Marchés

Le ministre du Budget admet un risque sur la consommation de la bière

|

LÉGISLATION - LOIS Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, estime que les droits d'accises sur la bière sont et resteront pami les plus faibles d'Europe et justifie la mesure en raison de "l'alcoolisation excessive en particulier des jeunes".

En déplacement en Alsace, il a admis que la forte hausse des taxes sur la bière pourrait avoir une incidence sur la consommation, mais le ministre a souligné que « les droits d’accises étaient en France parmi les plus faibles d’Europe, avec trois centimes par hectolitre et par degré. Nous passons à huit, ce qui laisse la France parmi les pays ayant les droits d'accise les plus faibles. En Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, ces droits sont beaucoup plus élevés que ce qu'ils seront en France si le Parlement vote la disposition que je lui proposerai", a-t-il insisté.

Alcoolisation excessive de la jeunesse ?

Le nouveau taux rapportera 480 millions d’euros de plus chaque année, pour une hausse estimée à 5 centimes par demi de bière. Il a ajouté que la hausse concernait la bière mais pas le vin, faiblement taxé, "parce qu'on a constaté une alcoolisation excessive, notamment de la jeunesse, plutôt avec la bière qu'avec le vin."

Le lobby parlementaire viticole

Les brasseurs apprécieront, et la «constatation» du ministre du Budget reste à démontrer. La réalité est sans doute ailleurs : le nombre de parlementaires socialistes issus des régions viticoles est bien supérieur à des régions brassicoles, et le ministre a besoin d’eux pour faire adopter ce budget particulièrement rigoureux pour les entreprises et les ménages. Inutile de se mettre en porte-à-faux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message