Le PC de la rentrée sera cher

Réunis à Monaco du 7 au 9 juin, les professionnels ont bouclé sereinement leurs négociations sur les PC qui occuperont les linéaires d'août à décembre. Tous le confirment : l'heure n'est plus à la guerre des prix.

Souriants et décontractés, les grands fabricants informatiques et les acheteurs de centrales discutent amicalement sur la terrasse du Centre des congrès de Monaco, où se tient l'édition 2000 du salon MEDPI. Les enjeux de ce rendez-vous traditionnel sont pourtant énormes pour tous, puisqu'il s'agit de négocier les configurations, les quantités, la présence dans les catalogues et les prix des PC que la grande distribution proposera à ses clients pour la rentrée scolaire et la fin de l'année. Les gros coups de rentrée avec imprimantes à 490 F et scanner pour 1 F de plus, les offres packagées à prix massacrés s'élaborent généralement ici, dans un coin d'escalier ou sur une terrasse discrète.

Un marché mature

Mais, cette année, les mines de conspirateurs se font plus rares. « Côté prix, le marché est établi, plus calme, assure Guillaume Pinchon, directeur grande distribution de Xerox. L'an dernier, les bruits les plus fous circulaient ; maintenant, on a l'impression que tout a été fait en matière de course au prix. Le marché est plus mature, les distributeurs cherchent autre chose. » Témoin de cette maturité nouvelle du marché des PC : la remontée annoncée du prix des machines d'entrée de gamme. Il avait atteint 3 990 F à la rentrée 1998 et s'était tenu à ce niveau en 1999, si l'on excepte quelques rares pièces à 3 490 F. Pour la rentrée 2000, il est clair que personne ne sera sous la barre des 4 990 F. Et chez Cibox et Humaneo - le nouveau nom de Mansoft -, on parie même plutôt sur une entrée de gamme à 5 990 F ! La raison de cette remontée des tarifs : la volonté de proposer des PC performants à des clients devenus plus connaisseurs (voir ci-dessous), mais aussi la forte hausse du dollar, et donc du prix des composants.

La vraie bataille s'est donc déplacée vers la nouvelle barre psychologique des 7 990 F. Pour ce prix, c'est à celui qui proposera la configuration la plus impressionnante, quitte à sacrifier certains composants pour en gonfler d'autres (on parle d'une machine avec lecteur DVD et graveur mais circuit vidéo bas de gamme i810).

Nouvelles tendances pour l'informatique familiale

Face à ces PC classiques, la surprise pourrait en fait venir des curieuses machines que le groupe coréen Daewoo a enfin réussi à faire référencer. Sa D@ebox, sorte de PC au look d'iMac qui lui a valu un procès - gagné - avec Apple, est arrivée au début de cette semaine chez Continent, à 7 990 F. Et en septembre, plusieurs enseignes multispécialistes (Fnac, Darty, Boulanger) présenteront quelques centaines de pièces des très originaux « easy PC » de la gamme Qrium. Des machines compactes, aux formes et aux couleurs étonnantes, premiers exemples d'une nouvelle tendance de l'informatique familiale.

Dans cette ambiance apaisée, le récent retrait de Yaacov Gorsd, très médiatique et exubérant président de Cibox, suscite des commentaires peu charitables. Chez un très gros constructeur, un haut responsable parle, anonymement, de « la meilleure nouvelle de l'année ». Figure emblématique des années folles de l'assemblage et du PC vendu à prix coûtant, auteur de quelques coups de génie, le jeune patron « rattrapé par les affaires » fait figure de victime expiatoire des errements passés d'un marché devenu sage. Cibox poursuit son chemin avec de nouveaux dirigeants, bien sûr, mais ne semble pas vouloir se battre sur les prix planchers de rentrée. L'ère des agitateurs est bien révolue.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1681

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous