Marchés

Le livre numérique décolle mais reste tout petit

|

Malgré une croissance de 100% en 2013, le livre numérique ne pèse que 1,1% d'un marché global du livre par ailleurs en recul...

 En 2013, les ventes de livres numériques ont atteint les 5 millions d’unités, générant un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros.
En 2013, les ventes de livres numériques ont atteint les 5 millions d’unités, générant un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros.

Il y a deux façons d’appréhender le marché du livre numérique. Une première qu’on pourrait qualifier de « dynamique » et qui consiste à observer son taux de croissance. Et là on est bien obligé d’admettre qu’il est en plein essor. Entre 2012 et 2013, les ventes ont cru de 100% selon GfK. Le marché avait déjà plus que doublé sur l’année précédente.

Mais il y a une deuxième façon de l’aborder, plus « statique », en gros la photographie du marché à l’instant T. Et là force est de constater que ce marché est encore lilliputien. En 2013, les ventes de livres numériques ont atteint les 5 millions d’unités, générant un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros. Si le marché global du livre était un roman de 200 pages, le livre numérique représenterait à peine plus que les deux premières pages…

« La part du numérique reste marginale si on la rapporte à l’ensemble du marché du Livre, soit 1,1% du chiffre d’affaires total du marché. Mais il convient de nuancer ce ratio en tenant compte du fait que tous les segments de marché physiques ne trouvent pas encore leur équivalent en numérique », explique Sébastien Rouault, chef de groupe Livre chez GfK.
En effet, si aujourd’hui romans et essais paraissent de plus en plus souvent en physique et en numérique de manière simultanée, cela n’est pas le cas pour les livres illustrés, pratiques ou les albums jeunesse par exemple où le passage au dématérialisé est plus complexe à mettre en place.

Si l’on restreint le périmètre d’analyse à la littérature générale, le numérique représente alors 4 à 5% des ventes totales avec pour certains titres, des pics compris entre 10 et 15%.
Au final, si le livre numérique ne représente qu’un fraction du marché global, c’est le seul qui connait une forte croissance. Car au global, le livre n’est pas à la fête en France avec des ventes en recul de 2,8% en 2013 (356 millions d’exemplaires) et un chiffre d’affaires qui connait la même évolution (-2,7%) à 3,9 Mrd€.

La fermeture et le recul d’activité de dizaine de points de vente ont affecté les circuits des librairies de 1er niveau et les grandes surfaces culturelles, en repli respectif de -6,5% et -5,1% en valeur.
Le réseau de la grande distribution, hyper et supermarchés, a su entretenir  la stabilité de son chiffre d’affaires en misant notamment sur les best sellers, dont la série Cinquante nuances et le nouvel opus d’Astérix.
« En 2013 la dynamique du marché se concentre sur les 2000 meilleures ventes. Ainsi la valeur générée par le Top 10 a progressé de 31% par rapport à 2012 et +7,5% pour le Top 100. C’est après le Top 2000 que la tendance s’inverse pour s’approcher des -3% sur l’ensemble du marché», analyse Sébastien Rouault, chef de groupe livre chez GfK.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter