Le m-commerce estimé mais délaissé

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

TRIBUNE D'EXPERTS Plus de 60 % des marchands estiment que le m-commerce impactera leur chiffre d’affaires dans les deux ans à venir, selon une étude de Rakuten. Mais seulement la moitié d’entre eux se dit prêt à le développer

M-Commerce

Rakuten s’est penché par l’intermédiaire d’un sondage exclusif « Le m-commerce et vous » sur la perception et le comportement des marchands par rapport au m-commerce. Bilan controversé! Si le m-commerce est perçu comme une future variable à prendre en compte pour la santé financière des entreprises, seul plus d’un marchand sur deux se dit prêt à débloquer un budget supplémentaire dans les deux ans à venir pour développer cette activité. 

Une réelle prise de conscience du filon m-commerce

D’après une enquête réalisée par Rakuten auprès de 263 marchands de sa place de marché PriceMinister.com lors de Rakuten Campus, grand-messe annuelle de la plateforme e-commerce PriceMinister-Rakuten le 19 juin dernier, 60,8% des marchands pensent que les marchands qui n’auront pas de solution m-commerce dans les deux prochaines années perdront une part significative de leur chiffre d’affaires de l’ordre de plus de 20%. Cette réponse démontre la prise de conscience et la lucidité des marchands par rapport à l’opportunité que représente le m-commerce et son impact sur les finances d’un commerce.

Un développement m-commerce freiné par une tangible frilosité 

Malgré cette clarté d’esprit par rapport au futur du marché, seul 54% des marchands interrogés se disent prêts à débloquer un budget supplémentaire dans les deux prochaines années pour développer leur stratégie m-commerce. On note par conséquent une certaine frilosité quant à investir dans le m-commerce, malgré les perspectives économiques qui en découleraient.

Un potentiel inexploité, un réel manque à gagner…

Si la majorité des marchands sont peu enclins à développer leur stratégie m-commerce, c’est sûrement parce que 72,2% d’entre eux pensent que les achats effectués sur mobile à l’heure actuelle sont principalement des achats de produit à bas prix. Le PC recueillant encore et toujours la préférence des consommateurs en ce qui concerne les achats plus conséquents.

Or, lorsque l’on interroge les marchands sur les catégories de produits générant le plus de vente sur mobile (applications et site), les produits High Tech (25%), Mode (33%), Jeu vidéo (22%) et Maison & Electroménager (18%)  sont les grand-gagnants.

Par conséquent, ce refus de développer une stratégie mobile pourrait représenter un réel coût d’opportunité pour les marchands et les empêcher de gonfler leurs recettes en multipliant les ventes.

Vers un statu quo ?

« Au Japon, les ventes par mobile représentent déjà près de 50% des ventes de la place de marché de Rakuten Ichiba, ce chiffre ne fait qu’augmenter tous les ans. Le mobile c’est réellement l’avenir du e-commerce ! Il est évident qu’en France, au vu de ces résultats, cette activité n’est pas encore un automatiste chez les marchands. Il serait intéressant d’envisager la création d’outils qui sensibiliseraient les marchands au potentiel du m-commerce »  s’exprime Olivier Mathiot, PDG de Price-Minister-Rakuten. Pour rappel, selon 44,9% des marchands, le m-commerce ne représente actuellement que 0 à 15% de leurs ventes. L’autre moitié des marchands (44,1%) ne connait même pas le poids du m-commerce dans ses ventes, preuve du rôle seulement subsidiaire que joue le commerce sur mobile aujourd’hui. 

Ces chiffres révèlent une tendance de fond : si pour les marques le cross canal est une évidence, en pratique, le mobile ne reste encore qu’un support de consultation. En face, le PC demeure le canal de vente préféré des français avec un panier moyen supérieur de 23% au panier moyen mobile. Les marchands sont donc conscients que les internautes utilisent de plus en plus leur mobile pour rechercher sur le web et qu’une nouvelle dimension du e-commerce est par conséquent à prendre en compte. Cependant, étant donné que la consultation à une offre ne se transforme pas nécessairement en une vente, de nombreux marchands sont encore dubitatifs. Finalement, peu importe le canal de vente utilisé, ils attendent surtout un accompagnement de leur place de marché.

1 Sondage réalisé par Rakuten auprès d’un échantillon de 263 marchands.

Sur Magasin LSA, contactez tous les prestataires e-commerce qui développeront votre magasin sur internet

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA