Marchés

Le Mutant privilégie ses MDD

De 1998 à fin 2003, l'enseigne hard-discount des Coopérateurs de Normandie-Picardie aura créé 750 packagings pour ses produits à marques propres.

L'an prochain, Le Mutant créera quelque 150 packagings de produits à marque de distributeur (MDD), dont une centaine de nouvelles références. Les marques propres de l'enseigne de hard-discount des Coopé-rateurs de Normandie-Picardie montent en puissance. Depuis 1998, relève Jean Giesbergen, le directeur général délégué, « 600 packagings ont été conçus à l'intérieur d'une cinquantaine de marques-ombrelles », telles que Azimuts (biscuiterie enfants), Tohu Bohu (céréales enfants), Baou (chocolat), Holly'Dej (petits-déjeuners) ou encore Artémis (décliné en Jardin d'Artémis, surgelés d'Artémis, Verger d'Artémis) et Malisa pour les plats cuisinés surgelés.

« Nos ventes ont progressé, car quand on crée une marque pour un produit, on fidélise le consommateur », indique Jean Giesbergen. Audacieux, Le Mutant a mis son empreinte sur des produits traditionnellement récalcitrants aux marques propres. C'est le cas du café avec la marque Solfège, de l'apéritif anisé avec Copanis ou de la bière avec Citadelle. Les MDD occupent près de 60 % des linéaires et réalisent environ 40 % du chiffre d'affaires. « Ce décalage est logique, souligne Jean Giesbergen, car le lait et l'eau minérale ne sont pas vendus sous marques propres. »

En règle générale, les produits sont présentés avec deux niveaux de qualité. Le produit à valeur ajoutée est vendu sous MDD, tandis que le produit basique est proposé par des fournisseurs sous leur marque. Le Mutant travaille également sur de nouvelles références alimentaires, tournées vers la santé et le bien-être.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter