Le paiement sans contact bientôt chez Auchan et Leclerc

|

Les deux enseignes poursuivent leurs expérimentations dans des magasins pilotes. Auchan devrait être la première à proposer, dès l’été 2015, la solution Flash’N Pay dans ses 126 magasins français.

Si Apple a fait le buzz lors du lancement de l’iPhone 6, il faudra patienter pour utiliser, en France, le paiement sans contact Apple Pay (technologie NFC), tel qu’il est proposé aux États-Unis depuis octobre. En attendant, Auchan et Leclerc continuent de travailler, sans faire de bruit, en peaufinant leur propre solution de paiement mobile (technologie QR code), qu’ils testent dans quelques magasins depuis fin 2012 pour le premier, et depuis fin 2013 pour le second.

Précurseur dans ce domaine, l’enseigne nordiste, en partenariat avec Flash’N Pay (filiale d’Oney Banque Accord et donc du groupe Auchan), a commencé par expérimenter dans son magasin de Faches-Thumesnil (Nord) cette nouvelle solution permettant de payer les achats sur smartphone et de dématérialiser les services client grâce à l’intégration de l’application MyAuchan (bons de réduction, tickets de caisse, carte de fidélité, historique d’achats…). Après une version beta proposée à un panel de 100 collaborateurs des deux partenaires, Flash’N Pay a élargi le pilote à 3 000 clients volontaires fin 2013. « 84% d’entre eux ont jugé ce nouveau service parfaitement sécurisé, ce qui est incontournable pour espérer l’imposer. Au-delà, les retours principaux ont plébiscité la rapidité accrue de la procédure de paiement et l’intérêt de ne plus présenter sa carte bancaire, sa carte de fidélité, ses coupons de réduction…. », précise Benoît Liagre, directeur général de Flash’N Pay.

Ces deux années de test ont permis de peaufiner le service. C’est ainsi qu’Auchan et Flash’N Pay ont décidé de permettre aux clients de choisir d’utiliser les deux fonctionnalités ensemble ou séparément. « Ils pourront ainsi, s’ils le souhaitent, payer avec leur carte bancaire selon la procédure habituelle tout en bénéficiant des services dématérialisés ou faire les deux en même temps », précise François Poupard, directeur d’Auchan Faches-Thumesnil et de la cellule innovation d’Auchan France.

 

Rester maître des datas clients

Pour Auchan, le partenariat avec Flash’N Pay repose avant tout sur la faculté de ce dernier d’accepter que le distributeur reste maître de toutes ses données clients (plus de 850 000 porteurs MyAuchan). Une exigence absolue ! « Nous avons choisi Flash’N Pay car, contrairement à d’autres opérateurs, il propose une solution entièrement neutre assurant la pleine maîtrise des données clients par le distributeur, de bout en bout, ce qui devrait être un argument de poids pour son adoption par d’autres enseignes », assure François Poupard. « Dans le virage du digital, le paiement sans contact ne suffit pas en tant que tel pour promettre un réel avantage aux clients, il faut y adjoindre les services dématérialisés qui permettront réellement aux usages en mobilité de se démocratiser », poursuit Benoît Liagre.

La priorité du moment pour Flash’N Pay est de finir les développements informatiques qui vont permettre aux clients de choisir librement entre les deux fonctionnalités, couplées ou séparées. Par ailleurs, le distributeur testera la solution, à la fin du premier trimestre, dans cinq autres hypermarchés qui présentent toutes les typologies de terminaux d’encaissement présents sur son parc en France (5 configurations possibles en caisses traditionnelles, minute ou rapides). Parallèlement, des sessions de formation des hôtesses seront déployées pour les aider à accompagner au mieux les clients. « Le succès de Starbucks dans ce domaine aux États-Unis repose en grande partie sur la parfaite appropriation du paiement sans contact par ses serveurs », remarque François Poupard. Quant à l’adoption de Flash’N Pay par d’autres distributeurs, « cinq autres pilotes sont en cours, mais il est vrai que notre priorité est d’achever avant le déploiement chez Auchan », précise Benoît Liagre. En sachant que Flash’N Pay, dont la certification PCI DSS est attendue début 2015, travaille au développement d’Automatric en France, une solution de reconnaissance des clients par la plaque minéralogique de leur véhicule, avec identification par code PIN et prépaiement avant la prestation sur borne. Une innovation testée avec succès dans 29 stations-essence d’Auchan en Espagne.

De son côté, Leclerc poursuit le test de la solution Paiement Flash développée par la start-up luxembourgeoise Flashiz. « Pour l’instant, sept magasins la proposent et 2 900 comptes ont été créés pour 6 300 transactions réalisées », annonce Éric Étienne, adhérent du Leclerc de Vitry-sur-Seine et président de la commission commu­nication du groupement. Là aussi, les « early adopters », qui ne sont pas forcément geeks, même si la plupart d’entre eux sont plutôt trentenaires, louent la rapidité accrue et la praticité de la procédure de paiement.

40 € de panier moyen

Un satisfecit que partagent aussi les hôtesses de caisse, qui n’ont plus à gérer les transactions en espèces. Pour l’instant, le panier moyen est plutôt modeste (40 € à Vitry-sur-Seine), et les services associés sont limités à l’historique des achats. « Mais nous pourrons rapidement agréger le couponing, la liste de courses et bien d’autres fonctionnalités qui favoriseront les échanges entre les clients et l’enseigne et démocratiseront l’usage des smartphones », poursuit-il.

Quant au déploiement à l’ensemble du groupement, il n’est pas envisagé à brève échéance. « Nous voulons poursuivre le test », conclut Éric Étienne. Qui annonce toutefois, pour janvier, un investissement en « beacons » dans son magasin de Vitry. À savoir : des capteurs sans fil qui permettent, via le Bluetooth, d’entrer en contact avec les porteurs de smartphone dès qu’ils pénètrent dans la surface de vente pour leur proposer bons de réduction, offres spécifiques et aussi afin de mieux connaître leurs comportements. Une innovation parfois jugée intrusive, mais qui s’est déjà largement développée aux États-Unis, dans les Apple Store, chez Macy’s et American Eagle Outfitters, entre autres.

 

Le principe

  • Le paiement rapide et sans contact passe de la phase de test au déploiement en France.
  • Auchan et Leclerc, contrairement à Apple qui s’appuie sur la technologie NFC, ont fait le choix s’appuyer sur une technologie plus simple (et universelle) : le QR code.
  • Des nouveaux système, comme le prépaiement via la plaque d’immatriculation d’une voiture (stations-essence aujourd’hui, drive demain ?), sont déployés, par Auchan encore.

 

Auchan va déployer Flash’N Pay

Le principe : créer son compte sur Flash’N Pay et MyAuchan, renseigner un ou plusieurs comptes bancaires, définir un code secret pour le valider au moment du paiement après avoir tagué le QR code affiché sur le TPE. Les services de l’application MyAuchan sont agrégés. Testé depuis fin 2012 dans l’hypermarché Auchan de Faches-Thumesnil, le service sera proposé à la fin du premier trimestre 2015 dans cinq autres magasins, pour un déploiement à l’ensemble des 126 hypers d’Auchan en France durant l’été 2015.

 

 

Leclerc peaufine son appli Paiement Flash

Le principe : télécharger l’appli Paiement Flash, créer un compte, taguer le QR code affiché sur le TPE et clore l’achat par son code secret. Aucun service client n’est agrégé.

Testé depuis fin 2013 dans les hypers Leclerc de Blagnac et Roques-sur-Garonne, de Fameck et Thionville. Et depuis l’été 2014 dans les Leclerc de Vitry-sur-Seine, Menneval et Saint-Grégoire, ainsi que sur le site optique.e-leclerc.com. Début décembre, 2 900 comptes étaient ouverts pour 6 300 transactions réalisées. Un déploiement global n’est pas encore fixé.

 

7 Leclerc testent l’appli Paiement Flash en France

Source : Leclerc

 

29 stations-service Auchan en Espagne testent le prépaiement via la plaque d’immatriculation des véhicules

Source : Auchan

 

Le paiement sans contact devient une réalité. Il faudra que les distributeurs apprennent à vivre avec. Les enjeux sont énormes : financiers, mais aussi sur le contrôle des datas clients.

Jean-Marc Megnin, DG de ShopperMind, laboratoire d’étudeset de prospectives d’Altavia

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2348

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message