Marchés

Le Pdg de Heinz pourra toucher une indemnité de 56 millions de dollars en cas de licenciement

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Annoncé le 14 février dernier, le rachat de Heinz par Berkshire Hathaway, la holding du multimilliardaire Warren Buffett (dont la fortune est estimée à 53,3 milliards de dollars par le magazine Forbes), et un fonds d'investissement brésilien 3G Capital (propriétaire de Burger King) ne laissera pas, s'il est avalisé, son actuel dirigeant dans la misère...

William Johnson Heinz

En effet, s'il venait à être licencié par les nouveaux propriétaires, William Johnson, actuel Pdg des ketchups Heinz, pourra toucher 56 millions de dollars en indemnités de départ.

Une enveloppe globale de plus de 212 millions de dollars

Selon le gendarme des marchés américains, la Sec, il pourra également bénéficier de 99 millions de dollars en actions acquises au cours de sa carrière et de 57 millions de dollars en rémunération différée. Une enveloppe totale de 212 millions de dollars qui devrait donc, quoi qu'il arrive, ne pas laisser William Johnson totalement démuni... Entré chez Heinz en 1982, il y a grimpé tous les échelons avant de devenir directeur des opérations en 1996, puis directeur général en 1998 et Pdg en 2000.

Parachutes "groupés"

Le Pdg ne serait pas le seul à bénéficier, si besoin, d'un "parachute doré". D'autres cadres pourront, en cas de licenciement, toucher des indemnités confortables, comme le responsable du groupe en Europe et de la division nutrition infantile, David Moran (15,48 millions de dollars).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA