Le patron de Castorama et Brico Depot très attentif à la politique économique française

|

Invité à participer à l’université d’été du Medef, Ian Cheshire, pdg de Kingfisher (maison mère de Castorama et Brico Dépôt) a réclamé une politique monétaire plus souple pour relancer une économie hexagonale au point mort.

Sir Ian Cheshire (au centre) regarde de très près la situation économique en France
Sir Ian Cheshire (au centre) regarde de très près la situation économique en France© Kingfisher

Présent le 27 août lors de l’université du Medef pour participer à une conférence débat sur les réformes, le rôle de l’état ou encore le niveau de taxation et la compétitivité en Europe, sir Ian Cheshire en a profité pour faire un point sur l’état économique de la France. « C’est un pays ou le cadre légal est très complexe. Le code du travail fait plus de 3000 pages (…) et le niveau de charges est de 40%, contre 12% au Royaume-Uni » a constaté le dirigeant dans une interview accordée à CNBC. Ces facteurs « rendent l’économie française peut etre moins flexible que d’autres. Je crois que c’est cela que le gouvernement actuel est en train de prendre en compte » a souligné le patron du groupe d’équipement de la maison anglais Kingfisher. Propriétaire de Castorama et Brico Dépôt en France (en attendant le rachat effectif de Mr Bricolage), il s’intéresse tout particulièrement à l’hexagone, ou il réalise l’essentiel de ses ventes, et surtout de ses profits.

 

"Nous avons besoin de confiance"

 

En juin et juillet, les différentes entités de Kingfisher ont cependant dû faire face à un marché en recul. « L’économie française est à l’arrêt, avec une croissance nulle. Comme je le dit souvent, ce dont nous avons besoin, c’est de confiance », a indiqué Ian Cheshire. « Il est important que le gouvernement puisse injecter de la confiance, surtout dans le domaine du logement, qui en manque cruellement », a-t-il encore ajouté. A charge pour chacun de comprendre exonérations fiscales et mesures incitatives pour la construction et la rénovation. Pour finir son intervention, le patron anglais a appelé à moins de frilosité des banques. « Une chose que l’Europe n’a pas faite, à la différence des Etats-Unis et du Royaume-Uni, c’est d’avoir une politique monétaire moins tendue. C’est la clé pour observer une retour de la croissance » a conclu Ian Cheshire, sur la même ligne que le premier ministre en ce qui concerne un assouplissement de la politique monétaire de la part de la Banque centrale européenne.

L'interview (en anglais) en suivant le lien :

http://video.cnbc.com/gallery/?video=3000306032

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message