Marchés

Le nom du repreneur de Doux connu dans la soirée

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le tribunal de commerce de Quimper statue à huit clos depuis ce matin 9h00 sur l’avenir du groupe Doux.

Le feuilleton de l’été est sur le point de s’achever avec l’annonce du repreneur du groupe Doux. Deux dossier tiennent la corde avec d’un côté, un plan de continuation de l’activité mené par le PDG actuel, Charles Doux, avec la banque Barclays et le distributeur Al Munajem. Ce dossier a reçu le soutien de plusieurs fournisseurs, du maire de Pleucadeux, mais pas celui des syndicats.

 

 

L'attelage Sofiprotéol

De son côté, Sofiprotéol a constitué un attelage de plusieurs industriels dont LDC, Duc et Tilly-Sabco. Celui-ci remporte davantage le soutien des syndicats, mais ne convainc pas totalement le gouvernement qui, par la voix du ministère du Redressement productif, exerce une pression pour réduire l’ampleur du plan social à venir.

Plan social à venir

Dans tous les cas de figure, de nombreux salariés vont perdre leur emploi, mais la production de poulets se poursuivra. Le dossier est devenu éminemment politique depuis l’élection présidentielle et Jean-Jacques Urvoas, député PS de Quimper, n’hésite pas à comparer cette affaire à d’autres traumatismes sociaux qui ont eu lieu dans le passé : "Ce dossier-là, pour la Bretagne, c'est l'équivalent de la sidérurgie pour le Nord-Pas de Calais il y a une quinzaine d'années"

Dans l’après-midi, environ un millier de manifestants se sont amassés devant le tribunal (800 selon la police) dans l’attente de sa décision qui devrait intervenir aux alentours de 20h00, selon nos confères de Ouest France, qui a dépêché une équipe sur place.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA