Le lobby laitier s’inquiète pour ses hausses de tarifs

|

Le lobby de l’industrie laitière craint de ne pas pouvoir augmenter ses tarifs à hauteur de la hausse des prix du lait observée partout actuellement en Europe, et notamment en France, où le prix du lait augmente de 3 à 8 %. Ce qui empêcherait également la valorisation des produits de grande consommation du secteur laitier. Or, «cette évolution n’est possible qu’à condition que la politique commerciale des entreprises ne soit pas systématiquement remise en cause par les distributeurs », indique un communiqué de la FNIL. Interrogé par LSA sur le sens de cette phrase, son président, Olivier Picot, indique que les entreprises du secteur laitier craignent que les enseignes veuillent limiter la hausse des tarifs des produits laitiers « au bas de la fourchette – 3 % - alors que la hausse moyenne est en réalité de 6 % ». «La distribution n’était pas responsable de la crise du lait l’an dernier, comme l’a justement rappelé récemment Jérôme Bédier, président de la FCD, ajoute Olivier Picot. Il ne faudrait pas qu’elle prenne aujourd’hui la responsabilité d’empêcher les entreprises laitières à satisfaire la légitime demande des producteurs que le prix du lait augmente», en refusant, donc, des hausses de tarifs. Il salue par ailleurs la position d’Arnaud Mulliez, président d’Auchan France, qui, dans une interview à Metro, demande que les prix du lait soient réglementés…  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter