Marchés

Le multimedia prend le volant

Avec les nouvelles fonctions proposées par les constructeurs, le terme même d'autoradio devient de moins en moins approprié. Les plus audacieux parlent déjà de radiophone ou d'auto PC.

C'est la fin du bon vieil autoradio cassettes. Sur fond de ventes en pleine forme (2,6 millions d'unités vendues en 1998), les nouvelles fonctions progressent rapidement. Les modèles équipés du système RDS (Radio Data System), qui permet une recherche automatique par nom de station, représentent désormais 70 % des ventes. Et les modèles lecteurs de CD, beaucoup plus chers, plus d'un tiers. Poussé par Sony, son inventeur, le MiniDisc progresse lui aussi. La marque affirme, non sans arguments convaincants, que le petit MD constitue le support idéal pour l'automobile.

Le DAB (Digital Audio Broadcasting), dont on entend parler depuis longtemps mais dont l'implantation est freinée par les contraintes réglementaires, offre enfin des applications concrètes. Plusieurs constructeurs l'utilisent dans de nouveaux modèles dits « numériques ». Leurs atouts : la réception de la radio avec un son de qualité numérique, un écran (deux lignes de texte) et une interface de connexion de périphériques informatiques, la RDI (Radio Data Interface), standard adopté par les principaux fabricants.

La qualité générale de l'installation n'est pas en reste, et la tentation est grande d'installer dans les voitures des systèmes équivalents aux chaînes hi-fi de salon. Tous les constructeurs proposent donc, outre des autoradios et des haut-parleurs de plus en plus puissants, des gammes élargies de changeurs de CD (ou de MiniDisc) et des amplificateurs à installer dans le coffre.

Des progrès déjà significatifs, mais rendus presque anecdotiques par l'arrivée de nouveaux produits multifonctions aux capacités impressionnantes. Autoradios avec télévision, téléphone et connexion Internet. Possibilité de connecter plusieurs écrans. Branchement prévu pour des magnétoscopes, des lecteurs DVD, des CD-I, des consoles de jeux, des caméras de recul

Prochaine étape : le PC embarqué

Des constructeurs automobiles ont déjà présenté des prototypes très avancés, à l'image de Citroën et de sa XM Multimédia lors du dernier Salon de l'auto. Hewlett-Packard a créé, en 1998, une division « Solutions automobiles ». Et chez Microsoft, partenaire de Citroën sur le projet Auto PC, on a fait de ce marché l'une des cibles prioritaires du système d'exploitation léger Windows CE. Sun, éternel concurrent de la firme de Bill Gates, développe également une offre logicielle basée sur Java. La guerre des standards informatiques n'a donc pas fini de faire rage car, quand Microsoft veut dominer un marché, il a tendance à appuyer sur le champignon.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter