Equipmag 2014

Le magasin de demain, c’est aujourd’hui !

|

Après le Retail’s Big Show et avant Equipmag, le salon de l’équipement Euroshop ouvre ses portes dansquelques jours en Allemagne. Aperçudes grandes lignes de l’innovation.

Avec Caddie & Motion, la firme alsacienne, affûte l’offre de chariots hybrides, qui séduit de plusen plus les magasins.
Avec Caddie & Motion, la firme alsacienne, affûte l’offre de chariots hybrides, qui séduit de plusen plus les magasins.© dr

« Le salon reste un lieu utilepour détecter les tendances »

« Je me rendrai cette année encore à Euroshop, d’abord pour détecter les tendances dans les secteurs de l’équipement de magasins. Il y a deux ans, alors que nous négociions le virage de la pose de portes sur les meubles frais, cela offrait, par exemple, l’opportunité d’avoir un panorama complet de ce besoin. L’avantage de ce format de salon, surtout dans une année riche en événements de ce genre, avec Equipmag en septembre, est aussi de déceler de bonnes surprises et de nouvelles idées, sans compter que cela permet de découvrir des prestataires. »

Ce ne sont pas moins de trois salons professionnels qui, en 2014, vont présenter tout ce que l’univers de l’équipement des magasins compte de nouveautés. Le Retail’s Big Show de New York, mi-janvier, le salon Euroshop de Düsseldorf, du 16 au 20 février et, enfin, Equipmag, à Paris, du 16 au 18 septembre, fournissent, tous les deux ans, un appel d’air à l’innovation, dans des cycles finalement assez courts. En deux ans, les besoins en équipement ont déjà évolué. Si le drive continue de nécessiter des investissements, qui aurait dit qu’il faudra peut-être installer demain des casiers de retrait de commandes en ligne, comme le fait Darty ? Le contexte réglementaire est aussi un puissant vecteur de changement. L’Europe fait la chasse aux fluides frigorifiques les plus nocifs, ce qui va supposer de modifier les installations en magasins et en entrepôts. Par-dessus cela, les enseignes comme les clients souhaitent un magasin toujours plus agréable, bref, « commerçant ».

Quelques jours avant Euroshop, ses 7 971 m2 de surface nette d’exposition, ses 2 036 exposants de 50 pays cette année, et ses 107 269 visiteurs comptés lors de la dernière édition, dont de nombreux Français, LSA décortique les innovations et les tendances de cinq secteurs clés de l’équipement.

 

Fluides frigorigènes naturels et merchandising du frais et froid

Réglementations et concurrence accélèrent le renouveau

  • La réglementation oblige les magasins à évoluer : sobriété énergétique, accessibilité pour les handicapés, fermeture des meubles froid alimentaires…
  • La concurrence entre enseigneset celle del’e-commerce précipitentle réaménagement des points de vente,plus confortables pour le client.
  • Le cross-canal redessine les points de vente. Le drive se développe à tous crins, ainsi que les comptoirs de retrait de commandes web. Le magasin devient « connecté ».

Le vaste espace Euroshop « Euroconcept » dédié à la réfrigération, qui regroupera tous les grands du secteur (Carrier, Epta, Bonnet Névé, Smeva…), sera, cette année encore, au cœur des attentions, françaises en tout cas. Car, après la fermeture des meubles frais – décidée par la FCD, Perifem et la ministre du Développement durable d’alors, Nathalie Kosciusko-Morizet –, ce sont désormais les fluides frigorigènes de synthèse (HFC, HCFC), fortement émetteurs de gaz à effet de serre en cas de fuites, qui sont dans le viseur des autorités. « Le Conseil et le Parlement européens viennent de se mettre d’accord sur les principales dispositions de la révision de la réglementation F-Gas, dont l’objectif est de réduire l’utilisation des gaz type HFC », rappelle Franck Charton, délégué général de Perifem.

Des chariots métalet plastique

  • Les chariots hybrides (métal et plastique) sont un segment en plein essor. Après Wanzl, Caddie investit dans ce marché en y apposant son savoir-faire.
  • Les enseignes veulent personnaliser les chariots, envisagés comme un blocà part entière de l’expérience client : couleur, consigneurs, accessoires commeles porte-scanette…
  • Des solutions d’entretien des chariots émergent, notamment en matière de lavage mobile : un camion se déplace, par exemple,sur le parking du magasin.

Le salon sera donc le lieu propice pour évaluer les dernières innovations de Carrier ou d’Epta, qui ont déjà équipé de nombreux supermarchés et hypermarchés avec des installations fonctionnant au fluide naturel qu’est le CO2. « Euroshop sera l’endroit idéal pour faire de la pédagogie », se réjouit Cécile Marty, manager commercial et marketing chez Epta. Les meubles indépendants à groupe froid logés tiendront également une place de choix sur les stands.

Autre pilier de l’offre, le merchandising. Car, avec les portes qui sont dorénavant greffées sur les meubles, l’aspect des rayons frais et froid a été bouleversé. « Nous présentons des solutions de merchandising pour relancer les achats d’impulsion dans un rayon qui, de plus, souffre de la concurrence des drives », poursuit Cécile Marty. Carrier, de son côté, présentera entre autres la gamme à porte vitrée MonaxEco, dont le design moderne permet une présentation idoine des produits.

 

Chariots hybrides, personnalisés et… propres

Caddie est bel et bien de retour. Le fabricant alsacien, repris par le groupe industriel Altia voilà un an et demi, s’offre un stand de 380 m² à Euroshop où, à côté de ses « blockbusters » en métal, il mettra notamment en avant sa nouvelle gamme hybride Caddie & Motion, mêlant métal et plastique. Le chariot hybride, popularisé par le concurrent Wanzl, est l’une des armes que l’alsacien affûte désormais avec soin. « Notre modèle est unique, rappelle Philippe Janet, directeur général de Caddie. Car si la structure est en métal et le panier en plastique, le fond du panier reste en métal, ce qui garantit aux magasins une meilleure hygiène et une plus grande facilité d’entretien. »

Sur le salon, Caddie annoncera un nouveau litrage pour sa gamme Caddie & Motion : déjà disponible en 220 et 240 litres, elle le sera aussi en 160 litres. « Nous sommes référencés en hypers et supermarchés, nous nous adaptons aussi à la clientèle des magasins urbains, sachant que d’autres pays, comme l’Italie ou la Suisse, sont aussi demandeurs de cette capacité. »

Autre étage de la fusée Caddie à Euroshop : la personnalisation possible des modèles de chariots, afin que chaque magasin puisse en faire un axe fort de communication et de confort client. La couleur, bien sûr, est personnalisable, mais cela sera aussi le cas avec les accessoires, comme les nouveaux consigneurs design conçus avec la maison mère Altia. Caddie proposera sur son stand une borne tactile pour visualiser les résultats de ces « customisations ». Tous les ingrédients pour un match au sommet sont donc réunis, puisque son concurrent Wanzl ­– sur ses terres allemandes – va faire, lui, étalage de son savoir-faire sur un stand de plus de 1 000 m2 sur deux étages, construit comme un stade et baptisé « Wanzl Arena ». « Les nouveautés des gammes Retail Systems pour l’équipement LS et Shop Solutions dédiée à l’agencement y côtoieront des produits plus classiques éprouvés depuis de nombreuses années », confie-t-on chez Wanzl.

À découvrir aussi plusieurs solutions innovantes en équipement de chariots sur d’autres stands du salon et, surtout, un concept intéressant de nettoyage mobile : la PME allemande Feistmantl a ainsi équipé un camion avec une station de lavage autonome pour nettoyer les chariots sur le parking du magasin, à la demande. Nom de la solution : « Trolley wash all in one ».

 

Les caisses en perpétuelle réinvention

Le matériel de caisse illustre, peut-être plus que tout autre domaine de l’équipement de magasin, les évolutions du commerce. Vers l’omnicanal et la mobilité, d’abord. « Nos suites TCX permettent d’anticiper l’ensemble des nouveaux scénarios clients auxquels sont confrontés les distributeurs », annonce Catherine Mengin, directrice Toshiba Global ­Commerce Solutions pour la France. Première étape : des logiciels entièrement cross canal, capables de gérer un client de manière unique, quels que soient ses louvoiements entre canaux dans son parcours d’achat. La logique est poussée jusqu’au bout, avec une couche de mobilité : le terminal d’encaissement devient une tablette mobile en un tournemain, grâce à laquelle le vendeur peut faire de l’assistance à la vente, encaisser le client…

Laurence Vallana, directrice de la division retail France de Fujitsu, pointe, d’autre part, que le mouvement vers le self-checkout (SCO) est encore loin d’être arrivé à son terme. Le besoin est double. « Des enseignes continuent de s’équiper, alors que, dans le même temps, celles qui proposent des SCO depuis les premiers déploiements du parc, en 2005-2006, vont commencer à le renouveler. »

Outre l’omnicanal et la mobilité, Fujitsu va insister, pendant le salon Euroshop, sur une nouvelle génération de matériel, repensé pour les besoins des distributeurs et des clients finaux, comme la modularité, par exemple. « Nous proposons, dans notre gamme de SCO Genesis II, des modèles qui, de SCO avec contrôle balance, deviennent des bornes de paiement automatique. »

Les terminaux battent en outre des records d’encombrement, un mètre carré environ. L’environnement des terminaux Fujitsu, reliés à la société SAP, permet un traitement efficient des données en temps réel. Utile pour mettre en avant, par exemple, une promotion ciblée par les achats du client lors de sa venue en magasin.

 

Lumière, la qualité d’éclairage etla durabilité au menu

De manière un peu abrupte, on pourrait dire que l’urgence, en matière d’éclairage, consiste d’abord à réduire ou, à tout le moins, à contenir la facture. « Avec la fermeture des meubles et les économies d’énergie réalisées sur le froid commercial, l’éclairage devient un poste proportionnellement plus important dans la facture énergétique des magasins », fait remarquer Franck Charton, délégué général de Perifem. Un contexte qui place la led en position (très) favorable.

Des fabricants, comme Linea Light, profiteront d’Euroshop pour faire de la pédagogie autour des leds qui, si elles sont reconnues pour leur sobriété énergétique, réclament de passer dans une seconde phase : un réglage optimum pour tirer pleinement parti de la qualité d’éclairage, la lumière en général faisant partie intégrante de l’expérience client. Chez Linea Light, la gamme i-Lèd contient ainsi une série complète allant des spots pour les vitrines jusqu’à la projection profilée de logos, en passant par les présentoirs alimentaires de supermarché. Elle offre notamment une ligne particulière aux produits alimentaires, en déterminant la meilleure température de couleur (CCT) pour chaque type de marchandise, des produits frais aux boîtes de conserve et produits en bouteille.

Philips Lighting, l’un des leaders mondiaux de l’éclairage à leds pour le retail – qui vient d’installer, à Auchan Caluire (Rhône), le premier hypermarché français 100% leds –, viendra aussi présenter une innovation majeure : le li-fi. « Le réseau d’éclairage à leds devient un réseau de communication sans fil, semblable à un wi-fi », décode Christophe Bresson, directeur de la communication de Philips Lighting. Grâce aux leds, une foule d’opérations en magasins deviennent ainsi possibles : permettre aux acheteurs de parcourir et d’accéder à de l’information et à des promotions en temps réel sur les articles tout en se déplaçant dans le point de vente, la géolocalisation… Le virage des leds vient à peine de s’amorcer à grande échelle que, déjà, de nouveaux horizons apparaissent.

 

Traçabilité et sécurité, la RFID au centrede toutes les attentions

Qu’ont en commun Kohl’s, Marks & Spencer ou Decathlon ? Tous finalisent un déploiement massif de la RFID, cette technologie d’identification unique des produits et de lecture à distance de leurs informations. La RFID, c’est du concret, et cela va se voir à Euroshop. Une vingtaine de stands seront dédiés à la conception d’étiquettes, aux imprimantes ou aux solutions d’encaissement, dont le français IER.

Checkpoint Systems, qui a équipé Kohl’s de son logiciel de disponibilité marchandises et de solutions RFID (imprimantes d’étiquettes, lecteurs portables pour inventaire…), y reconstituera un magasin présentant toutes les applications autour de cette technologie, qui permet de recaler et de contrôler les stocks tout au long de la chaîne, améliorant la disponibilité produits et réduisant le risque de démarque interne.

« Les enseignes sont aujourd’hui prêtes et, de notre côté, nous maîtrisons tous les secteurs de l’offre, depuis les inlays [puces, NDLR] jusqu’aux logiciels, qui permettent d’intégrer les volumes d’informations de la RFID dans les WMS et ERP existants », se réjouit Patrice Bahuaud, directeur général France de Checkpoint Systems. Si la RFID fait ses preuves en matière de traçabilité, peu d’enseignes poussent la logique jusqu’au bout de cette fonction d’antivol, hormis Decathlon. « Je n’imagine pas un hyper généraliste se doter de solutions antivol 100% RFID. En revanche, cela fait sens dans le textile, les biens culturels ou le DPH », juge Patrice Bahuaud.

En matière d’antivol pur, Checkpoint Systems mettra en avant ses solutions MetalPoint HyperGuard, une solution numérique détectant les moyens les plus fréquemment utilisés par la criminalité organisée pour voler en magasins (sacs aluminisés ou aimants par exemple). Les antivols purs et durs restent un terrain d’innovation, à l’image de la PME française Fors, qui présente son nouveau Forstag, destiné au textile ou aux accessoires. Il s’utilise comme un tag normal mais, grâce à son système innovant de pince, il n’abîme pas les vêtements, permet de ne pas perdre de pièces et de ne pas se blesser. Une autre entreprise française, Tandem, présentera notamment ses antennes antivol… issues du recyclage du précédent matériel.

Florent Maillet

Le mouvement vers le self-checkout n’est pas achevé, le taux d’équipement des magasins devrait continuer de progresser, et les commandes de renouvellement de matériel ne vont pas tarder.

Les terminaux deviennent omnicanalet modulaires, par exemple en intégrant la mobilité des vendeurset la possibilité d’encaissersur tablette.

Le cash management, solution de recyclage des espèces, soulageant les hôtesses du comptage, progresse dans la distribution, notamment sur les automatesde paiement(self-checkout).

Lumière, la qualité d’éclairage et la durabilité au menu

  • Les besoins d’économies d’énergie sont pressants, alors que le froid, un autre gros poste de dépenses, est optimisé, grâce notammentaux meubles fermés.
  • L’usage dela led progresse en GMS, appuyé par quelques retours d’expériencede chaîneset de magasins.
  • La lumière s’affirme de plus en plus comme une brique essentiellepour améliorer l’expérience client.

Traçabilité et sécurité : la RFID au centre de toutes les attentions

  • Les cas de déploiement RFID se multiplient, améliorant la traçabilité tout au long de la chaîne et en magasins.
  • La RFID reste peu envisagée pour l’antivol.
  • Les solutions traditionnelles s’améliorent, montrant un beau potentiel d’innovations.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message