Le Mapic, terre d’enseignes et de franchises

|

En plus des grandes foncières et des promoteurs qui y présentent leurs projets commerciaux d’avenir et leurs grosses opérations du moment, le Mapic (Marché International de l’immobilier de Commerce) de Cannes, qui s’est terminé le 18 novembre 2015, est aussi un lieu de transactions incontournable pour les développeurs des grandes enseignes en France. Depuis quelques années, les franchiseurs en ont fait l’un de leurs terrains de chasse privilégié. Revue de détails avec quelques des acteurs clés du secteur rencontrés sur la croisette.

Durant ce rendez-vous de l'immobilier du commerce, le off (à extérieur du salon) est presque aussi important que le "on", le salon et ses conférences...
Durant ce rendez-vous de l'immobilier du commerce, le off (à extérieur du salon) est presque aussi important que le "on", le salon et ses conférences...© Mapic

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Le Marché International de l’immobilier de Commerce (Mapic) n’est pas qu’un lieu propice aux présentations des mégas projets de centres et espaces commerciaux de demain. C’est aussi « the place to be » pour les enseignes de commerce et de restauration et, avec elles, celles – nombreuses - qui se développent aujourd’hui en franchise. Beaumanoir, Vivarte, KFC, La Pataterie, Guinot, Célio, les Mousquetaires, Sport 2000, Fnac, Darty… : à peu près tout ce qui compte comme franchiseur en France était présent dans les travées mais aussi dans le « off » (les nombreuses plages et restaurants privatisées pour accueillir déjeuners, cocktails et diners de travail) du salon cannois entre le 16 au 18 novembre.

Loyers, emplacements, on négocie dur au Mapic...

La plupart regardent avec une certaine distance les 5,5 millions de m² supplémentaires d’espaces commerciaux et les 350 projets qu’on leur promet d’ici à 5 ans selon le recensement de Procos. D’abord parce qu’ «à peine la moitié vont voir le jour », pronostique déjà un très gros franchiseur. Ensuite et surtout parce que beaucoup de ces enseignes ne sont pas là pour se projeter sur le moyen terme - mais surtout pour négocier les implantations immédiatement disponibles, les loyers, identifier les zones intéressantes à occuper seuls ou à plusieurs… « Sur certains emplacements attractifs, on se concerte avec d’autres enseignes de restauration complémentaires pour y aller à plusieurs et proposer une offre de restauration complète », confie par exemple le développeur du Poivre Rouge (groupement des Mousquetaires). Edouard Falguières, directeur affiliation de Guinot Marie Cohr, lui, est avant tout là pour enchaîner les rendez-vous avec les foncières à la recherche d’emplacements et de loyers susceptibles de convenir aux deux griffes d’esthétiques en pleine croissance dont il s’occupe. Même chose pour les équipes des chocolats deNeuville, à la recherche d’emplacements de périphéries susceptibles d’accueillir son concept XXL, le « Marché au Chocolat », qui se déploie sur des surfaces de plus de 300 m².

Un stand pour un projet : 500 KFC en 2025 en France

Très rares sont les enseignes qui, comme KFC, ont fait le choix d’avoir un stand sur le salon. Il faut dire que la filiale du groupe américain Yum! a de très grosses ambitions en France. «Nous voulons y faire passer notre parc de 200 à 500 unités d’ici à 2025, indique Gilles Boehringer, vice-président développement et franchises de l’enseigne. Une croissance qui s’appuie essentiellement sur des franchisés dont la plupart exploitent plusieurs restaurants. Sur le parc actuel, ils sont 50 pour 150 unités exploitées en franchise.

Parmi les autres grands noms rencontrés sur la croisette, Darty et la Fnac, tous les deux en plein développement sur la franchise, sont à la recherche d’emplacements dignes de leurs fortes ambitions : Une douzaine d’ouvertures dès l’an prochain pour la Fnac ; plus du double du parc actuel pour Darty (61 unités aujourd’hui) dans les 3 ans. Vivarte et Beaumanoir étaient aussi présents en force avec cette caractéristique d’être à la fois à la recherche d’emplacements et bailleurs. Beaumanoir qui exploite par exemple 600 baux pour environ 60 millions d’euros de loyers annuels avait délégué 6 personnes à Cannes pour traiter aussi bien le développement que l’immobilier et l’exploitation.

Marie Blachère, un leader méconnu

Moins connu mais tout aussi performant, le groupe Blachère (450 M€ de CA) était également présent au Mapic pour couvrir une partie de ses fortes ambitions de développement. Il s’agit notamment pour ce groupe basé à Chateaurenard et qui exploite aussi un spécialiste régional des produits frais (Provence Halles) d’accompagner la très forte croissance de son enseigne phare, les boulangeries de périphérie Marie Blachère (plus de 300 unités, pour un plus de 300 M€ de CA). Pour ce faire, le partenaire historique de Grand Frais compte, en plus de ses nombreuses ouvertures en propre, s’essayer à la franchise dès l’an prochain afin de conforter sa place d’enseigne leader de la boulangerie en France. Et quoi de mieux que le Mapic pour commencer à évoquer ce projet entre professionnels avant même de le présenter à un plus large public sur le prochain Franchise Expo Paris qui se tiendra en mars 2016… A une autre échelle, c’est aussi le principe qui semblait guider, Jean-Philippe Lajambe, ex-développeur de Happy chez Monceau Fleurs, puis patron de la franchise chez Casino, qui doit dévoiler dans les prochaines semaines un nouveau concept dans les fleurs sous l’enseigne Flower Price. Autant de projets à suivre.

Jérôme Parigi, au Mapic de Cannes   

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message