Marchés

Le MiniDisc, enregistrable et numérique

Grâce à une nouvelle technologie imposée par le Japonais Sony, le MiniDisc est un support audio plus solide que le Compact Disc. Et réenregistrable plus de un million de fois.

Pour le grand public, la musique en numérique n'est pas une nouveauté. Mais, à la différence du Compact Disc (CD), le MiniDisc (MD), lancé par Sony en 1992 et repris depuis par les principaux constructeurs, est réenregistrable. Cette spécificité fait du MD le vrai successeur numérique de la cassette magnétique.

Des conditions d'utilisation extrêmes

Techniquement, l'opération d'enregistrement est réalisée grâce à un rayon laser et à une tête d'enregistrement qui oriente le signal magnétique vers le haut ou vers le bas. Ce processus présente l'avantage d'éviter un contact direct du laser avec le disque alors que, à l'inverse, un graveur de CD brûle la surface du disque au moment de l'enregistrement, créant ainsi une trace définitive. Cette différence de technologie explique que le MiniDisc, contrairement au Compact Disc, est réenregistrable 1 million de fois

Seconde originalité : sur le MiniDisc, la musique est stockée de façon non linéaire. Ce qui signifie que le début d'une chanson peut être placé à un endroit, le milieu de la chanson à un autre et la fin de la chanson à un troisième, sans que cela crée le moindre problème à la lecture.

Ce mode de stockage, le même que sur les disques durs des ordinateurs, permet d'utiliser entièrement l'espace disponible. Un atout important, d'autant qu'aujourd'hui les MiniDisc ne sont proposés qu'en version soixante et soixante-quatorze minutes. La similitude avec un disque dur ne s'arrête d'ailleurs pas là puisque, sur un MiniDisc, il est possible de déplacer une chanson - ou une partie de chanson - à sa guise et autant de fois qu'on le souhaite.

Autre avantage par rapport au CD, sa coque en plastique le rend beaucoup moins sensible aux chocs et le protège des rayures et autres traces de doigts. Le tout dans un format exceptionnellement compact, puisque les dimensions du boîtier ne dépassent pas 72 x 68 mm, pour 5 mm d'épaisseur.

Une concurrence dangereuse

Les avantages du standard MiniDisc semblent donc nombreux et réels. Seul problème pour ses promoteurs, Sony en tête : après s'être débarrassé de la cassette DCC de Philips, le MiniDisc doit maintenant faire face à la concurrence du Compact Disc enregistrable - grâce au lecteur-enregistreur Philips ou aux graveurs informatiques. Sans parler du DVD audio, que les fabricants commencent à évoquer.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message