Le horsegate désarçonne les plats cuisinés

|

Le scandale de la viande de cheval touche durement la catégorie des plats à base de pâtes, dans laquelle les raviolis sont surreprésentés.

Les industriels entendent s’inspirer des recettes traditionnelles, comme la dernière gamme de La Belle Chaurienne.
Les industriels entendent s’inspirer des recettes traditionnelles, comme la dernière gamme de La Belle Chaurienne.

Il ne fait pas bon oeuvrer dans le rayon des plats préparés appertisés. Si les acteurs du secteur ont minimisé dans un premier temps

LE CHIFFRE

  • - 7,6% La baisse en volume des plats préparés appertisés CAM à fin juin 2013, évolution vs 2012

Source : Iri

les conséquences du scandale de la viande de cheval étiquetée comme du boeuf, le fait est que le secteur est toujours à la peine, avec des évolutions négatives en valeur (- 5% du chiffre d'affaires) et en volume, à - 7,6% selon Iri (CAM arrêté au mois de juin 2013).

« L'ensemble du marché des plats cuisinés a été affecté dès le début de la crise », constate Florence Guillon, directrice marketing de Raynal et Roquelaure. Le scandale du horsegate pénalisait déjà le rayon épicerie avant la découverte d'ADN de cheval dans les raviolis vendus sous licence Panzani, fabriqués par William Saurin (Groupe de Monique Piffaut, Financière Turenne Lafayette), le 26 février.

 

Des ventes en dégringolade

 

Dès lors, la chute des ventes s'accélère à - 31% entre le 25 février et le 3 mars, selon le cabinet Nielsen, et de 35% la semaine suivante. Quelques mois après ce scandale, la catégorie qui souffre le plus est donc, sans surprise, les plats à base de pâtes, avec - 11,4% en valeur et - 13,4% en volume.

 

Les marques ont retrouvé la confiance du public

 

Les autres catégories suivent aussi ces tendances à la baisse. Les marques interrogées assurent pourtant que la confiance est retrouvée avec les consommateurs, et plusieurs, à l'instar de Panzani et de Maggi (Nestlé), mentionnent la provenance française de leur boeuf. Dans cette morosité ambiante, seuls les plats déshydratés résistent, avec des évolutions à + 7,6% en valeur, et - 1,6% en volume.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGC2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message