Le label vergers écoresponsables dope sa communication auprès du grand public

|

Crée à l’instigation de l’Association nationale pommes poires (ANPP) en 2009, le label vergers écoresponsables veut se faire davantage connaitre du grand public. A la clé un budget de communication en hausse de 40% pour l’année 2018

vergers écoresponsables

Trop traités les pommes et les poires produites en France ? Depuis sa création en 2008, l’association nationale Pommes Poires tente d’en finir avec cette idée. La structure présidée par Daniel Sauvaitre regroupe 1400 producteurs, soit 65% de la production de pommes  et 45% de la production de poires en France.

Avec une production nationale de 1,5 M de tonnes, dont 500 000 tonnes destinées à l’export, un  taux  de pénétration de 88,4% et une consommation de 16,2 kg par an et par foyer, la pomme reste le premier fruit produit et consommé en France.

Au lendemain de la création de l’ANPP, les arboriculteurs réunis au sein de la nouvelle entité se sont engagés dans l’élaboration d’une charte de qualité: « la filière était pointée du doigt dans les médias pour l’utilisation des pesticides et des intrants », explique le président de l’ANPP.

Une démarche de progrès engagée depuis la fin des années 90

Fruit d’un long travail de la profession engagé dès la fin des années 90 en s’appuyant sur les compétences du CTIFL et des stations d’expérimentation implantées dans chaque bassin de production, cette charte de qualité est chaque année enrichie de nouveaux points. L’objectif  poursuivi est de réduire les intrants, de s’appuyer sur les insectes pollinisateurs et les auxiliaires, de gérer au mieux le sol et l’eau. Pour valoriser ces efforts auprès des acheteurs et des consommateurs,  a été créé en 2009 le label des vergers écoresponsables et qui a commencé à être apposé sur les produits à partir de 2010.

« Deux-tiers des pommes vendues en France viennent des vergers écoresponsables et pourraient potentiellement  être porteuses de ce label mais ce n’est pas le cas car certaines enseignes ont développé leurs marques propres et ne veulent pas créer de confusion auprès des consommateurs », poursuit Daniel Sauvaitre.

Un contexte porteur

Le label entend pour autant gagner davantage ses titres de noblesse auprès du grand public. « Le contexte est porteur. Toutes les enquêtes d’opinion montrent que les Français sont sensibles à l’origine des produits et issus de démarches plus respectueuses de l’environnement », insiste le président de l’ANPP.  Certains signaux sont encourageants. Selon la dernière enquête réalisée en ligne auprès de 1000 personnes au début de ce mois,  40% des personnes interrogées déclarent connaitre le label vergers écoresponsables, identifié notamment en point de vente.

Un budget de communication en hausse de 40%

Après avoir parrainée l’émission télématin pendant le mois de novembre 2017, l’ANPP entend donc poursuivre ses actions de communication en 2018, d’abord en parrainant dès le mois de janvier l’émission « l’amour est dans le près », puis par de nouvelles actions de communication en point de vente. Les 500 ambassadeurs du label se font fort de déployer dans les magasins le matériel d’information et de théatralisation qui devrait doper sa notoriété auprès du grand public. Sans oublier une campagne dans la presse professionnelle et sur les réseaux sociaux et surtout pour la première fois un stand au salon international de l’agriculture en février 2018. Selon Daniel Sauvaitre, le budget de communication consacré à la promotion du label est en hausse de 40%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter