Le mauvais Noël de Woolworths

|

L'ancienne filiale de Kingfisher a prévenu que ses ventes de Noël avaient été plus faibles que prévu, provoquant une chute de son action à la Bourse de Londres

Le titre plongeait de 6,5 pence, soit 15,2%, à 36,25 pence en fin de matinée, dans un marché en hausse. Woolworths se situait en tête des baisses. Le groupe, qui s'est séparé de Kingfisher en août dernier et qui est depuis coté séparément, a indiqué que ses ventes totales sur les neuf semaines allant jusqu'au 5 janvier ont progressé de 1,1% par rapport à la même période de l'année précédente. Les ventes de la principale chaîne de magasins, à l'enseigne Woolworths, ont reculé de 3,5%, a indiqué le groupe dans un communiqué. Le distributeur a expliqué la faiblesse de ses performances par le besoin de réduire ses stocks excédentaires, la chute des ventes de téléphones portables et une montée de la concurrence sur le secteur des produits de Noël (décoration, cadeaux et confiseries). Le groupe a donc précisé que les coûts liés à la réduction de son endettement et de ses stocks seront plus élevés que prévu. Ces performances "renforcent la priorité absolue d'une amélioration de la discipline commerciale et opérationnelle de l'activité", a affirmé le groupe. Woolworths a par ailleurs nommé Trevor Bish-Jones, 41 ans, au poste de directeur général. M. Bish-Jones était chez le distributeur d'électronique grand public Dixons depuis 1994.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations