Le Petit Olivier attaque La Provençale bio (L’Oréal) pour concurrence déloyale et parasitaire

|

La Phocéenne de Cosmétique reproche à L’Oréal d’avoir repris le concept et les codes de communication du Petit Olivier. Elle l'attaque pour concurrence déloyale et parasitaire devant le Tribunal de commerce de Paris

Comme le montre les captures d'écrans réalisées par LSA, le spot publicitaire de La Provençale bio ressemble à un spot du Petit Olivier de 2014.
Comme le montre les captures d'écrans réalisées par LSA, le spot publicitaire de La Provençale bio ressemble à un spot du Petit Olivier de 2014.© DR

C’est une information dévoilée par Challenges que La Phocéenne de Cosmétique a confirmé à LSA. La PME française, connue pour ses marques Le Petit Olivier et Lovéa, a attaqué le groupe L’Oréal pour concurrence déloyale et parasitaire devant le Tribunal de commerce de Paris. En cause : La Provençale bio, la marque de cosmétiques à base d’huile d’olive bio créée en 2018 par L’Oréal. Outre un concept très proche de ce qui a fait le succès du Petit Olivier (des cosmétiques à base d’huile d’olive), la PME reproche au géant de la beauté de s’être fortement inspiré de sa communication. « Le fait de lancer des produits directement concurrents, en reprenant l'atmosphère, les images, et le style très particuliers des publicités du Petit Olivier, constitue un acte de concurrence déloyale engageant la responsabilité de la société L'Oréal », affirme La Phocéenne de cosmétique dans les documents remis au Tribunal de commerce de Paris.

Il faut dire que le spot publicitaire de 2018 pour la crème de Jouvence anti-âge de La Provençale bio rappelle fortement la communication du Petit Olivier en 2014 avec un premier plan sur le logo de la marque devant un arbre puis une jeune femme aux cheveux ondulés se balançant dans une nacelle en osier ou encore, filmée en gros plan en train de se caresser le visage. Les captures que nous avons réalisé de ces deux spots publicitaires trouvés sur Youtube (voir photo ci-dessus) illustrent leur similitude. Il est incontestable que les créatifs de La Provençale bio ont au minimum manqué de créativité en proposant un spot ressemblant autant à une pub du Petit Olivier diffusée... quatre ans plus tôt.« En reprenant les codes de communication créés et exploités par la société La Phocéenne de Cosmétique, ayant nécessité d'importants investissements, la société L'Oréal a économisé des frais de création incontestables », explique La Phocéenne dans ses documents, ce qui serait du parasitisme. Contacté par LSA, L’Oréal, pour sa part, « conteste fermement les allégations de concurrence déloyale et parasitaire avancées par Le Petit Olivier concernant un spot publicitaire datant de 2018. L'Oréal dément également être entré en négociation avec Le Petit Olivier en vue d'une acquisition ». En effet, Challenges affirme dans son article que L'Oréal aurait approché Le Petit Olivier fin 2016 dans le but d'un rachat, ce qui aurait été refusé par les fondateurs et co-dirigeants de la Phocéenne de cosmétique, Eric Renard et Xavier Padovani. Concernant les accusations de concurrence déloyale et parasitaire, la décision du tribunal de Commerce devrait être connue d’ici la fin du printemps.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message