Le marché du bio en France progresse de 1,3 milliard d’euros en 2020

|

Malgré une année 2020 marquée par la pandémie, le marché du bio en France continue de progresser pour atteindre 13,2 milliards d’euros de ventes, en croissance de 10,4 %. Un secteur qui a été multiplié par deux en 5 ans, indique l’Agence Bio dans son baromètre.

Le marché du bio a atteint 13,2 milliards d'euros en 2020. Il a été multiplié par deux en 5 ans
Le marché du bio a atteint 13,2 milliards d'euros en 2020. Il a été multiplié par deux en 5 ans© Robert Kneschke

Les Français se sont largement tournés vers les achats de produits bio en 2020. Selon l’Agence Bio, le marché du bio a dépassé les 13 milliards d’euros de chiffres d’affaires, en croissance de 10,4 % (versus +13,5 % en 2019). La consommation à domicile représente 12,67 milliards des achats (+12,2 %) tandis que la RHF est à 505 millions d’euros (-21 %). Le bio représente 6,5 % du budget alimentaire des ménages français (+0,4 point versus 2019), soit une somme annuelle de 188 euros.

Si la consommation de produits bruts reste vaillante, les références « transformées » bio s’accélèrent : les ventes de bières bio sont en croissance de 33 %, les surgelés de 30 % et l’épicerie de 17 %. Au niveau de la distribution, tous les circuits ont été dynamiques. La GMS (6,9 milliards d’euros de vente bio) progresse de 11,9 %, les réseaux bio (3,6 milliards d’euros) de 13,1 %, les artisans (747 millions d’euros) de 11,3 % et la vente directe (1,3 milliard d’euros) de 11,7 %. La grande distribution domine toujours le secteur avec près de 55 % de part de marché. Concernant les spécialistes du bio, les ventes des magasins en réseau progressent de 16 % tandis que celles des points de vente indépendants baissent de 3,4 %.

Pour faire face à la hausse de la demande des consommateurs, les territoires poursuivent leur travail de conversion. La surface agricole utile en bio s’élève à 9,5 % (2,5 millions d’hectares en bio et en conversion, +12 %). « En moyenne, il s’agit d’un département français qui se convertit tous les ans mais nous aurons du mal à atteindre l’objectif fixé de 15 % de SAU pour 2022 », explique Philippe Henry, directeur de l’Agence Bio. Parmi les plus dynamiques, les surfaces bio ou en conversion des grandes cultures progressent de 15 % en 2020, la vigne de 22 % et les légumes de 16 %. Sur les protéines végétales bio, la France est en train de rattraper son retard, notamment sur les légumes secs (46 % des légumes secs produits en France sont bio) et les fruits à coque (43 % de la production française est bio).

67 % des produits bio sont origine France

Grâce à un rythme soutenu des conversions, l’Agence Bio tient à souligner que le poids des importations de produits bio est resté stable (33,5 % en 2020 versus 33,1 % en 2019). Ce taux descend à 20,9 % si on enlève les produits exotiques, impossible à cultiver en France métropolitaine. Ainsi, à ce jour, 67 % des produits bio sont origine France, 18 % origine UE et 15 % proviennent du reste du monde. Les exportations, surtout marquées par le vin, augmentent de 7,5 % pour atteindre 887 millions d’euros.
Des indicateurs très positifs en 2020 malgré quelques ralentissements enregistrés dans certains secteurs. « On note un fléchissement de la croissance sur certaines filières mais il s’agit d’un effet conjoncturel et non structurel. Ces légers reculs ne sont pas inquiétants. Il y a toujours une demande qu’il faut combler », rassure Laure Verdeau, directrice de l’Agence Bio. D’ailleurs l’Agence Bio indique que les 5 premiers mois de l’année 2021 confirment la tendance 2020 avec déjà plus de 4 500 nouvelles exploitations engagées en bio. Mais des défis sont pourtant à relever, notamment sur la SAU bio. « Les politiques publiques ne sont pas à la hauteur en France ni en Europe et nous avons une vive inquiétude. La dette climatique va être ingérable », déclare Philippe Henry, qui attend des soutiens, notamment financiers, dans le cadre de la nouvelle PAC.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message