Le petit déjeuner à la française est en danger

|

Les acteurs économiques du petit déjeuner se mobilisent pour sauver un petit déjeuner à la française menacé par l’évolution des comportements alimentaires en France.

Le petit déjeuner est consommé de façon irrégulière par 1 Français sur 5
Le petit déjeuner est consommé de façon irrégulière par 1 Français sur 5© Laetitia DUARTE

La rédaction vous conseille

Il faut sauver le petit déjeuner ! Les acteurs économiques , à savoir la Fédération des artisans boulangers-pâtissiers de Paris, Syndilait (organisation professionnelle regroupant les fabricants de lait de consommation liquide), Unijus (Union nationale interprofessionnelle des jus de fruits), le groupe « fruits » de la FIAC (Fédération des industries d’aliments conservé) en partenariat avec le Club de la Table Française, s'étaient tous levés de bonne heure ce matin. Il s'agissait pour eux d'annoncer, devant un solide... petit déjeuner, le lancement d’un manifeste en faveur de la promotion de ce repas apparu à la fin du XIXème siècle pour permettre aux ouvriers de tenir le coup.

De plus en plus d'enfants et d'adultes se passent de Petit'Dej

Ils s’appuient sur une enquête du Crédoc qui met en évidence une dégradation généralisée de la prise quotidienne du petit déjeuner, sauté au moins une fois par semaine par 29% des enfants et par 21% des adultes. Un déclin jugé dangereux pour notre santé physique, morale et mentale. En cause la frugalité forcée liée à la chute du pouvoir d’achat, mais aussi la frugalité choisie pour une partie de la population pour des raisons écologiques ou sociétales. Au-delà de la menace sur le modèle alimentaire à française, c’est l’équilibre des filières qui est en jeu. Parmi les propositions des professionnels, l’inscription de cette priorité dans le futur PNNS (Programme Nutrition Santé) et dans le parcours éducatif de santé de l’école, ainsi que la généralisation des actions locales considérées comme des bonnes pratiques.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter