Le marché du livre en recul de 1,7% en 2012

|

Le bilan annuel établi par Gfk laisse entrevoir un marché du livre de 4,13 milliards d'euros, en recul de 1,7%.

Livres

Evidemment, c’est "moins pire" que les autres marchés culturels… Ce qui ne veut pas dire que ce soit merveilleux. Avec un chiffre d’affaires, en 2012, de 4,13 milliards d’euros, pour 367 millions d’exemplaires vendus, le marché du livre, en France, "a souffert d’une activité en demi-teinte", indique Gfk, dans son bilan annuel, paru ce jeudi 21 mars. Soit des reculs à la fois en valeur (-1,7%) et en volume (-3,2%).

Hausse de la TVA

Le premier trimestre 2012 a particulièrement été compliqué, avec une baisse du chiffre d’affaires de 6,5% par rapport à la même période de 2011. "Ce recul significatif s’explique par un contexte propre au marché du livre: une hausse de la TVA, passant de 5,5% à 7%, prévue initialement pour le 1er janvier 2012 mais qui n’a finalement été effective qu’au 1er avril 2012, analyse Laurent Donzel, le directeur des marchés Entertainment au sein de GfK Consumer Choices France. Pendant toute cette période de transition les distributeurs ont eu tendance à alléger leurs stocks et à réduire leurs achats afin d’éviter des stocks à des taux de TVA différents."

Des ventes de fin d'année supérieures à la moyenne

La fin d’année, en revanche, s’est montrée bien meilleure. "Le second semestre a permis au marché de regagner le terrain perdu en début d’année et ainsi de limiter le recul du marché en 2012 à -1,7% en valeur", indique Gfk. C’est que, on s’en doute, les ventes à l’approche de Noël ont toujours tendance à s’envoler. Et 2012 n’a pas fait exception à la règle. "Cette période stratégique a représenté 9,5% du chiffre d’affaires annuel, bien au-dessus de la moyenne de 8% constatée sur les cinq dernières années", constate Sébastien Rouault, chef de groupe Livre chez GfK Consumer Choices France.

Le livre jeunesse et la BD en croissance

Il n’empêche. Le marché termine malgré tout dans le rouge. A deux petites exceptions près. Le livre Jeunesse achève 2012 en hausse de 2,2%, et la bande dessinée à un plus modeste +0,8%. Le premier est porté par les succès de la série "Hunger Games", dont les trois tomes se sont écoulés à près de 600.000 exemplaires, et du 4ème tome de la série "Eragon" vendu, lui, à 255.000 exemplaires. Pour la BD, Titeuf, Blake et Mortimer, Largo Winch, XIII, Le Chat, Lucky Luke, et un nouvel album de Tardi, ont notamment permis de finir aussi en positif.

Un mot, enfin, des circuits de distribution. Tous en recul, c'est assez logique, mais avec des tendances fortes qui se confirment. A commencer par le déclin des GSA sur ce marché du livre: elles ne pèsent plus que 16% des ventes, abandonnant sur l'année 3,5%. Les GSS culturelles pointent elles à 28,5% (-1%), tout juste devancées par les librairies de niveau 1 (c'est-à-dire réalisant plus de 750 K€ de CA et/ou disposant de plus de 15.000 références en rayon): 29,5% (-1,5%). Les autres librairies et les ventes d'internet représentent 26%, en recul de 1%.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations