Marchés

Le lobby de la volaille fait ses comptes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La Confédération de l’aviculture vient de publier l’évolution des coûts de production des volailles afin de justifier de la nécessité absolue pour ce secteur que la distribution accepte des hausses de tarifs, alors que les négociations entrent dans leur phase finale. La hausse des céréales continuant de se poursuivre vers des sommets, le prix des aliments pour les volailles s’inscrivent à + 29 % pour les dindes, +31 % pour les pintades, +35 % pour le poulet standard et les pondeuses, +38 % pour les poulets label, +41 % pour les canard et +47 % pour le lapin. Ces hausses provoquent des coûts supérieurs en moyenne de 29 % par rapport à l’an dernier à la sortie de l’élevage, et de 17 % à la sortir des abattoirs. Le secteur de la volaille entend peser sur les négociations en cours entre le ministère de l’Agriculture, le secrétariat d’Etat à la consommation, les industriels et les distributeurs sur les hausses de tarifs. Il pointe une grande faiblesse, l’augmentation des importations en hausse de 9 % en raison de coûts de production plus compétitifs.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA