenariat (36%) et des cadres de l'entreprise (13%). Cette cession ne changera en rien la stratégie de Scandale, assure Denis Bidault. Le fabricant qui a réalisé un chiffre d'affaires de 24,39 millions d'euros en 2000 table sur 8% de progression d'activité sur l'exercice en cours. Une augmentation qu'il tire du succès de la marque Scandale (+15%) et de sa ligne Songe de lingerie sans couture lancée fin 1999. Scandale qui réalise 20% de ses ventes via son activité de fabricant de marques propres pour Monoprix, Carrefour, Casino et Cora vient d'ajouter une corde à son arc en signant, sous licence, la première ligne de lingerie féminine de la marque Lacoste. " D'ici à 2004, la collection Lacoste (60 pièces) devrait générer un chiffre d'affaires de 7,62 millions d'euros, contre 3,05 millions d'euros en 2002 ", estime-t-il. Une nouvelle activité avec une marque de renommée mondiale qui, selon Denis Bidault, devrait contribuer au développement de l'activité de Scandale à l'international. " De 15% aujourd'hui, l'export devrait représenter d'ici à 5 ans un tiers du chiffre d'affaires de Scandale ", espère PDG de Scandale.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations