Le multimédia « booste » les périphériques de stockage

· Stimulé par la taille de plus en plus importante des fichiers, le marché du stockage et de la sauvegarde de données informatiques est en pleine croissance.

Même si son constat de décès n'est pas encore signé, la disquette fait face à un avenir de plus en plus sombre. Certes, selon diverses estimations, il a dû s'en vendre environ 80 millions d'unités en France l'an dernier. Mais sa capacité limitée (jusqu'à 2 Mo) la condamne à moyen terme. De fait, à l'heure des applications multimédias, les fichiers de si petite taille commencent à se faire rares

Que ce soit pour stocker, transporter, archiver ou sauvegarder des données, les utilisateurs ont besoin de plus en plus d'octets. Ils sont donc obligés de chercher une alternative. Celle-ci apparaît désormais clairement dans les rayons de la grande distribution où disques durs amovibles, produits de sauvegarde sur bande magnétique et autres CD-R (Compact Disc Recordable) ont rapidement conquis leur place.

De quoi compliquer encore un peu plus la tâche des vendeurs, car les demandes des clients ne sont pas toujours précises. « Le stockage et la sauvegarde sont des besoins très différents. L'utilisateur qui veut transférer une base de données d'un poste à un autre n'a pas besoin du même outil que le médecin ou l'artisan qui veut sauvegarder régulièrement sa comptabilité », remarque Alain Gurfin, directeur des ventes chez Almatec, grossiste pour Exabyte, qui travaille actuellement au référencement de sa gamme dans la grande distribution.

Pour autant, certains produits n'ont pas attendu que le marché arrive à maturité pour faire la preuve de leur pertinence. Exemple : le Zip de Iomega, système de stockage (lecteur interne ou externe + disquette de 100 Mo) d'entrée de gamme (le lecteur est vendu environ 1 100 F dans sa version externe) ou le Syquest EZ 135 (lecteur interne ou externe + cartouche de 135 Mo), disponible lui, dans sa version externe, pour moins de 900 F.

Zip contre LS 120

Face à ces deux produits (et surtout face au Zip puisque Iomega affirme en avoir vendu plus de 5 millions d'unités dans le monde depuis deux ans), la fameuse disquette LS 120, promue par le tandem Imation-Compaq depuis déjà plus d'un an, tarde à apparaître dans les rayons. Au-delà de sa capacité (120 Mo) l'avantage principal du système LS 120 réside dans sa capacité à lire les disquettes actuelles.

Reste que Compaq est aujourd'hui le seul grand nom de la micro à le proposer en standard sur quelques-uns de ses modèles. Pourquoi une telle prudence ? Officiellement pour des raisons de coût. Substituer le lecteur LS 120 au lecteur de disquette classique sur les PC engendrerait un surcoût d'environ 1 000 F. Difficile donc pour le leader mondial de la micro-informatique d'installer en standard ce lecteur, à l'heure où tous les grands constructeurs se battent pour proposer des machines d'entrée de gamme à moins de 8 000 F. Le LS 120 devra donc attendre un peu avant d'espérer se substituer à la disquette classique.

Autre produit en plein essor, le CD-R, inscriptible (une seule fois), support vierge qui devient donc, une fois gravé, CD-Rom ou CD audio. Un format et une capacité (650 Mo) qui conviennent très bien pour certaines applications d'archivage. Mais il fait également le bonheur des pirates (pour les jeux notamment) depuis que le prix des graveurs de CD est descendu sous la barre des 3 000 F. Quand au prix des CD-R, il a lui aussi considérablement baissé pour avoisiner les 50 F l'unité.

Chez Verbatim, leader français de la disquette et filiale du japonais Mitsubishi, c'est justement le CD-R (avec les produits d'impression : cartouches jet d'encre et toner pour imprimantes laser) qui illustre le mieux une politique de diversification rapide. En effet, à côté des produits de sauvegarde sur bande classiques (gamme QIC EXtra - sauvegarde sur bande - compatible avec les lecteurs Travan), le CD-R prépare le terrain du CD-RW (Compact-Disc réinscriptible plusieurs fois) dont la productioncommence actuellement à Singapour. En attendant bien sûr, mais pas avant deux ans, le début du règne DVD Ram réinscriptible.

Un potentiel dans les GSS et GSA

Même si aucun panel de distributeurs n'audite encore précisément ce marché du stockage et de la sauvegarde de données informatiques, personne parmi les principaux acteurs ne doute plus de son potentiel dans les GSS et les GSA.« Les ventes progressent régulièrement et rapidement. Le CA réalisé en décembre 1996 dans le grande distribution a été supérieur à celui dégagé pendant toute l'année 1995. La demande est toujours supérieure aux capacités de production », affirme Christophe Körfer, directeur commercial chez Iomega. Même son de cloche chez Verbatim où l'on affirme d'ailleurs approvisionner en priorité la grande distribution pour conforter une solide notoriété acquise grâce à la disquette.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1535

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message