Marchés

Le jour le plus long pour FagorBrandt

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ce vendredi 11 avril se tiennent deux échéances décisives pour l'avenir de FagorBrandt et ses 1800 salariés en France. Si la justice espagnole vient de trancher en faveur de Cevital, le groupe algérien proposant l'offre de reprise la mieux-disante, on attend à présent la décision du tribunal de commerce de Nanterre qui examinera les dossiers de reprise cet après-midi.

Le tribunal de Nanterre a examiné cet après-midi les offres de reprise de FagorBrandt. Sa décision est en délibéré au 15 avril.
Le tribunal de Nanterre a examiné cet après-midi les offres de reprise de FagorBrandt. Sa décision est en délibéré au 15 avril.

Première bonne nouvelle pour les salariés de FagorBrandt ! Selon des syndicats, le tribunal de commerce espagnol de Saint Sébastien a accepté ce matin la proposition de rachat des marques de Fagor (Brandt, Vedette, De Dietrich, Sauter...) par Cevital. D'abord rejetée par la justice espagnole, l'offre de rachat de ces labels, indispensables au conglomérat algérien pour poursuivre l'activité des sites de FagorBrandt en France, a finalement été validée... pour le plus grand soulagement de tous.

La reprise des marques acceptée en Espagne

En effet, l'offre de Cevital, qui propose la reprise de deux des quatre usines de FagorBrandt dans l'Hexagone ainsi que la sauvegarde de 1200 emplois sur les 1800 que compte le groupe, était suspendue à un accord de rachat des marques, détenues par une autre filiale du groupe Fagor. Las, validée fin janvier, les 25 millions d'euros proposés par Cevital pour ce rachat avaient finalement paru insuffisant à la justice espagnole qui avait rejeté l'offre le 14 mars. Cévital ainsi que l'administrateur judiciaire français de FagorBrandt avaient fait appel de cette décision. Appel finalement entendu ce matin par le tribunal espagnol...

En attendant Nanterre...

L'avenir du groupe en France se joue désormais en région parisienne où le tribunal de commerce de Nanterre a examiné cet après-midi les offres de reprise. Si Cevital a déposé l'offre la plus complète, deux autres dossiers, émanant de Variance Technologies et de S20, ont également été étudiés. Ils concernent plus spécifiquement les deux usines vendéennes que le conglomérat algérien ne souhaite pas reprendre. "Mais Cevital s'est dit prêt à examiner des hypothèses de partenariat pour aider la reconversion des sites, à la condition qu'il s'agisse de projets industriels pérennes", explique FagorBrandt dans un communiqué.

Le tribunal rendra sa décision le 15 avril prochain.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA