Marchés

Le marché des aliments santé retrouve de la vitalité

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Après plusieurs années difficiles, le marché des aliments santé se montre plus dynamique. La réglementation sur les allégations santé ou le positionnement des produits sur la naturalité et la proximité ont permis de restaurer la confiance. Par ailleurs, les contraintes budgétaires seront moins fortes pour les ménages après 2015.

Le marché des aliments santé passera la barre des 5,2 milliards d'euros en 2016
Le marché des aliments santé passera la barre des 5,2 milliards d'euros en 2016

Ainsi, dans ces conditions, Percepta, division du groupe Xerfi, anticipe une progression de ce marché de 3 % par an entre 2014 et 2016 pour passer la barre des 5,2 milliards d’euros. En revanche, les segments n’évoluent pas tous à la même vitesse.

- Les aliments fonctionnels augmenteront de 4 % en valeur en 2014 et d’environ 3,5 % pour 2015 et 2016. Le marché profitera de la vitalité de la filière Bleu-Blanc-Cœur.
- Les compléments alimentaires progresseront de 4,5 % en 2014 et de 3 % en 2015-2016, portés par l’effort des grandes marques comme Oenobiol et Arkopharma.
- Les produits diététiques seront en hausse de 2 % en 2014 et d’environ 3,5 % pour 2015-201, stimulés par le sans gluten.
Ainsi, le potentiel de ce marché est bien réel. Les grands groupes, comme les PME, poursuivent leur offensive et multiplient les acquisitions comme Léa Nature dans le capital d’Ekibio. Ensuite, ils misent également sur leur capacité d’innovation grâce à des laboratoires intégrés en R&D.

 

 

Profiter des nouvelles technologies

Et à l’heure de la e-santé, les acteurs du marché vont devoir se mettre en phase avec la révolution numérique. Si l’industrie alimentaire concentre encore l’essentiel de ses ventes, les interconnexions avec le numérique vont devenir de plus en plus fréquentes. Avec les objets connectés et les applications, les règles du jeu vont changer. Les distributeurs vont alors devoir créer de nouveaux modèles de prise en charge globale de la santé alliant nutrition, exercice physique et bien-être. Les réseaux traditionnels (GMS, pharmacie), devront composer avec un consommateur omnicanal, surinformé et de plus en plus membre de communautés virtuelles. La façon de séduire le consommateur va changer. Le développement des acteurs de la distribution sur internet et les réseaux sociaux n’est donc plus une option.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA