Le ministère veut éteindre la lumière des enseignes la nuit

LÉGISLATION - LOISNathalie Kosciusko-Morizet, ministre notamment de l'écologie et du développement durable a présenté ce 16 décembre 2011 une trentaine de mesures visant à accroître l'efficacité énergétique. Si l'idée, un temps évoqué, du bonus-malus sur certains produits électroménagers a été abandonnée, on trouve parmi les propositions une extinction obligatoire des enseignes lumineuses commerciales de 1h à 6h du matin dès le 1er juillet prochain.

La ministre de l'écologie et du développement durable, Nathalie Koscuisko-Morizet, a présenté ce matin 27 mesures visant à accélérer les économies d'énergie et renforcer l'efficacité énergétique. Parmi ces mesures figure une extinction obligatoire des enseignes lumineuses commerciales de 1h à 6h du matin. Cette mesure, qui devrait être prochainement adoptée par décret, sera applicable dès le 1er juillet 2012. "Elle permettra d'économiser la consommation annuelle en électricité de 250 000 ménages. De plus, elle permettra aussi de limiter la pollution visuelle de nos villes et de nos banlieues. Moi qui suis maire en banlieue parisienne, je trouve que cette multitude d'enseignes illuminées la nuit est non seulement un gaspillage d'énergie mais fait aussi ressembler le paysage à un sapin de Noël moche", a commenté la Ministre, également maire de Longjumeau (91).
Concertation
Du côté de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), la mesure était attendue : "Nous avons travaillé sur ce sujet avec le ministère. Déjà, certains magasins éteignent leur enseigne lumineuse après la fermeture. Contrairement aux premières propositions du ministère qui demandait que les enseignes soient également éteintes en journée, nous avons maintenu qu'elles restent allumées durant toute la durée des heures d'ouverture du point de vente, avec une dérogation la nuit pour les zones touristiques et les événements exceptionnels, tels une ouverture nocturne à l'occasion de Noël", explique-t-on à la Fédération.
Pas de bonus -malus
Un temps évoqué, l'idée d'un bonus-malus pour certains produits électrodomestiques (comme les lave-linges, réfrigérateurs et téléviseurs) qui avait provoqué un certain émoi chez les professionnels (voir cet article), a finalement été abandonnée. A la satisfaction du Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager (Gifam) : "Nous n'étions pas contre le principe mais la mesure étudiée par le ministère nous paraissait contre-productive", commente-t-on au sein du groupement.

1 commentaire

ljgk

19/12/2011 15h39 - ljgk

et le dimanche les buildings de bureaux d'entreprises auront-ils encore le droit de rester allumés?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter