Le palmarès 2019 des trophées SCOPS du Master Distribution et Relation Client de Paris Dauphine

|

Le 14 mai 2019, le jury a voté pour désigner le palmarès des trophées SCOPS du Master Distribution et Relation Client de Paris Dauphine. Une excellente veille des tendances actuelles par les futurs professionnels de la grande consommation. Cette année, les gagnants sont Stockly, Pro-Box, Uber & Ligne d’Azur de la ville de Nice et Boursorama. Et le coup de cœur du public a été décerné à "le Drive Tout Nu".      

Un beau palmarès pour Scops, l'Observatoire de l’Innovation Commerciale
Un beau palmarès pour Scops, l'Observatoire de l’Innovation Commerciale

La 12e cérémonie de remise des trophées SCOPS, organisée par le Master Distribution et Relation Client de l’Université Paris-Dauphine, a dévoilé son palmarès. Cet Observatoire de l’Innovation Commerciale est constitué à partir d’une veille réalisée par les étudiants  et d’une analyse proposée par une équipe de professeurs et de professionnels qui interviennent dans le Master. Quant au nom, Scops, il s’explique par les mots Services, Concepts de vente, Opérations promotionnelles, Programmes de fidélisation, et Stratégies de relation client. Les étudiants de la promo 2019 ont eu seulement deux minutes chrono pour présenter des réalisations innovantes. Un exercice difficile qu’ils ont toutes et tous magnifiquement réussis sous la direction de Valérie Renaudin et de Joël Plat. La sélection était tellement intéressante que nous avons décidé de publier ici les documents des étudiants de l'ensemble de cette sélection et pas seulement les gagnants. En sachant que les gagnants sont Stockly, Pro-Box, Uber & Ligne d’Azur de la ville de Nice et Boursorama. Et le coup de cœur du public a été décerné à "le Drive Tout Nu". Vous pouvez consulter le livre blanc en cliquant ici


Catégorie : Services d’aide à la vente

Jow : Inspirez-vous et faites vos courses en 1 minute

Date de lancement/déploiement : Avril 2018

Lieu : application disponible sur iOS et Android

En 2018, c’est la première fois qu’une application nous propose des recettes à nos goûts puis crée automatiquement un panier d’achat avec les ingrédients nécessaires.

DESCRIPTION

Jow est une application qui aide le consommateur au quotidien en lui simplifiant ses courses, une tâche chronophage et très souvent redoutée. En quelques clics seulement, l’application, entièrement gratuite, propose des recettes simples, faciles et adaptées aux envies et remplit automatiquement un panier d’achat avec les ingrédients nécessaires. Jow se veut être une application accessible et tout dans son fonctionnement est tourné pour que le consommateur n’ait que quelques renseignements à fournir et surtout que quelques clics à faire pour que son panier d’achat lui soit proposé. Lancée le 5 avril 2018 en partenariat avec Monoprix, Jow est aussi, depuis février 2019, disponible sur Leclerc Drive et Auchan Drive.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Grâce à sa triple compétence (entreprise de médias qui crée son propre contenu, entreprise de e-commerce qui offre une vraie proposition de valeur ajoutée sur l’expérience d’achat et entreprise de technologie qui possède des moteurs de recommandations et du machine learning), Jow se distingue des acteurs du Food Tech et offre à ses utilisateurs de vrais bénéfices :

-             Les consommateurs y retrouvent de l’inspiration au quotidien pour leur repas et gagnent du temps dans leurs courses.

-             Les distributeurs acquièrent de nouveaux clients grâce aux nombreuses campagnes d’acquisition digitales mises en place par Jow

LES RESULTATS

Une véritable communauté s’est créée autour de Jow et regroupe plus de 35 000 abonnés sur Facebook et autant sur Instagram. Avec un délai moyen de 9 jours entre deux commandes, l’application séduit les consommateurs mais également les investisseurs. En effet, Jow a levé 1,5 million en octobre 2018 et compte bien continuer sur sa lancée en visant aussi un développement à l’international.

Stockly : la mutualisation des stocks entre e-commerçants

Date de lancement/déploiement : 2018

Lieu : Paris

En 2018, c’est la première fois que Stockly présente un business case solide avec les Galeries Lafayette. C’est dans la section « chaussures » du site e-commerce des Galeries Lafayette que la solution de Stockly a été implémentée.

DESCRIPTION

Stockly permet de connecter les stocks des e-retailers entre eux. La promesse est donc d’en finir avec la rupture de stock. Dans l’écosystème de Stockly, quatre acteurs interviennent : un e-commerçant, un client du e-commerçant, Stockly et sa solution, enfin, les partenaires fournisseurs de Stockly. Lorsque la solution de Stockly est connectée sur le site d’un e-commerçant et qu’un produit n’est pas disponible dans ses stocks, Stockly interroge automatiquement son réseau de partenaires fournisseurs afin de trouver le produit désiré. Si le produit est disponible chez le partenaire fournisseur alors il apparaît comme disponible aux yeux du client, sur le site de l’e-commerçant, qui peut finaliser son achat. C’est finalement le partenaire fournisseur qui réalise l’envoi du produit en marque blanche au client de l’e-commerçant.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

La vision de Stockly est de se positionner comme le premier inventaire global pour le retail et devenir le premier réseau décentralisé de stocks. Le projet serait de pouvoir connecter tous les stocks des produits disponibles des retailers pour que n’importe quel vendeur qui souhaite contrebalancer ses ruptures et proposer de nouveaux produits puissent facilement se connecter à l’outil.

LES RESULTATS

Le modèle est gagnant pour les trois parties : un client satisfait qui ne connaît pas la frustration de la rupture de stock, un e-commerçant qui évite de perdre un client (perçoit 15% de la transaction) et un partenaire e-commerçant qui réalise une vente additionnelle sans frais d’acquisition (perçoit 85% de la transaction). Stockly se rémunère environ 5% de la transaction mais surtout se distingue comme le premier inventaire global pour le retail.

K-Ryole : la première remorque intelligente

Date de lancement/déploiement : Début 2018

Lieu : Paris

En 2018, c’est la première fois qu’une remorque devient intelligente et s’accroche derrière n’importe quel vélo pour remplacer utilitaires et triporteurs. K-Ryole c’est un nouveau moyen de transport de charge, pratique, écologique et économique.

DESCRIPTION

L’entreprise K-Ryole a inventé un nouveau transport de charge connecté. Les remorques K-Ryole sont intelligentes et assistées électriquement afin de transporter à la main ou à vélo des charges de plusieurs centaines de kilos sans aucun effort et de manière 100% intuitive et responsable. La remorque permet de transporter jusqu’à 250kg de marchandises sans les sentir ni les subir. En effet, grâce à sa technologie brevetée, ses 3000W de puissance, ses 70km d’autonomie et sa modularité, K-Ryole est une remorque de caractère qui s’adapte à tous vos besoins. Cette remorque est très utile pour la livraison du dernier kilomètre puisqu’elle s’accroche derrière n’importe quel vélo. Elle est également très utile sur les chantiers de construction puisqu’elle s’adapte aussi à une traction manuelle et permet de transporter plusieurs matériaux facilement.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

K-Ryole révolutionne la livraison du dernier kilomètre. Cette remorque intelligente remplace desormais les triporteurs, les utilitaires, les transpalettes en se fixant derrière n’importe quel vélo ou encore les brouettes pour un usage manuel. K-Ryole à pour objectif de faciliter le transport de charge, de marchandise pour fluidifier les fluxs logistiques et la livraison du dernier kilomètre. Afin de remplir son contrat, K-Ryole se veut avant tout pratique, écologique et économique. Les clients de K-Ryole gagnent désormais du temps de livraison, du temps de manutention et donc en résumé de l’argent.

LES RESULTATS

Aujourd’hui, les distributeurs qui ont signé ne s’y sont pas trompés. Pour Bricorama, Franprix, Biocoop, Leroy Merlin, La Poste, Chronopost, Métro, Bouygues Construction… cette mobilité éco-responsable permet :

•             D’économiser jusqu’à 2h de temps de livraison et de manutention

•             De diminuer le nombre de contravention pour mauvais stationnement des livreurs

•             D’améliorer les conditions de travail et de diminuer le turn-over sur les chantiers

•             De réduire les émissions de gaz à effet de serre

Pour la suite, K-Ryole pense à équiper ses remorques en IoT pour collecter de la donnée ! ?

Neos : l’application scan & go multi-enseignes

Date de lancement/déploiement : mars 2018

Lieu : application disponible sur iOS et Android

En 2018, c’est la première fois que les consommateurs français ont pu faire leurs courses dans plusieurs enseignes différentes, sans passer en caisse, avec une seule et unique application digitale.

DESCRIPTION

Neos est la nouvelle application MULTI ENSEIGNES qui fonctionne avec la technologie scan & go. Le principe est très simple : il suffit de télécharger l’application et de sélectionner le magasin dans lequel on se trouve. On scanne ensuite depuis l’application le code-barres des produits que l’on souhaite acheter, on enregistre sa carte bleue et on paie en 1 clic avec son téléphone ! On peut sortir librement du magasin avec ses achats après avoir présenté son reçu électronique à un membre du personnel. Lancée par 3 jeunes ingénieurs en mars 2018, avec La Grande Epicerie de Paris, Neos compte aujourd’hui 5 partenariats forts avec de grands acteurs de la distribution dont Bio c’Bon, Carrefour City, Sephora et Franprix.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

La start-up a voulu simplifier à tout prix le parcours des clients en magasins. En s’inspirant des modèles d’applications mono-enseigne de Monop’Easy ou Casino Max, Neos a su apporter une vraie valeur ajoutée en regroupant un ensemble d’enseignes sous une même application. Les clients ne sont donc plus obligés de télécharger l’application propre de chaque enseigne. D’un point de vue technique, Neos est très facile d’installation par les enseignes. C’est une solution plug and play, elle se connecte facilement au système d’informations d’une enseigne grâce à des API et requiert des développements minimes. Elle peut être fonctionnelle en moins de 4 semaines.

LES RESULTATS

Les résultats sont encourageants après une première année. Neos dispose d’excellents retours clients, avec un score de 4,8/5 sur l’AppStore et un taux de rétention de 50%, soit deux fois et demi supérieur à la norme. Elle permet de diminuer le temps passé en magasin et de le réduire jusqu’à 3 minutes ! L’application est disponible à ce jour dans 13 magasins partenaires, essentiellement dans Paris et souhaite généraliser sa solution à l’ensemble des réseaux de magasins partenaires dans les grandes agglomérations. ?

 

Catégorie: Concepts

 

Le Drive Tout Nu : déshabille ses produits pour démocratiser le 0 déchet

Date de lancement/déploiement : 11 décembre 2018

Lieu : Toulouse

En 2018, c’est la première fois que le 0 déchet a choisi de toucher des personnes au préalable peu engagées dans cette nouvelle manière de consommer.

DESCRIPTION

Le Drive Tout Nu a pour principale ambition de rendre la tendance 0 déchet facile et accessible à tous. Implanté à Beauzelle, dans la banlieue nord de Toulouse, le Drive Tout Nu fonctionne comme un simple drive de supermarché, sauf que tous les produits sont dépourvus d’emballages et conservés dans des bocaux en verre et des sacs en toile réutilisables. Par le biais de ce nouveau concept, les fondateurs du Drive Tout Nu cherchent à proposer à leurs clients une solution 0 déchet qui ne nécessite que très peu d’engagement. En effet, ils sont convaincus que pour faire du 0 déchet un mode de consommation récurrent, il faut que la solution soit la plus simple possible pour les clients.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Le Drive Tout Nu s’approvisionne auprès de producteurs locaux. Ils gèrent toute la distribution des produits qu’ils conditionnent eux-mêmes dans des bocaux en verre. L’équipe du drive est composée des deux fondateurs et de trois salariés récemment recrutés. La récupération des commandes se fait aujourd’hui sur deux sites distincts en périphérie de Toulouse, les jeudi, vendredi et samedi. Fort de son succès, un service de livraison à domicile et au sein des entreprises est désormais en cours de réflexion.

LES RESULTATS

Le Drive Tout Nu a ouvert ses portes le 11 décembre 2018. Depuis, les résultats sont très prometteurs avec un panier moyen des clients qui se rapproche des 50€ en moyenne et des ruptures de stocks fréquentes grâce à l’engouement de plus en plus grand des clients (…) Les retombées médiatiques sont impressionnantes et traversent toute la France. En seulement 5 mois, l’ouverture du Drive a connu un réel succès et cela n’est pas près de s’arrêter.

Mon P’tit Decat : un magasin itinérant qui va au contact de ses client

Date de lancement/déploiement : Mai 2018

Lieu : Partout en France

En 2018, c’est la première fois qu’un acteur du retail sportif choisit d’éclater les frontières de ses magasins afin d’aller à la rencontre des consommateurs, tout en ayant pour ambition de les éduquer et de démocratiser une pluralité de pratiques sportives.

DESCRIPTION

Mon P’tit Decat, dernière innovation de Décathlon, est un container itinérant mis à disposition de tous les magasins de l’enseigne. Cette nouvelle forme de vente permet de toucher les consommateurs différemment en se rendant directement sur des lieux de pratiques sportives. Concrètement, le container fait un peu moins de 30m2, il est transportable sur un camion-remorque. A l’intérieur, se trouve un assortiment de produits Décathlon en lien avec les pratiques sportives de l’événement. Ainsi, les utilisateurs pourront découvrir les gammes de la marque et s’équiper si besoin, directement sur place.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

L’objectif principal de l’innovation n’est pas de vendre mais d’éduquer les français à différentes pratiques sportives afin de démocratiser le sport au sens large. Ainsi, les consommateurs peuvent tester les produits pendant un peu plus d’une heure, se familiariser et les essayer avant un potentiel achat. Des animations et des formations sont aussi proposées, afin mettre au sport les inactifs, tout en les accompagnant dans leur pratique à l’aide des experts Décathlon. Cette ambition s’inscrit donc dans la lignée de la stratégie et de l’ADN de l’enseigne : rendre le sport accessible au plus grand nombre.

LES RESULTATS

Jusqu’à présent le test est concluant, puisque sur les 11 premières implantations, 99% des clients interrogés sont satisfaits de leur expérience. De même, lors de l’implantation du container dans la petite station alpine de Montclar, l’innovation a permis de recruter 310 acheteurs, dont 72 nouveaux clients, pour un chiffre d’affaires d’environ 10 000€. Le tout en six jours seulement ! Et ce recrutement porte ses fruits, en attestent les 2 900 € de ventes générées par ces nouveaux clients dans le magasin Décathlon de la zone, sur les deux semaines suivant leurs visites. Et vous ? Vous mettrez-vous au sport s’il vient à vous ?

Probox : la plateforme communautaire pour les pros du bâtiment

Date de lancement/déploiement : Septembre 2018

Lieu : Ile-de-France

En 2018, c’est la première fois qu’une plateforme accompagne les professionnels du bâtiment au plus proche de leurs besoins avec une base-vie physique, un écosystème digital et une vraie communauté.

DESCRIPTION

Probox est né de l’écoute attentive des besoins des professionnels du bâtiment en petite structure. Ils sont mobiles, ils gèrent des imprévus, du stress, la pression de leurs clients. Ils ont un réel besoin d’être accompagné dans leurs tâches administratives- trouver un apprenti, ou même dans leurs tâches commerciales. Ils passent beaucoup de temps dans leur camionnette. L’habitacle est leur bureau, où ils passent des appels, et le coffre est leur entrepôt. Pour répondre à ces besoins, Probox propose une myriade de services comme une salle de douche, un espace de restauration, des bureaux pour travailler. L’expérience d’achat est rapide grâce à une surface de vente réduite où on scanne les produits puis on les récupère en 10 min. D’ailleurs, les magasins sont appelés… des bases-vie ! Probox a également créé une communauté « Utile Aux Pros ». On y aide les membres dans leurs tâches administratives, on les invite à des salons de recrutement d’apprentis, à des rencontres pour trouver de nouveaux prospects.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

La stratégie est de se différencier grâce aux services rendus aux professionnels, ainsi que sur la relation humaine, la considération et l’aspect communautaire. Au niveau du positionnement produit, Probox souhaite être le meilleur 2e fournisseur des professionnels du bâtiment et rester assez généraliste. Un plombier, par exemple, irait d’abord chez un spécialiste de la plomberie pour ses besoins spécifiques en plomberie, et chez Probox pour tous ses autres besoins.

LES RESULTATS

Probox a ouvert 5 bases-vie dans ses 8 premiers mois, et compte en ouvrir 4 nouvelles en 2019 afin de compléter le maillage territorial en Ile-de-France. Son chiffre d’affaire est de 600€ par téléphone (canal préféré des pros), 250€ sur le site-internet, et 120€ en base-vie. L’entreprise débute et elle est pleine d’espoir ! Il faut toujours un peu de temps pour faire son trou dans un nouveau marché, surtout lorsque l’on propose des services si disruptifs.

Shippeo : IA et machine learning pour une visibilité prédictive des flux de transport

Date de lancement/déploiement : Mars 2018

Lieu : France dans les 137 magasins Leroy Merlin

En 2018, c’est la première fois que l’ensemble des magasins Leroy Merlin ont eu accès à la plateforme de visibilité prédictive et en temps réel développée par Shippeo, à travers le portail « Customer Visibility ».

DESCRIPTION

Cet outil permet aux équipes des 137 magasins, de connaître la localisation exacte et l'ETA (heure estimée d’arrivée) prévue de plus de 100 000 livraisons annuelles effectuées par plus de 100 transporteurs. L’identification des retards permet aux équipes en magasin de mieux planifier leurs opérations- le déchargement de marchandise, dans le but d’améliorer la productivité des collaborateurs. Par ailleurs, la vision globale qu’offre la plateforme permet d’améliorer la communication et les échanges entre les différents acteurs que sont les entrepôts, les transporteurs et les équipes logistiques en magasins.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Il y a un réel déficit d’accès à l’information « transporteur » dans de nombreuses entreprises leaders de l’industrie et de la distribution, compte tenu de la densité et de la complexité des flux de transport routier. Ainsi, Shippeo a développé des interfaces standard en partenariat avec les éditeurs de géolocalisation du marché. L‘objectif est ici de se connecter à n’importe quel moment a? n’importe quel camion, afin d’offrir une visibilité en temps réel. Shippeo peut également, grâce à un algorithme de machine learning, calculer les heures réelles d'arrivées des camions et anticiper ainsi les potentiels retards et imprévus.

LES RESULTATS

Les résultats sont éloquents :

•             Les échanges en interne sont fluidifiés. Shippeo est parvenu à rassembler tous les acteurs de la chaine de transport et 100% des magasins Leroy Merlin sur une même plateforme collaborative.

•             Le taux de ponctualité de Leroy Merlin a progressé de 13 points depuis l'installation de la plateforme pour atteindre 90%.

•             La productivité est optimisée grâce à une meilleure organisation des équipes en magasin.

•             D'autres clients ont adhéré à la solution (Castorama, Auchan, Decathlon...) et Shippeo prévoit prochainement un déploiement sur le transport maritime et fluvial.

 

Catégorie : Opérations commerciales

 

Zwilling : la murder party qui lève tous les mystères de ses marques

Date de lancement/déploiement : 6 novembre – 1er décembre 2018

Lieu : 12 boulevard de la Madeleine 75009 Paris

En 2018, c’est la première fois qu’une enseigne d’ustensiles de cuisine s’inspire d’une tendance phare, la murder party, afin de faire connaître ses produits à une cible parisienne trentenaire.

DESCRIPTION

Le groupe allemand Zwilling, spécialiste des ustensiles de cuisine, bénéficie d’une renommée internationale, mais manque cruellement de notoriété française. C’est pourquoi, en collaboration avec l’agence de communication et d’événementiel Lucette, la direction marketing s’est appuyée sur la tendance de la murder party pour faire connaître ses cinq marques phares aux savoir-faire différents : Ballarini pour l’aluminium revêtu, Demeyere pour les ustensiles en inox, Miyabi pour la coutellerie japonaise, Staub pour la fonte et Zwilling pour les couteaux. Le principe est simple, les visiteurs se voient confier la mission de résoudre le crime du Docteur Z, avec la possibilité de remporter un lot d’une valeur de 200 €. Pour ce faire, ils disposent d’une brochure recensant des énigmes à déchiffrer grâce aux indices disposés dans la boutique entière.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Le groupe Zwilling a mis en place cette opération commerciale car les marques du groupe sont peu connues en France, la fréquentation du concept shop de la Madeleine est en constante baisse depuis trois ans, la clientèle de la boutique vieillit. Les objectifs sont les suivants : attirer les clients en boutique, améliorer l’image de marque, recruter une clientèle plus jeune et surtout d’augmenter la notoriété du groupe en France. En mettant en scène ses cinq marques phares, Zwilling souhaite développer la présence à l’esprit des participants, qui envisageront plus largement les marques du Groupe lorsqu’ils souhaiteront équiper leur cuisine.

LES RESULTATS

L’opération commerciale est un tel succès qu’elle est prolongée de deux semaines, elle s’est déroulée du 6 novembre au 1er décembre. Grâce aux campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux du groupe, ce sont plus de 60 000 personnes qui ont été touchées et tout cela pour un coût modique d’un centime par clic. Le groupe Zwilling a donc réussi à augmenter sa notoriété française, à améliorer son image de marque et à agrandir sa base de données clients grâce aux e-mails des participants au tirage au sort.

Transavia : les billets tricotés

Date de lancement/déploiement : 19 novembre 2018

Lieu : France

En 2018, c’est la première fois qu’on a pu offrir à Noël un coffret cadeau comprenant deux billets d’avions aller-retours pour des villes européennes, accompagnés d’un « pull moche » de Noël assorti à la destination choisie !

DESCRIPTION

Transavia France a commercialisé à partir du 19 novembre 2018 des coffrets cadeaux comprenant 2 AR pour des métropoles européennes, accompagnés d’un pull « moche » de Noël portant le nom de la destination choisie. Les destinations proposées depuis la France étaient Naples, Barcelone, Prague, Amsterdam et Porto. Le bon est valable du 19 novembre 2018 au 17 mars 2019 (période de réservation). La période de voyage est comprise entre le 7 janvier 2019 et le 30 mars 2019 à l’exception de la période de vacances scolaires. Le coffret coûte 250€, dont 5 € sont reversés à l’association partenaire Louis CARLESIMO.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Pour se différencier de la concurrence qui propose des prix parfois imbattables, Transavia fait le choix stratégique de se concentrer sur la qualité de service et la relation client. Leur objectif : « être la compagnie qui vous donne envie de repartir ». Avec un budget relativement faible, cette opération parvient à toucher un grand nombre de prospects (environ 2 millions de reach) grâce à une campagne de communication digitale drôle et innovante. L’effet d’étonnement délivré par les pulls de Noël permet en outre de perpétuer l’identité jeune et innovante de Transavia.

LES RESULTATS

Pour Transavia, l’opération est une franche réussite car en partant d’un budget marketing modeste, les retombées médiatiques et sur les réseaux ont été excellentes en termes d’image de marque. De plus, les box se sont également très bien vendues. On peut synthétiser les bénéfices pour l’entreprise de la manière suivante :

•             Un budget respecté

•             Une excellente retombée presse (plus de 20 articles, équivalent à un investissement d’environ 175 000€).

•             De nombreux partages sur les réseaux sociaux, notamment via une communauté d’influenceurs conquis par l’offre (environ 2 millions de Reach).

•             Toutes les box ont été vendues (environ 1000 box produites). 

Chanel : quand la salle de jeux devient chic

Date de lancement/déploiement : 21 juin 2018

Lieu : 40 Boulevard Haussmann, 75009 Paris

En 2018, c’est la première fois qu’une marque de luxe s’approprie le rétro-gaming pour proposer une expérience extraordinaire dans un espace physique qui promeut sa marque et ses produits.

DESCRIPTION

Entre le 21 et le 24 juin 2018 le pop-up store de Chanel- le Coco Game Club nous a plongé dans une salle d’arcade digne de Tokyo, depuis le rooftop des Galeries Lafayette. Dans une ambiance délicieusement rétro, Rouge Coco Lip Brush était mis en scène autour des bornes d’arcades de jeux dérivés de Pong et de Guitar Hero. « The Beauty ride » : une course virtuelle dans Paris au volant de la Coco Car. « The Bubble Game » : une machine à pince qui permettait de gagner des échantillons. Des Beauty Experts étaient à disposition des visiteurs pour les aider à tester les produits Chanel, dans un décor 100% instagramable.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Les Millennials sont une cible fondamentale : selon le cabinet Bain & Company, ils représenteront 55% du marché du luxe en 2025. Cependant, les marques de luxe restent perçues comme inaccessibles. Le Coco Game Club est la réponse de Chanel à cette contradiction : en créant une expérience extraordinaire au cœur de Paris, Chanel les attire, réussit à les faire entrer dans un magasin et même tester des produits. Chanel se présente ainsi sous une nouvelle facette plus ludique, fun et accessible en harmonie avec les attentes des Millennials.

LES RESULTATS

Les visiteurs ont pu directement acheter les produits Chanel dans les boutiques présentes aux Galeries Lafayette. L’expérience extraordinaire vécue par les visiteurs et les influenceurs invités a été largement relayée sur Instagram avec 819 #CocoGameClub en seulement 3 jours assurant une forte visibilité auprès de sa cible de Millennials, permettant ainsi de changer son image.

Boursorama Banque : le code promo le plus long du monde avec Asos

Date de lancement/déploiement : Novembre 2018

Lieu : France

En 2018, c’est la première fois qu’un acteur bancaire utilise un code promotionnel comme support publicitaire pour promouvoir une nouvelle offre, ce code offrant une réduction valable sur le site d’un partenaire.

DESCRIPTION

Pour promouvoir sa nouvelle offre Welcome à destination des étudiants, Boursorama Banque est parti du constat suivant : en 2018, les jeunes sont réticents aux formats publicitaires traditionnels. Son agence de publicité Buzzman lui propose ainsi d'adopter une approche originale pour réussir à les atteindre : et si le code promotionnel devenait un format publicitaire en soi ?

Boursorama décide ainsi de nouer un partenariat exclusif avec l’e-commerçant ASOS plébiscité par les jeunes en créant le code promotionnel le plus long du monde, 269 caractères qui expliquent aux étudiants que Welcome est l’offre de banque en ligne la moins chère pour eux, et qui leur permet d'obtenir une réduction de 20% sur le site de vêtements branchés.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Le choix du partenaire s'est révélé être un choix très stratégique pour Boursorama. Elle doit s’intéresser à des marques qui résonnent dans l’univers de la cible pour faire connaître son offre. Très prisée par les jeunes, Asos s'est imposé comme le partenaire idéal. Et pour assurer une grande visibilité à cette opération du 5 au 25 novembre, elle s'est déclinée en campagne nationale d’affichage dans les universités et les grandes écoles, dans la presse quotidienne gratuite (20 Minutes, CNews, Stylist), en display et en social media sur Instagram, Facebook et Snapchat.

LES RESULTATS

En 3 semaines, 22,3 millions de personnes ont été touchées par la communication originale : 19,6 millions dans les facs et écoles, 1,6 million grâce à la presse, et 1,1 million grâce aux RP et réseaux sociaux. L'originalité de cette campagne a interpellé des médias spécialisés comme Stratégies, ADN, CB News qui en ont largement relayée. De plus, en moyenne 6'28 ont été passés sur la page landing dédiée à l'opération par les internautes qui se sont pris au jeu de recopier intégralement le code.?

 

Catégorie: Stratégies Relationnelles

 

Deliveroo Editions : des cuisines partagées pour les restaurants

Date de lancement/déploiement : Juillet 2018

Lieu : Saint-Ouen

En 2018, c’est la première fois que dans le secteur de l’alimentaire on voit apparaître en France un prestataire de livraison qui propose des cuisines-relais clé-en-main aux restaurateurs pour faciliter leur travail.

DESCRIPTION

Deliveroo Editions premier concept de relais-cuisine dans lequel Deliveroo propose à plusieurs restaurateurs de venir s’installer pour cuisiner et faire livrer leurs plats dans la zone de chalandise autour de la structure. Les restaurateurs partenaires se partagent ainsi les locaux avec pour chacun un box fermé dans lequel ils peuvent retrouver les éléments de structure nécessaires au bon exercice de leurs activités. Ces derniers ont seulement besoin de déplacer ou d’embaucher des cuisiniers pour générer leur activité exclusivement pour Deliveroo, qui s’occupe de la livraison. Ces cuisines permettent à Deliveroo et aux restaurateurs d’aller toucher une zone géographique qu’ils n’avaient pas encore la possibilité d’adresser et développer son potentiel de croissance. Pour les clients, ce food market digitalisé leur permet d’avoir une offre de restauration plus complète et la possibilité de sélectionner plusieurs restaurants en une seule commande.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

L’idée du concept est pour Deliveroo de pouvoir s’implanter dans des zones où l’offre de restauration est peu importante mais où la demande est forte. L’implantation dans ces zones permet à l’entreprise de croître dans un marché très saturé par la concurrence. Au-delà de l’implantation, cela leur permet de travailler les relations avec leurs restaurants partenaires en les aidant à étendre et développer leurs business facilement. Avec cet accompagnement Deliveroo crée des liens solides et de qualité avec des restaurants fortement sollicité par les consommateurs. C’est également l’idée d’un développement de la stratégie de marque auprès des consommateurs avec la mise en place de food market au sein même des locaux Editions. 

LES RESULTATS

Les 10 cuisines du site de Saint-Ouen ont fait le plein dans les six mois d’ouverture du projet et ont séduit des restaurants réputés tels que Le Petit Cambodge, Mission Saigon, Tripletta et bien d’autres… Dans la foulée de la première ouverture, le site de Courbevoie a vu le jour en octobre. L’entreprise ambitionne également d’ouvrir dans les mois à venir d’autres cuisines dans des villes à forts potentiels : Lyon, Lille, Bordeaux. A l’échelle mondiale l’entreprise possède 221 cuisines sur 32 sites répartis dans 12 pays.

Uber : nouvelle expérience nocturne à Nice

Date de lancement/déploiement : juillet 2018

Lieu : Nice

En 2018, c’est la première fois qu’Uber passe un accord avec un acteur public en France : la Régie Lignes d’Azur, réseau de transports en commun de la Métropole de Nice.

DESCRIPTION

Afin de faciliter les déplacements, la Régie Ligne d’Azur lance en partenariat avec Uber, une nouvelle offre de mobilité? nocturne, abordable et sécuritaire. Depuis juillet 2018, à partir de 20h et jusqu’à 2h30, les abonnés RLA annuels de plus de 18 ans peuvent bénéficier de courses, au tarif fixe de 6 euros, reproduisant certains itinéraires de bus et trams qui ne sont plus disponibles a? partir de 20h à Nice.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

La Régie de transport en commun de Nice a bien compris que son réseau de transport en commun était défectueux, il était d'ailleurs noté à 1/5 par ses habitants sur les réseaux sociaux. Le partenariat avec Uber a été mis en place pour :

•             Améliorer l’accessibilité dans les zones peu ou non desservies en soirée

•             Permettre à chaque voyageur de disposer d’une solution pratique qui prenne le relais après 20h

•             Renforcer l’innovation au sein de l’offre du réseau urbain de la Métropole Nice Côte d’Azur

LES RESULTATS

Une expérimentation d’un an pour un investissement de 30 000 euros.

•             La Métropole de Nice, au-delà d’une meilleure satisfaction de son service de mobilité, gagne également en connaissance client grâce à la data collectée par Uber

•             Uber, lui, se positionne comme un acteur incontournable de la mobilité de demain auprès des villes, comme il a déjà pu le faire aux États-Unis et signe son premier partenariat public en France.

Sachant que d’ici 2050, 70% de la population mondiale sera citadine et que les 3?4 des citadins utiliseront leur smartphone dans leurs déplacements quotidiens, ce type de partenariat fait complètement sens pour les deux parties. 

B-Series By Burberry : 24 heures pour vous démarquer

Date de lancement/déploiement : 17 octobre 2018

Lieu : Dans le monde

En 2018, c’est la première fois que Burberry lance tous les 17 de chaque mois à 12h (heure londonienne) une collection capsule : les B-Series. Ces pièces sont accessibles pendant 24h seulement et on peut les acheter uniquement sur Instagram, WeChat, Line ou Kakao.

DESCRIPTION

Burberry est en plein renouvellement de son image de marque depuis l’arrivée de Riccardo Tisci à la tête de la direction artistique. Cet ancien directeur de Givenchy, compte bien moderniser l’image de sa nouvelle maison et notamment à travers les B-Series. Ces B-Series sont un rendez-vous mensuel pour tous les afficionados de la marque. Pendant 24h, le 17 de chaque mois, des pièces ultra-limitées seront mises en vente. L’autre innovation, en plus de l’éphémérité des collections, réside dans le tunnel d’achat qui se trouve uniquement sur Instagram, WeChat, Line ou Kakao. En effet ce tunnel natif, notamment sous Instagram est tout nouveau, seules quelques marques l’utilisent.il permet de rester tout le long du parcours sur Instagram et ainsi favorise un gain de temps considérable.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Avec ces ventes flash et ultra-limitées mensuelles, Burberry s’assure un flot de commande régulier, puisque chaque nouvelle vente B-Series est sûre de lui rapporter des bénéfices. L’autre stratégie qui émane de ces B-Series est la création d’une communauté et d’un lien social entre les clients de Burberry et la marque afin de les fédérer à la nouvelle image de la maison. En utilisant le paiement natif disponible sur Instagram, Burberry s’assure que les clients n’ont plus de point de frustration à devoir se rendre sur le site internet et sont donc plus susceptibles d’acheter impulsivement dès qu’ils voient leur panier en bas de la photo.

LES RESULTATS

Avec ces B-Series Burberry renoue avec la croissance qui jusqu’alors était en chute libre. De plus, l’utilisation des réseaux sociaux et notamment WeChat, Line ou Kakao a permis à la marque de gagner 5% de ventes pour la région Asie-Pacifique. Concernant les résultats d’image de marque, ce sont les plus impressionnant puisque Burberry augmente d’1 millions de followers par trimestre et la campagne des B-Series est perçue comme la campagne de luxe la plus excitante sur WeChat en 2018.

Accor x Wojo : le coworking s’installe dans les hôtels

Date de lancement/déploiement : Novembre 2018 (POC)

Lieu : Hôtel Mercure, 3 rue Caulaincourt, 75018 Paris

En 2018, c’est la première fois qu’un mastodonte de l’hôtellerie ouvre ses portes à une jeune entreprise de coworking en lui dédiant un espace dans l’un de ses hôtels.

DESCRIPTION EN QUELQUES MOTS

Placé dans le quartier de Montmartre dans le 18ème arrondissement de Paris, l’hôtel Mercure accueille le premier Wojo corner (anciennement Nextdoor corner). Il s’agit d’un espace fermé d’environ 70m² dédié à la marque Wojo dans un hôtel prestigieux et situé dans un quartier stratégique. Visible depuis l’extérieur, l’espace de travail partagé est idéal pour les voyageurs d’affaires, les freelances ou encore les habitants du quartier. Les formules d’inscription sont très flexibles et adaptées à tous les besoins, allant d’une offre de travail permanente, à une offre plus ponctuelle à la journée avec des prix accessibles. En outre, une large panoplie de services y est proposée : café/thé à volonté, bar de l’hôtel, wifi sécurisé, terrasse à l’étage etc….

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

L’alliance des deux acteurs paraît tout à fait légitime. Accor dispose de nombreux hôtels et donc d’espaces à rentabiliser dans la journée et Wojo recherche justement des lieux où implanter son activité afin de devenir le premier acteur de coworking en France. D’ailleurs, pour Accor, cela représente une belle façon d’ouvrir ses hôtels à des personnes n’ayant pas pour habitude de les fréquenter et qui pourront ainsi devenir des clients potentiels. Ce projet permet de faire converger les stratégies des deux acteurs en réponse à une demande en pleine mutation.

LES RESULTATS

Le Wojo corner est toujours en phase de test. Cependant, les premiers retours clients sont positifs et le nombre d’utilisateurs ne fait que croître. Il y a un réel potentiel derrière ce projet puisque le nombre d’espaces de coworking a été multiplié par 10 en France en 5 ans et par ailleurs, Accor dispose de 4800 hôtels dans le monde. Ces premiers résultats sont ainsi très prometteurs pour les corners Wojo.

 

LES INNOVATIONS SOLIDAIRES 2018

?

L’heure silencieuse : le projet qui fait du bruit

Date de lancement/déploiement : décembre 2018

Lieu : Vierzon

En 2018, c’est la première fois qu’un hypermarché met en place des mesures pour faciliter la vie des autistes lors de leurs courses.

DESCRIPTION

En partenariat avec l’association « Espoir pour mon futur », l’Hyper U de Vierzon observe tous les mardis, de 14h à 15h une « Heure Silencieuse » pour permettre aux autistes de faire leurs courses en toute quiétude. Les éclairages sont réduits avec 2 lumières sur 3 éteintes, plus d’annonce au micro, le volume des caisses est diminué, personne ne roule en transpalette, le boucher ne coupe pas de viande sur l’étale.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Pour la présidente de l’association « Espoir pour mon futur », il s’agit avant tout de résoudre une problématique que rencontrent les proches des jeunes ayants des TSA. Cette démarche permet d’inclure les autistes lors du rituel hebdomadaire que peuvent représenter les courses et aussi d’informer sur les troubles sensoriels des jeunes atteints de TSA. Pour l’Hyper U de Vierzon, cette initiative vise avant tout à rendre le magasin plus accessible, pour des familles heureuses. Ils n’attendent pas de retours chiffrés, mais simplement de rendre la vie plus simple à certaines personnes via des actions peu coûteuses.

LES RESULTATS

Au niveau de l’Hyper U, l’initiative a été très bien accueillie par les collaborateurs. Elle a permis de les impliquer autour d’une cause commune. Elle n’a pas affecté le chiffre d’affaire. Les clients en magasin semblent aussi satisfaits. Cela ne gêne pas leurs courses, même pour certains – notamment les personnes âgées c’est un moment plus agréable, plus calme. Pour les clients atteints de TSA, ou d’autres handicaps pour lesquels faire ses courses peut être une épreuve, c’est évidemment un succès. L’initiative a également eu beaucoup de retombées sur les réseaux sociaux et médias régionaux (France Bleu, le Berry…)

Mieux que le Black Friday, fêtons le Giving Tuesday !

Date de lancement/déploiement : 27 novembre 2018

Lieu : France

En 2018, c’est la première fois que la France lance le Giving Tuesday. Célébré dans 49 pays, le Giving Tuesday est une journée et surtout un mouvement mondial qui encourage et multiplie le don, l’engagement et la solidarité.

DESCRIPTION

Le Giving Tuesday est organisé dans le monde entier le 27 novembre 2018. L’objectif du mouvement est de consacrer une journée à la générosité et à la solidarité en célébrant le don sous toutes ses formes : d’argent, de temps, en nature, de sang et de voix. Tout le monde peut y participer, les individus, les associations, les fondations, les institutions publiques et les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs. Chaque acteur est invité à entreprendre une initiative solidaire telle que faire un don à une association, donner des vêtements, soutenir les projets solidaires de ses employés, donner son sang ou encore organiser une collecte. Les participants sont fortement encouragés à partager leurs engagements solidaires sur les réseaux sociaux avec #GivingTuesdayFr.

LA STRATEGIE SOUS-JACENTE

Le collectif Giving Tuesday a pour objectif de promouvoir le mouvement le plus largement possible, participer activement à la mobilisation de toutes les parties prenantes afin de célébrer cette journée de la générosité. Le site internet www.givingtuesday.fr est un outil open source qui met à disposition gratuitement des outils d’information, de communication et des idées d’engagements en fonction de la cible. Les campagnes de communication ont été principalement digitales et réalisées sur les réseaux sociaux afin de produire plus facilement un effet viral.

LES RESULTATS

La première édition du Giving Tuesday France a rassemblé 180 partenaires, 13 ambassadeurs et des milliers de personnes et d’organisations autour de 300 projets solidaires inscrits en ligne. La campagne sur les réseaux sociaux a touché plus de 7 millions de personnes durant la semaine du Giving Tuesday. La tribune Giving Tuesday a recueilli les signatures de 70 dirigeants d’associations. La mobilisation des particuliers et des entreprises françaises sera vivement attendue pour la prochaine édition du 3 décembre 2019 !?

 

LES TENDANCES DE 2018 selon les étudiants

?

Les nouveaux écosystèmes dans la « Data Battle »

En 2018 les entreprises rêvent de posséder des données et de mieux les exploiter. La diversification tous azimuts des activités des GAFA accentue cet objectif. Amazon s’est lancé dans le fret et dans l’assurance, de nouveaux territoires riches en data. L’ambition des GAFA en 2018 : se positionner sur l’ensemble de la chaîne de valeur et connecter tous les écosystèmes ensemble. C’est ainsi qu’Instagram, fort de ses 800 millions d’inscrits, devient marchand et que Google lance Shopping Actions, une plateforme qui permet de conclure directement l’achat sur Google et non plus sur le site des marques. Plus loin encore, trois des GAFA ont dorénavant leur solution de paiement : Google Pay, Amazon Pay et Apple Pay.

Le nouvel enjeu pour les retailers et les marques face à l’omniprésence des GAFA est de maîtriser leurs données et d’investir pour les enrichir, en les considérant comme un actif clé. De nombreux acteurs traditionnels prennent conscience de l’importance de posséder de la donnée d’achat et lancent leur propre solution de paiement. Certains, comme Leboncoin décident de se lancer seuls dans le déploiement de leur plateforme de paiement en ligne, avec un seul objectif : collecter, conserver et utiliser cette donnée plutôt que de la faire transiter par les GAFA. Autre exemple, Neos, l’application mobile multi-enseignes pour faire ses courses sans passer en caisse.

Par ailleurs, cibler la bonne audience, adresser un message efficace et mesurer l’impact sur les ventes, sont autant d’éléments qui font de la data un actif essentiel pour les entreprises de distribution à forts flux. Face à la puissance de frappe des GAFA, il est souvent nécessaire de s’allier pour obtenir une masse de données critique. Par exemple, BNP Paribas et Crédit Mutuel, pourtant concurrents, lancent la plateforme de paiement LyfPay et forment ainsi une alliance inédite pour le contrôle et la maîtrise de leurs données.

Autre option, le partage des données autour d’écosystèmes ouverts et transparents. A l’heure où Facebook et Google représentent 94% de la croissance du marché de la publicité digitale en 2018 (selon le rapport de l'Observatoire de l'e-pub, publié par le SRI), des marques choisissent de produire leur publicité digitale indépendamment de ces géants.

C’est ainsi que Carrefour a lancé une plateforme de data intelligence spécialisée dans la consommation alimentaire, qui connecte ses données clients avec celles d’autres acteurs français. Foodlab est donc un partenariat entre Carrefour, Marmiton et 750g qui permet aux marques de réaliser des publicités mieux ciblées et plus efficaces. Tout cela est rendu possible, grâce à l’ouverture et au partage de l’ensemble des données de chaque partenaire. Selon ce même modèle, Le Figaro et Le Monde ont lancé Skyline, tandis Les Echos, M6, SFR, Fnac Darty se sont rapprochés avec l’alliance Gravity. Ces écosystèmes de publicité digitale, basés sur la mise en commun des données, visent à optimiser l’efficacité de la publicité en ligne des marques. Ce sont des alternatives à la suprématie de Facebook et Google dans la publicité digitale. Leur limite réside dans une démarche en ordre dispersé, nationale, quand le succès passerait par des alliances par industrie, au plan international.

2018 place la donnée au cœur des problématiques du retail d’aujourd’hui et de demain. Après la guerre des prix, la guerre de la maîtrise de la donnée fait rage. Les écosystèmes alternatifs, dans une logique d’ouverture, de partage et de transparence semblent encore petits, mais peuvent permettre aux marques de ne pas perdre le contrôle de leur actif stratégique le plus précieux : la data.?

Scanner pour mieux consommer ou la « yukaïsation » du commerce

Quel est le point commun entre Uber, les Gilets Jaunes, et Yuka ? Uber, veut redonner le pouvoir aux utilisateurs de taxi. Les Gilets Jaunes, veulent redonner le pouvoir au peuple. Yuka, veut redonner le pouvoir aux consommateurs. Redonner le pouvoir aux consommateurs, tel est l’objectif de ces applications de scannage qui scrutent nos assiettes, nos placards, jusqu’à notre trousse de toilette. ScanUp, Kwalito, Y’a quoi dedans, QuelCosmetic, Clean Beauty… et la liste est encore longue. L’émergence de ces applications s’inscrit dans un climat de défiance envers la grande distribution couplée à une volonté de “mieux consommer”.

Ainsi, plus d’un français sur cinq a déjà téléchargé ce type d’applications et il n’est pas rare de voir ces néo-consommateurs, téléphone en main, au milieu des rayons des magasins. Le fonctionnement est simple : scanner le code barre du produit, laisser l’application l’évaluer, puis choisir de l’acheter, ou non.

Dans le contexte d’une information désormais disponible partout et pour tous, et face aux nombreux défis sociaux, économiques et écologiques, cette tendance est révélatrice de nouvelles attentes du consommateur. On peut dire de ce consommateur qu’il est curieux car il a horreur du vide, exigeant, car il veut une information compréhensible et facilement accessible, et responsable, car il veut acheter en cohérence avec ses valeurs.

Mais qu’ont fait les entreprises jusqu’à présent pour répondre à ces attentes ? Pour certaines, elles se sont alliées avec les applications de scannage. D’autres se sont tournées vers un changement de composition de leurs produits. Enfin, pour les plus engagées, la réponse a consisté à lancer leur propre application.

Toutes ces initiatives sont positives, mais elles ne suffiront pas. En effet, cette tendance n’en est qu’à son début. Si la transparence d’aujourd’hui se limite à la composition du produit, la transparence de demain ira beaucoup plus loin.

Ces applications d’un nouveau type émergent et sont en passe de tout bouleverser comme Clothparency, BuyOrNot, MoralScore, etc. Elles ne se contenteront pas d’évaluer la composition mais poseront de nouvelles questions sur les conditions de fabrication des vêtements, les éléments nécessaires à la production de ceux-ci ou les conditions de travail des producteurs.

La consommation de demain est une consommation éthique et responsable qui sera possible grâce à la démocratisation de la transparence. Ainsi, le scan révolutionne la façon de faire ses courses et renforce la dimension politique de l’acte d’achat. Ce citoyen qu’on avait réussi à convertir en consommateur semble progressivement redevenir d’abord citoyen.

2018, le virage du Good

Bonne nouvelle… ou plutôt “Good news” ! Techforgood, Actforfood, Go for good… Bref, une effervescence de Good dans un contexte climatique et social que l’on sait tous alarmant. Alors oui, vous allez vous dire que la tendance de fond ne date pas d’hier, mais nous allons vous montrer pourquoi 2018 a marqué un véritable tournant.

Le good en 2018, c’est d’abord l’accélération de la Tech For Good. Depuis quelques années, des entreprises se créent sur des modèles à impact positif grâce à l’innovation technologique. FEST ou “France Eco Social Tech” a décidé de les réunir en 2018. Elles sont aujourd’hui au nombre de 400, et répondent toutes à au moins un des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies. MedTech, FoodTech, BioTech, FinTech ou encore SocialTech : tous ces secteurs cachent une part de good en eux.

Par exemple, Zéro-Gâchis et Phénix aident la grande distribution à réduire le gaspillage en revalorisant ses déchets grâce à une plateforme.

Le good en 2018, c’est aussi un engagement plus fort que les politiques RSE classiques. Les entreprises aujourd’hui comprennent que les salariés et les clients sont en quête de sens. Elles doivent leur répondre et créer de la valeur en mettant l’impact positif au cœur de leur business model.

C’est pourquoi, en 2018, les grands groupes renforcent leurs engagements :

•             Carrefour met ainsi en place le programme Act For Food : 13 actes en faveur de la qualité alimentaire et du mieux manger.

•             De leur côté, les Galeries Lafayette lancent le mouvement Go For Good pour une mode plus responsable.

L’engagement des grands groupes est aussi accéléré par la multiplication des partenariats avec des startups à impact, connues pour leur capacité à innover. Total a par exemple racheté G2Mobility, un des leaders du marché de la recharge de véhicules électriques.

Le good en 201 est même devenu un nouveau critère d’investissement. Parce qu’aujourd’hui être à la fois rentable et good n’est plus une utopie et les investisseurs l’ont bien compris.

Les fonds d’investissement « classiques » prennent de plus en plus en compte des critères d’impact pour évaluer les startups et des fonds spécialisés, comme XAnge ou Citizen se multiplient. Cette tendance s’est traduite par des levées de fonds majeures en faveur de ces modèles. Deux startups à impact, OpenClassrooms et Recommerce Solution, font d’ailleurs partie du Top 5 des plus gros investissements du premier semestre 2018 avec 50M€ levés. Encore plus impressionnante, la start-up Ynsect, qui produit de la nourriture à base d’insectes pour les animaux, a réussi avec brio sa dernière levée de fonds de 110M€.

Le good a donc connu un tournant en 2018. L’engouement collectif des consommateurs, des employés, mais aussi des investisseurs, oblige aujourd’hui les entreprises à placer l’impact positif au cœur de leur stratégie. S’il est encore impossible d’éviter toutes les externalités négatives qu’elle génère, la transition vers le Good est devenue une véritable question de survie. C’est pourquoi, nous le croyons, cet élan positif va s’inscrire dans le temps.

In good we trust ! Et vous ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA