Le marché du meuble français fait preuve de résistance

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

RÉSULTAT Le marché du meuble français enregistre une croissance modeste mais honorable de 2,5 % en valeur et à surfaces  évolutives et de 1 % à surfaces comparables. 

ameublement
ameublement © DR

L'ameublement a fait preuve d'une belle résistance en 2011. "Nous avons enregistré une croissance modeste mais honorable compte tenu de la conjoncture économique", a souligné Jean-Louis Baillot, président de l'IPEA lors de la conférence de presse des résultats annuels du secteur ce 1er mars. Soit le plus niveau d'activité depuis 1988 à 9,83 milliards d'euros.

Légère, la croissance s'est révélée erratique en raison à la fois des effets de la crise économique sur les comportement d'achats mais aussi en raison des nombreuses opérations commerciale, gage de pics de trafis. Selon la Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison (FNAEM), l’activité se concentre donc au moment des soldes et des opérations commerciales. Avec des difficultés en dehors de ces périodes à assurer la fréquentation des magasins.

En termes de famille de produits, c’est la cuisine intégrée qui une nouvelle fois tire le marché avec une croissance de 6 %. La literie est également en hausse (+1,7 %) mais plus faiblement qu’en 2010, de même que les meubles de salle de bains (+1,9 %). Les circuits de distribution spécialisés ont encore gagné des parts de marché, au détriment des circuits non spécialisés, et représentent 87 % du marché de l’ameublement. Les spécialistes de cuisine enregistrent la plus forte progression (+6,6 %).

Pour 2012, les intentions d’achats restent orientées à la hausse mais la conjoncture macro économique demeure préoccupante entre la crise, la fin du prêt à taux zéro et la diminution prévue des mises en construction de logements neufs.

La FNAEM espère ainsi faire aussi bien qu'en 2011 et atterrir sur un + 2 % à fin 2012.

L'année sera marquée enfin par la la mise en place de la filière de recyclage du mobilier domestique. La profession doit encore obtenir l'agrément -il devrait être délivré durant l'été- et sur l'éco-contribution auprès du consommateur. Le démarrage est prévue pour le 1er trimestre 2013. 

1 commentaire

Gege 81

12/03/2012 21h10 - Gege 81

Je suis étonné des articles comme celui-ci qui à mon avis ne reflète pas la réalité du marché du meuble. Je suis un pro du meuble et j'ai du mettre fin à mon entreprise en 12/2011. Pourquoi ? 2 ans de galères, une fréquentation en berne, des décisions d'achat lentes, des marges qui s'effondrent du fait de la crise et des nombreuses opérations commerciales sur ce marché ou les gens n’achètent que si il y a de la remise... Mis à part ma propre expérience négative, je fréquente des confères qui galèrent aussi et qui pour autant ont plus d'atouts que moi sur ce marché voire une expérience forte et depuis des années. Les fabricants en difficulté sont nombreux, les relations d'affaires sont tendues, les problèmes de trésorerie sont forts.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA