Le paradoxe de la rupture de stock selon GT Nexus

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

GT Nexus, plate-forme de gestion de supply chain de commerce international, vient de dévoiler une étude de YouGov soulignant qu’à l’heure du Big Data, 82% des consommateurs français sont confrontés à l’indisponibilité d’un produit en magasin.

Rupture Itm chatenay malabry.jpg

A l’heure où les distributeurs peuvent obtenir de plus en plus d’informations sur ses clients, avec des investissements forts pour les attirer en magasin, le poids des ruptures reste encore énorme. Le baromètre ECR-IRI-LSA que nous publions en ligne chaque mois le souligne. GT Nexus publie également une étude menée par YouGov qui souligne aussi le manque à gagner.

Ainsi, plus de 8 Français sur 10 (82%) ont déjà fait l’expérience de l’indisponibilité d’un produit en magasin au cours des 12 derniers mois. Cette proportion est moindre lorsqu’elle concerne les achats en ligne mais demeure élevée : un peu plus de 6 Français sur 10 (62%) ont été confrontés au même problème.

Le textile et les chaussures les plus mal lotis

Et ces ruptures de stocks ont des conséquences sur le chiffre d’affaires de l’ensemble des détaillants : environ un quart des personnes ayant fait face à une telle situation ont renoncé à leur achat (24% en magasin et 31% en ligne).  Les « vêtements et chaussures » sont les plus concernés par ces ruptures de stock, puisqu’ils sont cités par 32% des acheteurs en ligne et 25% des acheteurs en magasin comme les produits dont l’indisponibilité s’est révélée la plus frustrante.

Alors que les marques se préparent minutieusement pour chaque pic de consommation saisonnier, l’enquête révèle un écart considérable entre les attentes des consommateurs et la capacité des détaillants à les satisfaire. Ainsi, 81% des 18-34 ans  déclarent qu’ils n’ont pas toujours pu trouver ce qu’ils cherchaient en magasin lors des 12 derniers mois.

Frustration chez le client et manque a gagner

Et de leur côté, les clients se montrent peu indulgents envers les commerçants et les fabricants face à ces indisponibilités. 41% des clients déçus en magasin considèrent que c’est le commerçant qui est en cause contre 24% qui incriminent le fournisseur. Seul 10% admettent qu’une raison extérieure n’étant pas du ressort du détaillant ou du fabricant (comme les catastrophes naturelles ou les grèves) puisse être à l’origine de la rupture de stock qu’ils constatent.

"La supply chain se révèle de plus en plus complexe et demande de l’agilité, détaille Céline Bonniot de GT Nexus, experte de la Supply Chain. Les solutions cloud permettent de fluidifier au maximum la chaîne d’approvisionnement. Elles offrent une vision en temps réel de la chaîne, tous les intervenants étant connectés. Les sociétés peuvent ainsi réagir très vite si incident se produit, comme le blocage des marchandises dans un port. Ou si un produit s’écoule bien, un réajustement des commandes peut se faire. Les chiffres de cette étude le montre, il reste encore un grand écart entre les procédures mises en place et l’exécution et la coordination de l’ensemble des systèmes." 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA